Grève de l'Education nationale : "Jean-Michel Blanquer est fragilisé" selon Sébastien Chenu (RN)

Le porte-parole de Marine Le Pen n'appelle pour autant pas à la démission du ministre de l'Education nationale. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sébastien Chenu, porte-parole de Marine Le Pen et député du Nord. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Jean-Michel Blanquer" est fragilisé", a estimé ce mercredi sur franceinfo Sébastien Chenu, porte-parole de Marine Le Pen et du RN, alors qu'une grève a lieu ce jeudi dans l'Education nationale contre le protocole Covid-19 mis en œuvre dans les établissements scolaires.

"On découvre une crise dans l'école qui est liée aux changements incessants de protocoles qui se succèdent les uns les autres, a déclaré le porte-parole du Rassemblement National. On n'y comprend plus rien, c'est un quotidien infernal. Le premier et le second degré se retrouvent avec un ministre qui n'a pas vraiment anticipé les choses et qui avec des protocoles incessants pose problème."

Le RN n'appelle pas à la démission de Jean-Michel Blanquer

Sébastien Chenu ne demande pas la démission de Jean-Michel Blanquer. "Il faut trouver des solutions. Il faut arrêter avec ces protocoles qui se succèdent. Le fait de rendre la vie des Français si insupportable, la vie des enfants si insupportable, avec la continuité pédagogique qu'il faut faire vivre, fait que notre école s'effondre, a dit Sébastien Chenu. Prenons la température des élèves aux portes de l'école. Un élève qui a de la température rentre chez lui. Arrêtons cette entreprise de Kafka du soir au matin qui rende dingue."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.