Facebook va interdire les publicités au discours anti-vaccins

Cette annonce survient dans le cadre d'une campagne d'informations en faveur de la vaccination contre la grippe saisonnière. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des logos du réseau social Facebook sur des tablettes, à Paris, le 17 février 2019.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Facebook veut encourager les utilisateurs à se faire vacciner, notamment contre la grippe. Dans un message publié mercredi 13 octobre sur le blog du réseau social (lien en anglais), le groupe a fait savoir qu'il lancerait une campagne d'infirmation en ce sens, tout en interdisant les publicités cherchant à dissuader les utilisateurs d'aller se faire vacciner. Aussi, les messages publicitaires contre ou en faveur de la législation ou des décisions gouvernementales au sujet des vaccins, notamment du vaccin contre le COVID-19, seront toujours autorisées, selon ce message.

Ces nouvelles mesures seront mises en œuvre dans les prochains jours, poursuit Facebook. 

Dans le cadre de la lutte contre la désinformation 

Les anciennes règles de Facebook toléraient les messages anti-vaccins tant qu'ils ne contenaient pas d'informations erronées. Mais avec 2,7 milliards d'utilisateurs actifs par mois, Facebook fait face aux pressions des législateurs et de groupes de santé publique qui lui demandent de sévir contre les contenus anti-vaccins et la désinformation circulant sur la plateforme. 

"Alors que les experts en santé publique s'accordent à dire que nous ne disposerons pas d'ici un moment d'un vaccin disponible à grande échelle contre le Covid-19, nous pouvons prendre des mesures pour rester en bonne santé et en sécurité. Cela inclut de se faire vacciner contre la grippe saisonnière", prévient ainsi le message du groupe.  

Les grands réseaux sociaux sont régulièrement accusés de laisser se développer le mouvement anti-vaccins. Selon les autorités sanitaires américaines, le pourcentage d'enfants atteignant deux ans sans aucune vaccination est passé de 0,9% des enfants nés en 2011 à 1,3% de ceux nés en 2015. Le nombre de demandes d'exemptions vaccinales a augmenté en 2017-2018 pour la troisième année scolaire consécutive aux Etats-Unis.

Une très grande étude portant sur plus de 650 000 enfants danois suivis sur plus d'une décennie est pourtant parvenue à la même conclusion que plusieurs études précédentes : le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) n'augmente pas le risque d'autisme, contrairement à ce qui est colporté sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.