Garde d’enfants : les salariés employés depuis moins d’un an exclus du dispositif d’indemnisation ?

Le gouvernement s’était engagé à maintenir au moins 90% des salaires de tous ceux qui ne peuvent pas faire garder leurs enfants. Malgré cela, certains ont eu une mauvaise surprise sur leur fiche de paie de mars. Leur point commun : avoir été embauchés il y a moins d’un an. Deux mères témoignent.

France 3

Un salaire amputé et un quotidien qui s’assombrit. Deux femmes employées dans la grande distribution depuis six mois témoignent sous couvert d’anonymat. Ce manque à gagner est la conséquence de leur arrêt de travail débuté mi-mars pour garder leurs enfants. Un coup dur pour cette mère célibataire rencontrée par France 3. Car c’était la promesse faite par la ministre du Travail pour tous les parents concernés : une indemnisation prise en charge par 50% par l’employeur et à 50% par la Sécurité sociale.

Le ministère du Travail assure que tous les salariés seront indemnisés

Problème : ces femmes employées depuis peu ne sont pas concernées, car cette règle s’applique “à tout salarié ayant une année d’ancienneté dans l’entreprise”, selon le Code du travail. Pour Éric Chevée, représentant du patronat, certaines sociétés ignorent les conditions du dispositif, tandis que d’autres sont fragilisées financièrement. Contacté par téléphone, le ministère du Travail assure que tous les salariés, quelle que soit leur ancienneté, seront indemnisés pour le mois de mars. Un décret doit être publié vendredi 17 avril.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le gouvernement s’était engagé à maintenir au moins 90% des salaires de tous ceux qui ne peuvent pas faire garder leurs enfants. Malgré cela, certains ont eu une mauvaise surprise sur leur fiche de paie de mars. Leur point commun : avoir été embauchés il y a moins d’un an. Deux mères témoignent.
Le gouvernement s’était engagé à maintenir au moins 90% des salaires de tous ceux qui ne peuvent pas faire garder leurs enfants. Malgré cela, certains ont eu une mauvaise surprise sur leur fiche de paie de mars. Leur point commun : avoir été embauchés il y a moins d’un an. Deux mères témoignent. (France 3)