Gratuité, attestation, fiabilité... Cinq questions sur les autotests, désormais seuls nécessaires pour les élèves cas contacts

Pour désengorger les centres de test contre le Covid-19, le gouvernement a décidé d'autoriser l'utilisation d'autotests y compris pour le premier test des élèves cas contacts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un autotest de détection du Covid-19, à Toulouse (Haute-Garonne) le 9 janvier 2021. (THOMAS BARON / HANS LUCAS / AFP)

Les règles ont encore changé. Castex a annoncé lundi 10 janvier sur France 2 un assouplissement du protocole sanitaire de niveau 3 dans les écoles, en cas de présence d'un élève positif au Covid-19. Les parents peuvent attendre la fin de la journée pour venir chercher un enfant cas contact et la procédure de test est simplifiée.

Pour leur premier test, les écoliers peuvent désormais utiliser un autotest et plus forcément un test PCR ou antigénique comme auparavant. Une façon de désengorger les laboratoires d'analyses, pris d'assaut ces dernières semaines. Pour y voir plus clair dans ces nouveaux ajustements, franceinfo répond à toutes les questions qui se posent sur les autotests.

1Quel est le nouveau protocole à l'école ?

Une chose ne change pas : en présence d'un cas de Covid-19 dans leur classe, les élèves identifiés comme cas contact devront toujours effectuer un test Covid-19 le jour-même, puis à J+2 et J+4. Mais si un test PCR ou antigénique était jusqu'à présent obligatoire pour le premier test, le gouvernement a décidé d'autoriser le recours aux autotests dès mardi. Une façon de répondre aux "files d'attente" qui s'étaient multipliées ces derniers jours, a expliqué Jean Castex sur le plateau du "20 heures" de France 2.

En cas de premier test négatif, les élèves, comme avant, pourront retourner en classe. Une attestation sur l'honneur sera toutefois nécessaire dès ce premier test. Les élèves testés positifs ou non testés doivent toujours s'isoler sept jours. Comme avant, si un nouveau cas positif est identifié dans une classe en moins de sept jours, les autres élèves n'auront pas besoin de se refaire tester.

2Comment se procurer gratuitement les autotests ?

Si votre enfant est cas contact, trois autotests peuvent être récupérés gratuitement en pharmacie. Une attestation, délivrée par l'école, suffira pour les obtenir. Selon le gouvernement, onze millions de kits devraient être livrés aux pharmaciens cette semaine. En l'absence de cette attestation, il vous faudra les acheter en pharmacie ou en grande surface.

3Comment bien effectuer un autotest ?

Il n'est pas toujours simple de se tester soi-même ou son enfant. Après s'être lavé les mains et avoir disposé le tube de test devant soi, il reste à ouvrir le paquet de l'écouvillon et à l'insérer dans chaque narine. "2 à 4 centimètres" suffisent, expliquait ainsi Laurent Meyssonier, pharmacien, à Brut. Pour les enfants, 3 centimètres sont suffisants. Une fois l'écouvillon bien placé, il faut le tourner une quinzaine de secondes dans chacune des narines.

Après avoir exécuté le prélèvement, il faut insérer l'écouvillon dans le tube de test. En règle générale, une minute de contact entre l'écouvillon et le liquide de test est suffisante. Il ne reste ensuite plus qu'à déposer quelques gouttes (le nombre varie selon les tests) sur la cassette de test et à patienter 10 à 15 minutes pour le résultat. Si le test est positif, deux barres apparaissent au niveau du C et du T sur la cassette. Si une seule barre apparaît au niveau du C, c'est que le test est négatif. Si aucune barre n'apparaît au niveau du C, c'est que le test est invalide et qu'il faut en refaire un.

4Quelle est la fiabilité des autotests ?

Les autotests sont des tests antigéniques dont le mode de prélèvement diffère des tests réalisés en laboratoire d'analyse ou en pharmacie. Pour le dire autrement, la méthode d'analyse est la même, c'est la façon de faire le prélèvement qui diffère : lors d'un autotest, l'écouvillon est introduit moins profondément dans la narine. La règle de vente imposée aux tests antigéniques en France s'applique donc aussi aux autotests : pour être commercialisés, ils doivent dépasser 80% de sensibilité et 99% de spécificité.

Les études en vie réelle sur la fiabilité des autotests sont rares. Les spécialistes considèrent cependant qu'elle est plus basse que les tests effectués par les professionnels, le risque d'une erreur de manipulation étant plus important. Le gouvernement estime néanmoins que réaliser des autotests de manière répétée, comme prévu dans le cadre du protocole sanitaire scolaire, "permet d'augmenter leur fiabilité".

5Comment rédiger l'attestation sur l'honneur ?

En cas de test négatif, une seule attestation sur l'honneur (à J+0) est désormais obligatoire. Un modèle de cette dernière devrait être téléchargeable à partir de la fin de la semaine sur le site du ministère de l'Education nationale. Les attestations à J+2 et J+4 ne sont plus exigées. Contacté par franceinfo, le ministère précise que, comme toutes les attestations sur l'honneur, elles peuvent être rédigées sur papier libre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.