Fermeture des écoles à cause du coronavirus : "Une mesure qui va dans le bon sens", pour le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire

"C’est une mesure qui peut vraiment permettre d’enrayer l’épidémie" de coronavirus, estime Francette Popineau, co-secrétaire du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Francette Popineau, co-secrétaire générale du syndicat SNUipp-FSU, lundi 2 septembre 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

12 millions d'élèves n'iront pas en classe comme d'habitude lundi matin. La faute à l'épidémie de coronavirus. Le gouvernement a décidé de fermer tous les établissements scolaires, jusqu'à nouvel ordre, pour tenter d’endiguer l’épidémie. "C'est une mesure qui va dans le bon sens", a estimé dans la foulée Francette Popineau, co-secrétaire du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire. La représentante syndicale était l'invitée des Informés de franceinfo.

Franceinfo : cette fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités était-elle la bonne décision à prendre par rapport au coronavirus ?

Francette Popineau : Oui, absolument. Avant cette annonce, il y avait de la confusion. On ne savait plus très bien quelle attitude adopter. Cela clarifie les choses pour tout le monde.

Nous voyons bien que lorsqu’il y a un épisode de grippe et que les écoles sont fermées pour des raisons de vacances, l'épidémie diminue. Et de façon remarquable.

Francette Popineau, co-secrétaire du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire

sur franceinfo

C’est donc une mesure qui peut vraiment permettre d’enrayer l’épidémie de coronavirus. Surtout si elle est assortie, comme l'a dit le président, de gestes citoyens. Il a fait appel à la responsabilité et à la solidarité. Je crois que c'est important aussi d'y associer tout cela. C’est important aussi qu’il puisse y avoir des mesures préventives pour les salariés car évidemment, avec ces fermetures d’écoles, les parents vont devoir s’arrêter de travailler pour garder leurs enfants.

Pensez-vous que cette acceptation des choses sera partagée par l'ensemble des syndicats du monde de l'éducation ?

Nous avons tous un devoir envers la santé des élèves, de leur famille et de tous les citoyens. Je pense donc que tout le monde sera d'accord pour dire que c'est une mesure qui va dans le bon sens, même si elle est effectivement contraignante. Mais elle est indispensable. D'autres pays l'ont fait et on a vu que ça a porté ses fruits. Il faut continuer à aller dans ce sens.

Est-ce que le monde de l'éducation, enseignants et personnels, vont participer pendant toute cette période de fermeture à l'accueil des enfants ?

Je ne pense pas, puisque les écoles seront fermées. En revanche, enseignants et personnels vont participer à ce que l'activité scolaire soit maintenue. Il ne s'agira pas, évidemment, d'aborder des notions nouvelles. Les parents ne sont pas des pédagogues. Mais en revanche, une activité scolaire doit être maintenue pour les enfants, et nous y contribuerons.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.