Cet article date de plus d'un an.

"Ici, les hôpitaux seraient vite dépassés alors j’ai décidé de rentrer" : des expatriés reviennent en France de peur d’être mal soignés

Emmanuel Macron a encouragé lundi soir le rapatriement dans des Français établis à l’étranger. Certains doutent en effet d’être correctement soignés s’ils contractent le coronavirus Covid-19 là où ils se trouvent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, le 20 janvier 2020. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Loin du coronavirus qui gagne du terrain en France, certains Français établis à l’étranger commencent à prendre le chemin du retour. Emmanuel Macron a en effet encouragé leur rapatriement dans son allocution télévisée du lundi 16 mars.

>> DIRECT. Coronavirus : le gouvernement va encore réduire la fréquence des trains en France

Il y a d'abord ceux qui ne se sentent pas vraiment en sécurité en cas d'épidémie dans le pays où ils vivent, et ce même si l'épidémie ne l'a pas vraiment touché. C'est le cas de Christophe, expatrié français en Côte d'Ivoire où un seul cas de coronavirus a pour le moment été confirmé. Il s'apprête tout de même à quitter Abidjan.

Ici, en Côte d’Ivoire, le système de santé est vraiment déplorable et les hôpitaux ivoiriens seraient dépassés assez rapidement alors j’ai décidé de rentrer le plus vite possible...

Christophe

à franceinfo

Les expatriés européens peuvent choisir, eux aussi, de rentrer parce que leur confiance dans le système de santé local est limitée. C'est le cas de Gurvan qui travaille et vit à Londres. Lui est rentré par l'Eurostar, lundi soir. "C’est mon manager qui m’a dit, alors que lui est britannique, de vite rentrer en France parce qu’ici ça allait être le bazar", explique ainsi Gurvan.

Se rapprocher du système de santé français

Et lorsqu’ils ne mettent pas en doute la compétence des services de santé du pays où ils vivent, d’autres estiment qu’ils seront un peu mieux en France, comme Olivier, qui vient tout juste de rapatrier sa famille depuis Berlin, où il habite, jusqu'à Fontainebleau, où il possède une maison de vacances. "Quitte à être confinés, indique Olivier, autant l’être dans une maison de campagne que dans un appartement en ville. Cela permet aussi, de se rapprocher de sa famille et du système de santé français…" 

C’est toujours plus facile de s’adresser à un professionnel de santé dans sa langue que dans une langue étrangère. 

Olivier

à franceinfo

Il y avait, fin 2019 2,5 millions de Français établis à l'étranger et dûment enregistrés auprès des services consulaires. 

Des expatriés français se rapatrient de peur d’être mal soignés - reportage Eric Biegala
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.