Emmanuel Macron positif au Covid-19 : "C'est un contaminateur potentiel"

Testé positif au Covid-19, le président de la République, devra, comme un citoyen ordinaire, se confiner sept jours. Des médecins généralistes font entendre jeudi sur franceinfo une voix rassurante sur son probable état de santé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron, le 14 décembre 2020. (MARTIN BUREAU / POOL)

Le chef de l'Etat est porteur du virus "depuis trois, quatre jours", a estimé jeudi 17 décembre sur franceinfo, Jacques Battistoni, le président du syndicat de médecins généralistes MG France, alors que l'Elysée a annoncé qu'Emmanuel Macron a été testé positif au coronavirus jeudi 17 décembre. Conformément aux mesures sanitaires, le président de la République va s'isoler pendant sept jours. "Il va continuer de travailler et d'assurer ses activités à distance", précise le communiqué de l'Elysée.

>> DIRECT. Emmanuel Macron positif au Covid-19 : cas contact, le Premier ministre espagnol est en quarantaine jusqu'au 24 décembre

"Emmanuel Macron est un contaminateur potentiel dans la mesure où il rencontre beaucoup de gens", explique Jacques Battistoni. Mercredi, le président de la République a d'ailleurs présidé un Conseil des ministres. "Je ne suis pas certain que l'ensemble du conseil des ministres ait été exposé, avance le médecin. Il faut déterminer jusqu'à quel point la proximité dans la salle fait que les voisins du président étaient de contacts." Selon Jacques Battistoni, Emmanuel Macron ne devrait pas avoir besoin d'un traitement particulier "dans cette phase-là".

"Si comme je le pense, il n'a pas de symptômes extraordinaires, ça devrait bien se passer. Mais il va avoir besoin d'une surveillance rapprochée étant donné ses fonctions."

Dr Battistoni

à franceinfo

Quant à Jean Castex, considéré comme cas contact, il est également placé à l'isolement. Olivier Véran, le ministre de la Santé, va donc présenter à la place du Premier ministre la stratégie de vaccination contre le Covid-19 jeudi après-midi au Sénat. Enfin, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, également cas contact, va lui aussi s'isoler.

"Il va falloir remonter les chaînes, voir qui il a rencontré et tester tous les gens qu'il a rencontrés, c’est-à-dire faire ce fameux contact tracing", commente de son côté le Dr Jérôme Marty, médecin généraliste, président de l'Union française pour une médecine libre. "On mesure la chance qu'a la France d'avoir un président jeune, puisqu'on sait que cette pathologie frappe mois gravement les jeunes que les personnes plus âgées", a-t-il ajouté.

"Le risque zéro n'existe pas"

"Ce genre de fonction amène des contacts multiples, dit de super propagation, indique sur franceinfo Pascal Crépey, enseignant-chercheur en épidémiologie. Plus on est en contact avec des personnes, plus on augmente le risque d’être contaminé". L’épidémiologiste ajoute qu’il n’y a pas que "le réseau de contacts". "Les contextes dans lesquels les rencontres ont lieu" jouent également dans le risque de contamination. 

"On peut prendre toutes les mesures possibles pour se protéger, le virus peut arriver quand même à passer."

Dr Jérôme Marty

à franceinfo

Pascal Crépey rappelle que "malgré le port du masque, la distanciation physique et le lavage des mains" n’empêchent pas le risque de contamination, quelque soit l’activité professionnelle. "Le risque zéro, malheureusement, n'existe pas", souligne Jérôme Marty. "C'est ce qu'on voit dans nos établissements, on prend beaucoup de mesures pour protéger les patients, et malgré ça, on voit bien que de temps en temps nous avons des cas qui peuvent diffuser de chambre en chambre", a-t-il poursuivi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.