Grève des enseignants : 10,36% de grévistes dans le secondaire, selon le ministère

Selon le ministère de l'Education, le mouvement de grève de mardi pour demander un renforcement du protocole sanitaire dans les établissements scolaires a été faiblement suivi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enseignants manifestent contre le protocole sanitaire, jugé insuffisant, le 10 novembre 2020 à Toulouse. (Lilian Cazabet / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP)

Malgré un renforcement du protocole sanitaire dans les lycées pour enrayer la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, des enseignants du secondaire sont en grève mardi 10 novembre pour réclamer une limitation du brassage des élèves à l'école et au collège.

Ce mouvement de grève pour demander un renforcement du protocole sanitaire dans les établissements scolaires était faiblement suivi selon les chiffres du ministère, bien plus selon les syndicats, qui espèrent que "l'avertissement" sera entendu.

Un taux de 8,78% de grévistes dans le primaire

Selon le ministère, ce mouvement à l'appel d'une intersyndicale (FSU, FNEC-FP-FO, CGT Educ'action, SNALC, SUD et SNCL-FAEN) s'est traduit par un taux de grévistes de 8,78% dans le primaire et de 10,36% dans le secondaire (collèges et lycées).

Les syndicats font de leur côté état d'un taux de grévistes plus élevé. "On est autour de 20% dans le primaire", a déclaré à l'AFP Guislaine David, la secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, alors que le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, dénombre "environ 45% de grévistes au collège".

Dès la semaine prochaine, le ministère de la Santé va mettre à disposition des établissements scolaires un million de tests antigéniques à destination des personnels, a-t-on appris lundi auprès du ministère de l'Education nationale.

Confronté à la grogne naissante de ses personnels, le ministre Jean-Michel Blanquer avait aussi annoncé la semaine dernière de nouvelles mesures pour limiter les risques de contamination dans les lycées, en autorisant davantage de cours à distance, à condition de conserver au moins 50% d'enseignement en "présentiel" pour chaque élève.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.