"Être Breton n'immunise pas contre le Covid", le président de la région appelle "tout le monde" à se faire vacciner

Pour éviter des confinements réguliers, la vaccination est "la seule solution", soutient Loïg Chesnais-Girard, le président de la région Bretagne où jusqu'ici l'épidémie avait été peu virulente. Ces derniers jours, les cas s'y sont multipliés.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Loïg Chesnais-Girard, le président socialiste de la région Bretagne, le 25 juin 2020. (VALENTIN BELLEVILLE / RADIO FRANCE)

"Être Breton n'immunise pas contre le Covid", a rappelé Loïg Chesnais-Girard, le président socialiste de la région Bretagne jeudi 8 juillet sur France Inter. "Comme nous avions moins souffert de l'épidémie de Covid, nous avions au départ un peu tendance à croire que nous étions un peu protégés", a-t-il regretté alors que Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a fait savoir mercredi que la Bretagne faisait partie des régions où le taux d'incidence augmente ces derniers jours, avec des "dynamiques épidémiques qui sont particulièrement fortes".

>> INFOGRAPHIES. Risque d'une quatrième vague : que disent les indicateurs sur le Covid-19 avant les grands départs en vacances ?

Si Loïg Chesnais-Girard se félicite que le taux d'incidence reste encore "très faible" en Bretagne, il insiste sur le fait qu'il "faut continuer de se vacciner massivement". "Si le nouveau variant arrive il faut que nous soyons protégés comme les autres, il faut donc que tout le monde se vaccine". "Cette vaccination est la seule solution", a-t-il répété.

"Faire gaffe à soi et gaffe aux autres"

"Ça n'empêche pas de faire la fête, ça n'empêche pas de revivre avec la culture, le sport, tout ce qui fait le plaisir de la Bretagne mais il faut faire attention", a indiqué le président de la région, où se tient dès jeudi et pour 10 jours le festival des Vieilles Charrues, à Carhaix, dans le Finistère. "Nous voulons profiter de cet été tout en ayant conscience qu'il faut faire gaffe à soi et gaffe aux autres", a poursuivi Loïg Chesnais-Girard face à l'arrivée des touristes. "Il faut que chacun prenne conscience qu'il a un petit bout de la solution en lui", a estimé le socialiste.

Sur la question de la vaccination obligatoire pour les soignants, Loïg Chesnais-Girard considère que "ce sujet va devenir normal et naturel". "Il y a des sujets de liberté individuelle, de déontologie mais il y a aussi l'intérêt général", selon lui. "Il va falloir se rendre compte que c'est la seule solution pour vivre ensemble sereinement sans vivre des périodes de confinement tous les 3 mois ou tous les 6 mois", a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.