Hausse des salaires des aides à domicile : "Un petit premier pas" "insuffisant" pour l'Association des directeurs au service des personnes âgées

La ministre déléguée chargée de l'Autonomie a annoncé le déblocage de 150 millions d'euros en 2021 pour les salariés des Ephad et des maisons de retraite médicalisées.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Ehpad de Ploudalmezeau (Finistère), le 7 août 2020. Photo d'illustration. (FRED TANNEAU / AFP)

La hausse des salaires des aides à domicile annoncée par la ministre déléguée chargée de l'Autonomie est "un petit premier pas" mais est "insuffisant", a déploré sur franceinfo jeudi 22 octobre Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Brigitte Bourguignon a annoncé le déblocage de 150 millions d'euros en 2021 et 200 millions d'euros à compter de 2022 pour revaloriser les salaires dans les Ephad et les maisons de retraite médicalisées. L'aide à domicile reste mise sur la touche, a estimé Pascal Champvert alors que c'est le secteur "où les salariés sont les plus mal payés et où beaucoup de salariés ne gagnent pas le SMIC parce qu'ils sont à temps partiel contraint donc ce sont généralement des femmes qui gagnent entre 800 et 900 euros".

L'aide sera peut-être versée un an après la crise du coronavirus

Le président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) a estimé que le gouvernement dit à ces salariés "vous aurez peut être en mars prochain une augmentation de salaire pour faire suite à une crise du coronavirus qui aura eu lieu un an plus tôt. C'est inacceptable". Pour lui, il existe une différence de traitement par le gouvernement entre les salariés des Ephad et des hôpitaux et ceux des aides à domicile. Les salariés des Ephad et des hôpitaux ont touché "une prime de 1 000 à 1 500 euros, dont ont été privés les salariés de l'aide à domicile, la situation aujourd'hui est folle."

Le gouvernement a su entendre la situation critique dans les hôpitaux et cliniques mais il est "incapable d'entendre le cri d'alerte de l'aide à domicile et ça, c'est incompréhensible", a jugé Pascal Champvert.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.