Fermeture des salles de sports : "Les ouvertures et les fermetures restent à la main du préfet, même s'il y a cette doctrine nationale", précise Roxana Maracineanu

Accès aux gymnases restreints, salles de sport fermées, piscines couvertes qui peuvent ouvrir...Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, détaille sur franceinfo les différentes mesures prises par le gouvernement sur l'accès aux équipements sportifs.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, le 7 juillet 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Dans les zones d'alerte renforcée et maximale pour cause de Covid, l'accès aux gymnases est restreint pour deux semaines. Les salles de sport vont fermer et les préfets décideront ce qu'il en est pour les piscines. À Paris, la préfecture de police a décidé de fermer les gymnases, exceptés pour "la pratique scolaire et périscolaire", à compter de  samedi 26 septembre. "Les ouvertures et les fermetures restent à la main du préfet, même s'il y a cette doctrine nationale", a précisé sur franceinfo Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports.

franceinfo : Qu'en est-il des clubs de sports ?

Roxana Maracineanu : Il est important que les enfants puissent continuer à aller dans ces clubs, d'une part parce qu'ils sont encadrés avec des éducateurs qui peuvent leur faire l'article sur les gestes barrières, les mesures sanitaires. Il était important de passer un message fort aux Français, de leur dire que nous sommes à l'approche d'une deuxième vague, l'épidémie reprend de plus belle, il faut faire attention quand on est adulte. Les adultes doivent faire plus attention aujourd'hui que les enfants, surtout quand ils sont avec leurs amis de club ou en famille.

Qu'en est-il en extérieur ?

Lorsqu'il s'agit d'un équipement extérieur ou dans la rue ou la forêt on peut continuer à faire du sport si ces équipements sont ouverts. Toujours est-il que les ouvertures et les fermetures restent à la main du préfet, même s'il y a cette doctrine nationale aujourd'hui qui est proposée sur tout le territoire.

Quelle est la règle pour les piscines ?

Les piscines restent ouvertes, elles peuvent être fermées à la demande des préfets. Si elles sont fermées, les publics prioritaires y auront accès, ce sont les enfants et les jeunes de moins de 18 ans, les sportifs dont c'est le métier.

J'encourage les préfets et les collectivités à ce qu'il y ait une harmonisation sur tout le territoire pour que les publics concernés puissent continuer à faire du sport parce que c'est important pour notre jeunesse. 

Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports

à franceinfo

Quand les enfants ne sont pas à l'école, dans les associations, ils sont quelque part et c'est mieux qu'ils soient encadrés à faire du sport plutôt qu'à faire autre chose.

Les salles de sport vont devoir fermer dans les zones d'alerte renforcée et maximale. Allez-vous les aider ?

Nous avons proposé avec Bruno Le Maire des mesures d'accompagnement économique conséquentes. Il y aura un fonds de solidarité qui ira jusqu'à 10 000 euros pour ce mois-ci de fermeture et le chômage partiel reprendra avec un reste à charge zéro ce qui va leur permettre, je l'espère, de passer la bosse et de contribuer à l'effort qui doit être le nôtre à tous.

La jauge des spectateurs est passée de 5 000 à 1 000. Pourquoi un tel choix ?

On a choisi de faire repartir le sport avec du public dans les stades, on est le seul pays d'Europe à l'avoir fait. On s'adapte dans les territoires qui sont en difficultés, la jauge dans tous les secteurs de la société va être limitée à 1 000. Dans les zones qui restent vertes ce sera 5 000 avec une possibilité pour les préfets d'y déroger au-delà ou en deçà. Pour Roland-Garros, on va devoir s'adapter, je sais que c'est difficile pour eux et pour tous les prestataires, mais au moins cette compétition aura le mérite d'avoir lieu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.