Grippe, bronchiolite, gastro : les médecins face à un automne-hiver "inédit", quasi indemne des maladies habituelles

Praticiens hospitaliers et médecins de ville sont unanimes : les gestes barrières ont fait drastiquement chuter les infections par les virus qui circulent habituellement en cette saison. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un bébé joue sur un balcon à Paris, le 17 avril 2020.  (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

Se laver les mains, maintenir un mètre de distance, éviter les embrassades… Ces petits efforts ont manifestement de grandes conséquences sur les maladies hivernales. Les gestes barrières font désormais partie de nos habitudes et ont permis de limiter la diffusion du Covid-19 mais ils montrent aussi leur efficacité sur les virus saisonniers, comme la grippe, la gastro-entérite et la bronchiolite. Du jamais-vu pour les médecins généralistes et les pédiatres interrogés par franceinfo. 

"Cette année, clairement, j'ai très, très peu de grippes", constate Paul-Henry Rocca, médecin généraliste à Bordeaux (Gironde). Les chiffres nationaux confirment ce constat de terrain : à ce jour, on recense en France "seuls 10 virus grippaux détectés (9 en milieu hospitalier et 1 par le réseau des médecins Sentinelles) dans différentes régions, dont au moins 2 chez des personnes de retour d’un voyage à l’étranger", indique Santé publique France dans son dernier bulletin épidémiologique du 23 décembre, confirmant qu'il n'y a "pas de circulation active des virus grippaux", contrairement aux années précédentes à la même période. 

Nombre hebdomadaire de prélèvements positifs pour la grippe en France métropolitaine, entre 2017 et 2021.  (SANTE PUBLIQUE FRANCE)

Les raisons sont multiples. "C'est lié d'une part à la campagne de vaccination importante qu'il y a eu pendant le Covid, car les patients avaient peur des conséquences qu'aurait l'association de cette pathologie avec la grippe", analyse Paul-Henry Rocca. "On a beaucoup incité à se vacciner [contre la grippe], avec l'argument de poids que les services de réa étaient saturés et que si nos patients faisaient des pneumopathies graves, ils risquaient d'être moins bien pris en charge", explique de son côté Monica Mazigh-Benattar, médecin généraliste à Nice (Alpes-Maritimes). 

"D'autre part, ajoute Paul-Henry Rocca, c'est la conséquence de toutes les mesures comme les gestes barrières, les masques, les lavages de mains réguliers : cela diminue drastiquement la contagiosité virale." 

"On a une diminution des pathologies infectieuses de manière générale : beaucoup moins d'angines, de pneumopathies, de rhinopharyngites…

Paul-Henry Rocca

médecin généraliste à Bordeaux

Les gastro-entérites, habituellement fréquentes, sont devenues si rares que Paul-Henry Rocca soupçonne d'abord le Covid-19 quand il voit de jeunes patients arriver avec des problèmes digestifs. "Je prescris beaucoup moins d'antibiotiques, ce qui est toujours une bonne chose pour les corps et pour la planète. Et puis la diminution de ces pathologies infectieuses laisse un peu plus de temps pour se battre contre le Covid", note le médecin. 

Pour la bronchiolite, "je n'ai jamais vu ça" 

Concernant la bronchiolite, cette maladie respiratoire qui touche les enfants de moins de 2 ans, la situation est encore plus spectaculaire. "En pédiatrie, ce qu'on vit n'a rien à voir avec les hivers précédents : c'est complètement inédit", affirme Isabelle Claudet, cheffe des urgences pédiatriques du CHU de Toulouse (Haute-Garonne). "Actuellement, on a en moyenne entre 0 et 4 cas par jour, alors qu'on en a d'habitude entre 10 et 30. Ça fait vingt-cinq ans que je suis là et je n'ai jamais vu ça", explique la médecin, estimant qu'elle a "entre 30 et 50% d'activité en moins sur les consultations". 

Même constat pour Elise Launay, pédiatre et infectiologue au CHU de Nantes (Loire-Atlantique), qui n'a plus que quelques cas de bronchiolite, à la marge. "D'habitude, on a un pic un peu avant Noël et l'an dernier, en région parisienne, c'était la crise. On n'arrêtait pas d'alerter, dans l'indifférence générale. On vivait ce qu'ont vécu nos collègues avec le Covid, avec des bébés qui partaient en réa chaque jour", se souvient la médecin. 

"Tous les hivers, on pense que l'épidémie de bronchiolite, c'est un peu une fatalité pour nous les pédiatres. En fait, on constate que ça n'en est pas une : il suffit de se laver les mains et de faire attention."

Elise Launay, pédiatre et infectiologue au CHU de Nantes

à franceinfo

Santé publique France confirme que "les effectifs restent faibles et très inférieurs à ceux observés la même semaine les années précédentes", dans son bulletin épidémiologique du 23 décembre. "Cela nous permet de ne pas déprogrammer des interventions sur d'autres enfants, comme on le fait à cette période d'habitude car le service est complètement saturé", se réjouit Isabelle Claudet.

Passages aux urgences et hospitalisations pour bronchiolite en France métropolitaine des enfants de moins de 2 ans, entre 2018 et 2020.  (SANTE PUBLIQUE FRANCE)

Des leçons pour les années à venir 

Les deux médecins en déduisent que le rôle joué par les adultes dans la transmission de la bronchiolite – et peut-être d'autres virus respiratoires – est plus important qu'elles ne le pensaient. "On croyait que c'étaient les grands frères ou les grandes sœurs qui le ramenaient à la maison mais on voit que les petits de maternelle vont à l'école sans masque et qu'il n'y a pas pour autant de réascension de cette pathologie", constate Elise Launay. "Cela montre que ce n'est pas que le fait d'être en collectivité à l'école qui joue, pointe de son côté Isabelle Claudet, c'est aussi le fait que les adultes fassent attention, que les mamans sortent moins, qu'on touche moins les bébés…" 

Toutes deux sont ravies de voir que de bonnes habitudes ont été adoptées, dès le plus jeune âge. "Les enfants en maternelle ont vraiment pris le réflexe du lavage de mains : on voit des tout-petits se laver les mains bien comme il faut. Cela, c'est gagné pour les années à venir", souligne Elise Launay. 

"Si on portait le masque dans les transports en commun en période d'épidémie de bronchiolite par exemple, il y aurait des milliers d'hospitalisations en moins de bébés : ce n'est vraiment pas rien."

Elise Launay, pédiatre et infectiologue au CHU de Nantes

à franceinfo

A Bordeaux, Paul-Henry Rocca assure de son côté que le fait de continuer à se laver les mains autant qu'aujourd'hui "permettrait de diminuer de façon durable, voire définitive, tout un pan des pathologies infectieuses". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.