Fermeture des restaurants et bars à Marseille et Aix-en-Provence : "Il y aura des verbalisations à partir d'aujourd'hui", avertit le préfet des Bouches-du-Rhône

Amendes réitérées autant de fois que nécessaires, interdiction de rouvrir à la fin des mesures si désobéissance... "Nous sommes dans un état de droit, il est donc normal que nous appliquions la règle qui a été fixée", assène Christophe Mirmand.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône, le 14 septembre 2020. (NICOLAS TUCAT / AFP)

"Il y aura des verbalisations à partir d'aujourd'hui si ces mesures ne sont pas respectées", a affirmé lundi 28 septembre sur franceinfo Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône, alors que les restaurants, bars ou encore cafés de Marseille et Aix-en-Provence sont totalement fermés à partir de lundi et pour au moins huit jours.

"Nous sommes dans un état de droit, il est donc normal que nous appliquions la règle qui a été fixée, en application d'un décret du 10 juillet dernier", a rappelé le préfet en réaction aux propos de l'adjointe à la maire de Marseille, Samia Ghali, qui a déclaré que la police municipale n'appliquerait pas les décisions du gouvernement.

En cas de non respect des règles, "ce sera des amendes administratives qui seront dressées, il y aura éventuellement un dépôt de plainte devant le procureur de la République, et il y aura également des sanctions administratives qui pourront être mise en oeuvre, qui priveront les cafetiers concernés de pouvoir rouvrir lorsque cette mesure prendra fin", a assuré le préfet.

"Ca pourra commencer par des amendes de 135 euros, qui seront multipliées autant de fois qu'elles seront réitérées. Ce sont ensuite des poursuites qui pourront être demandées devant le procureur de la République", a prévenu Christophe Mirmand, précisant que pour l'instant, "les choses semblent se passer comme elles le doivent, avec des établissements qui demeurent fermés".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.