France Assos Santé appelle à "des mesures plus importantes pour convaincre les personnes qui sont contagieuses de s'isoler"

L'association a publié une tribune dans "Le Parisien" appelant Emmanuel Macron à offrir "une compensation matérielle" aux malades qui doivent s'isoler. L'objectif est d'éviter "un nouveau confinement".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une femme atteinte du Covid-19, mise à l'isolement dans un hôtel (illustration). (MAURIZIO MAULE / MAXPPP)

Claude Rambaud, vice-présidente de France Assos Santé, fédération qui regroupe 85 associations d'usagers de la santé, appelle mardi 24 novembre sur franceinfo à "des mesures plus importantes pour convaincre les personnes qui sont contagieuses de s'isoler". La fédération a signé mardi un appel à Emmanuel Macron dans les pages du Parisien-Aujourd'hui en France intitulée "Tous ensemble, évitons un nouveau confinement". Selon Claude Rambaud, "il faut une compensation pour les gens qui, matériellement, ne pourront pas supporter" financièrement "cette semaine d'isolement " en cas de contagion au Covid-19.

franceinfo : Pourquoi faut-il accompagner les personnes contagieuses au Covid-19 qui doivent s'isoler ?

Claude Rambaud : Nous sommes persuadés que ceux qui n'arrivent pas à s'isoler, ce n'est pas parce qu'ils ne veulent pas s’isoler. Ils comprennent que lorsqu'ils sont contagieux, ils ne doivent pas rencontrer d'autres personnes. L'isolement peut être très court pour les asymptomatiques contagieux, cela va être d'une semaine. Mais la perte de revenus n'est pas supportable pour eux. Si vous avez un petit salaire autour de 1 000 euros, 1 200 euros et que vous avez une semaine de moins de travail pour ceux qui sont des travailleurs indépendants, par exemple ceux qui sont payés à la journée, ce n'est pas supportable. Il faut mettre en place des mesures plus importantes pour convaincre les personnes qui sont contagieuses de s'isoler les quelques jours de leur contagiosité.

Que faut-il faire ?

Les accompagner à tous les niveaux, c'est-à-dire qu'ils aient plus à gagner à rester chez eux qu'à perdre. Pour l'instant, ils n’ont qu’à perdre lorsqu'ils s'isolent, c'est-à-dire c'est une perte de revenus. Donc, il faut une compensation pour les gens qui matériellement ne pourront pas supporter cette semaine d'isolement.

Cela nous coûtera sûrement beaucoup moins cher que de payer des chômages partiels à toute une population qui est confinée, d'accompagner matériellement les personnes qui sont isolées pour quelques jours seulement. 

Claude Rambaud, vice-présidente de France Assos Santé

à franceinfo

Les députés Agir veulent mettre en place des quarantaines obligatoires contrôlées avec une amende de 10 000 euros en cas d'infraction. Est-ce une bonne idée ?

Avancer avec la sanction ce n’est supportable que dans la mesure où l’on a donné aux gens les moyens de s'isoler. Si effectivement, les gens ont des compensations de perte de revenus, ont aussi un accompagnement qui n'est pas seulement matériel, qui est aussi un accompagnement social en termes de logement ou d’accompagnement psychologique. S'ils ont cet accompagnement-là, si l’on a mis tout à leur disposition pour faire un isolement réussi, alors là, peut-être, qu'on peut parler éventuellement de sanctions pour ceux qui seraient récidivistes.

Qu’attendez-vous de l’allocution d’Emmanuel Macron ?

Nous avons essayé de faire notre job, c'est-à-dire de peser un peu pour l'accompagnement des mesures d'isolement. Je ne suis pas sûre que monsieur Macron va intégrer cela dans son discours ou en tout cas dans sa proposition. On attend effectivement, mais on ne va pas dire non plus que c’est formule magique, mais c'est de tout faire pour qu'on ne retourne pas dans un troisième confinement. Personne n'est pour. Même le président de la République n'est pas pour. Mais si l’on ne se donne pas les moyens, tous les moyens possibles, à ce moment-là cela ne sera pas une fatalité et cela sera vraiment quelque chose qu'on n'aura pas essayé d'éviter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.