En direct du monde, France info

En Islande, la réouverture des piscines, fermées à cause du coronavirus, est attendue avec impatience

Les piscines islandaises, qui font partie de la vie culturelle du pays, doivent pouvoir rouvrir le 18 mai ont annoncé les autorités sanitaires du pays.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La piscine extérieure de Laugardalslaugà Reykjavik, la plus grande piscine d\'Islande, a été fermée en raison de l\'épidémie de coronavirus, le 27 avril 2020.
La piscine extérieure de Laugardalslaugà Reykjavik, la plus grande piscine d'Islande, a été fermée en raison de l'épidémie de coronavirus, le 27 avril 2020. (JEREMIE RICHARD / AFP)

La piscine est un lieu profondément ancré dans la culture islandaise comme les cafés en France ou les pubs en Angleterre. Les Islandais vont à la piscine tous les jours ou presque. "C’est culturel, on va à la piscine pour se rencontrer, discuter et juste se relaxer après une dure journée de travail ou un bon entraînement", explique Hulda Bjarkar, professeur de natation à Laugardalslaug, la plus grande piscine de Reykjavík et d’Islande. Mais depuis le 24 mars, impossible de sacrifier au rituel : pour lutter contre la pandémie de coronavirus, les 134 piscines municipales et bassins d’eau chaude naturels du pays sont fermés, dont le très touristique Blue Lagoon.

"C’est notre façon de vivre"

Cela peut prêter à sourire, mais pour beaucoup c’est un vrai drame. À l’image de Róbert Spanó, 80 ans, ex-entrepreneur aujourd’hui à la retraite. Habituellement, il fait tous les jours ses 200 ou 300 mètres à la nage, avant de retrouver ses amis au jacuzzi chauffé à 40°C. Privés de ce rendez-vous quotidien depuis plus d’un mois, sa femme et lui sont inconsolables. "C’est très très difficile pour nous que la piscine soit fermée car c’est notre façon de vivre", explique Róbert Spanó.

J’aime profiter de la piscine à l'extérieur qu’il neige, qu'il pleuve ou qu'il fasse froid, ce n’est pas un problème. J’aime ça et c’est très sain à mon âge.

Róbert Spanó, un octogénaire islandais

à franceinfo

Que Róbert se rassure néanmoins, et prenne son mal en patience car les autorités sanitaires ont annoncé en début de semaine que les piscines pourraient rouvrir le 18 mai avec toutefois une limite sur le nombre d’admissions.

Une piscine pour 2 700 habitants

Cet amour des piscines dans le pays vient d’abord du coût du charbon et du pétrole que l’Islande utilisait pour se chauffer jusqu’au début du XXe siècle. La hausse des prix devenant insoutenable, le pays entame sa transition énergétique par nécessité et décide de développer l’utilisation de son abondante énergie géothermique et, avec elle, se construisent les premières piscines.

Et puis à la même époque, l’île transforme son économie alors centrée sur l’agriculture et mise sur la pêche. Le problème, c’est que personne à l’époque ne sait nager. Le nombre de noyades en mer est considérable. Le gouvernement rend alors la natation obligatoire à l’école en 1940. Dès 6 ans, les écoliers nagent plusieurs fois par semaine et on construit de nombreuses piscines. Aujourd'hui, l’Islande en compte une pour 2 700 habitants. Même les plus petits villages ont la leur, et la natation est profondément enracinée dans la culture nationale.

La piscine extérieure de Laugardalslaugà Reykjavik, la plus grande piscine d\'Islande, a été fermée en raison de l\'épidémie de coronavirus, le 27 avril 2020.
La piscine extérieure de Laugardalslaugà Reykjavik, la plus grande piscine d'Islande, a été fermée en raison de l'épidémie de coronavirus, le 27 avril 2020. (JEREMIE RICHARD / AFP)