Hutchinson, filiale du groupe Total, veut supprimer 800 à 1 000 postes en France via des départs volontaires

"Il n'y aura aucun licenciement", a assuré la direction de l'entreprise, spécialisée dans la transformation des élastomères, notamment pour l'étanchéité des carrosseries.

Le logo de Total sur le siège de l\'entreprise à Reuil-Malmaison (Hauts-de-Seine), près de Paris, le 22 avril 2020.
Le logo de Total sur le siège de l'entreprise à Reuil-Malmaison (Hauts-de-Seine), près de Paris, le 22 avril 2020. (CHARLES PLATIAU / X00217)

Hutchinson, filiale du groupe Total, veut supprimer 800 à 1 000 postes en France via un plan de départs volontaires et en pleine crise économique consécutive à l'épidémie de Covid-19 en France, a-t-on appris vendredi 5 juin auprès de la direction et de la CFDT, qui a dénoncé "un plan social déguisé""Compte tenu de la situation actuelle dans l'automobile et l'aéronautique, Hutchinson envisage un plan de départs volontaires concernant entre 800 et 1 000 postes en France", qui "fera bien sûr l'objet de négociations avec les organisations syndicales", a indiqué la direction.

En France, le groupe compte environ 8 500 salariés permanents, a précisé Farid Meslati, coordinateur CFDT chez Hutchinson, à l'AFP. "Il n'y aura aucun licenciement", a souligné la direction de cette filiale de Total spécialisée dans la transformation des élastomères, notamment pour l'étanchéité des carrosseries.

La CFDT demande une expertise "en urgence"

Au total, Hutchinson souhaite supprimer "près de 3 000 postes" dans le monde, selon la CFDT. "En France, ce sont 1 000 personnes qui pourraient être concernées par des départs volontaires", ajoute le syndicat dans un communiqué. La CFDT estime que "les pertes d'emplois des activités automobile et aéronautique pourraient avoisiner 20% de l'effectif global" de Hutchinson.

Le syndicat réclame "en urgence la réalisation d'une expertise afin d'établir un état des lieux de la situation réelle de l'emploi". Cette expertise "doit être accompagnée d'une visibilité claire de la stratégie industrielle de Hutchinson", exige la CFDT, qui prévient qu'elle "ne signera pas de chèque en blanc dans un plan social déguisé à travers des ruptures conventionnelles collectives".

Comptant au total 40 000 salariés dans 25 pays, Hutchinson a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 4,3 milliards d'euros, selon son site internet.