Cet article date de plus d'un an.

Face à la crise liée au coronavirus, Bernard Arnault taille (un peu) dans son salaire

Comme tous les administrateurs qui exercent des fonctions exécutives, le PDG du groupe LVMH renonce à deux mois de salaire, "ainsi qu'à toute rémunération variable au titre de l'année 2020".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le PDG de LVMH, Bernard Arnault, à Paris, le 28 janvier 2020. (ERIC PIERMONT / AFP)

Les dirigeants de LVMH, dont Bernard Arnault, vont renoncer à une partie de leur salaire face à la crise liée au coronavirus. Le PDG du groupe et "chacun des autres administrateurs exerçant des fonctions exécutives" - Antonio Belloni, Nicolas Bazire, Sidney Toledano, Delphine Arnault et Antoine Arnault - ont décidé de "renoncer à leur rémunération pour les mois d'avril et mai 2020, ainsi qu'à toute rémunération variable au titre de l'année 2020".

Concernant Bernard Arnault, première fortune de France et troisième mondiale selon le classement Forbes, le montant de son salaire brut variable ne sera fixé qu'au terme de l'exercice en cours, mais à titre de comparaison, celui qui sera soumis au vote des actionnaires le 30 juin au titre de 2019 s'élève à 2,2 millions d'euros. Le groupe va également proposer à l'assemblée générale de réduire de 30% le dividende initialement proposé au titre de 2019, qui s'établirait ainsi à 4,80 euros par action.

"Il y a un appétit des Chinois après le confinement"

Le chiffre d'affaires trimestriel du numéro un mondial du luxe et ses 75 "maisons" recule finalement de 15% à 10,6 milliards d'euros (-17% en organique), selon les chiffres annoncés jeudi 16 avril. "Les fermetures de sites de production et de magasins dans la plupart des pays du monde pendant le premier semestre auront un impact sur les ventes et les résultats annuels", qui ne peut être encore évalué, indique LVMH.

Concernant l'Asie (hors Japon) où LVMH a réalisé l'an dernier 30% de ses ventes, le directeur financier Jean-Jacques Guiony a évoqué la Chine où est constatée une "amélioration significative de la situation avec la réouverture progressive des magasins". "La plupart des grandes marques sont redevenues 'positives' à partir de la mi-mars. Il y a un appétit des Chinois après deux mois de confinement", a-t-il détaillé lors d'une conférence téléphonique.

Jeudi, Bernard Arnault a également tenu à saluer les salariés du groupe "mobilisés pour venir en aide aux soignants et participer à l'effort collectif", via la fabrication de masques, surblouses et gel hydroalcoolique. LVMH a aussi fait acheminer de Chine plusieurs millions de masques.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Synthèse Quatre questions pour comprendre la décision d'Amazon de suspendre ses activités pendant cinq jours après le rappel à l'ordre de la justice

• Enquête. Covid-19 : le lourd tribut payé par les élus lors du premier tour des municipales

• Eclairage. Réaction tardive, complaisance envers la Chine... Pourquoi la gestion de la pandémie par l'OMS est autant critiquée

• Témoignages. #EtAprès : plus d'autonomie, moins de pression, une reconversion… Voici comment vous imaginez votre vie professionnelle après la crise du coronavirus

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.