Grève dans l'Education nationale : la mobilisation en net recul

Le ministère n'a comptabilisé que 1,15% d'enseignants grévistes dans le premier degré (maternelle et élémentaire) et 2,18% dans le second degré (collège et lycée).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des personnels de l'Education nationale manifestent à Paris, le 20 janvier 2022, contre la gestion de l'épidémie de Covid-19 à l'école. (SAMUEL BOIVIN / NURPHOTO)

Une grève peu suivie. Des enseignants ont défilé, jeudi 20 janvier, pour une nouvelle journée d'action visant à protester contre la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 à l'école, face à un Jean-Michel Blanquer fragilisé par la révélation de ses vacances à Ibiza.

"Blanquer démission, protocole de guignol", "Blanquer nous 'emmerde'", "Ibiza-gate" ou encore "Jean-Michel Guetta ne nous entend pas !" (référence au DJ David Guetta, animateur des nuits d'Ibiza), pouvait-on lire sur des pancartes dans la manifestation parisienne, qui ralliait la place de la Sorbonne au ministère. D'autres rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes en France.

Ils étaient 750 personnes à participer à la manifestation dans la capitale, selon la préfecture de police de Paris. Une semaine avant, ils étaient près de 78 000 personnes à manifester en France, dont 8 200 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. Le ministère n'a comptabilisé que 1,15% d'enseignants grévistes dans le premier degré (maternelle et élémentaire) et 2,18% dans le second degré (collège et lycée), contre plus de 38% dans le premier degré et près de 24% dans le secondaire la semaine précédente. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.