Cet article date de plus de quatre ans.

Efficacité des masques et du confinement, probabilité d'un vaccin... le "8h30 franceinfo" du Pr William Dab

Le Pr William Dab, ancien directeur général de la Santé, épidémiologiste, était invité mardi sur franceinfo. Outre la question de la protection offerte par les masques, il est notamment revenu sur les thèmes de la production d'un vaccin contre le Covid-19 ainsi que celui du déconfinement.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min
Un masque de protection FFP2. (FRANCK FIFE / AFP)

Alors que le confinement est en place depuis cinq semaines en France, le coronavirus fait encore de nombreux morts chaque jour. Le Covid-19 continue de se propager et "il va falloir vivre avec pendant de nombreux mois", a déclaré mardi sur franceinfo le Pr William Dab, ancien directeur général de la Santé, épidémiologiste. 

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Selon lui, si le virus continue de se propager, c'est "que des personnes qui n'avaient plus besoin de soins hospitaliers sont rentrées chez elles en étant encore contagieuses et ont contaminé leur entourage", si l'on en croit la "principale hypothèse", a expliqué le Pr William Dab.

Pas de vaccin avant 12 ou 18 mois

Par ailleurs, l'épidémiologiste estime que si la France "a une force de frappe biologique remarquable". Le problème, estime-t-il, sera l'industrialisation du vaccin. "Je ne suis pas sûr qu'on aura l'appareil industriel qui permettra de produire rapidement, 5, 6,7 milliards de doses de vaccin. Il y aura une mobilisation importante, mais personne n'imagine qu'on ait un vaccin en France avant 12 ou 18 mois", a ainsi expliqué William Dab.

Alors que pour le moment, aucun consensus ne se dégage sur l'utilisation des masques pour se protéger contre le coronavirus, l'ancien directeur général de la Santé rappelle que si le masque n'est pas "100% protecteur", il est "protecteur", aussi faut-il l'utiliser. Le Pr Dab rappelle à cet égard l'importance des gestes barrières et de la distanciation sociale.

Déconfiner des régions-tests ?

Le gouvernement envisage un déconfinement progressif à partir du 11 mai et les modalités seront présentées d'ici 15 jours. "Je ne sais pas si c'est trop tôt. Il n'est pas évident que ce soit la même date qui soit applicable partout, en même temps, de la même façon", estime William Dab. La date du 11 mai "n'a pas été justifiée", selon lui : "On n'a pas dans le débat public actuellement les arguments qui ont présidé à ce choix. Il serait important d'avoir une photographie régionale de l'épidémie (...) L'impression que cela donne, poursuit le Pr William Dab, c'est qu'il y a des régions où la circulation virale est beaucoup moins active et, à la limite, on pourrait dès à présent envisager d'alléger le confinement dans certaines régions, ce qui servirait de laboratoire." Pour William Dab, interdire les déplacements entre régions semble "difficile".

Je ne pense pas que les Français soient prêts à accepter des solutions policières comme les Chinois ont mis en place. Actuellement, elle est réduite. Ce point pourrait s'arranger.

Pr William Dab

à franceinfo

Le Pr Dab a par ailleurs dénoncé l'attitude des autorités chinoises, alors que la Chine a été pointée du doigt par de nombreux pays pour ne pas avoir été transparente dans l'épidémie du coronavirus Covid-19. "On sait bien que c'est un des problèmes. Si la Chine avait été transparente et réactive elle aurait pu tuer dans l'œuf les premiers foyers épidémiques et éviter sa diffusion", estime-t-il. "On voit bien que l'OMS a énormément de difficultés. La Chine sous pression vient de réévaluer la mortalité dans la province de Wuhan. Donc, il est très difficile de savoir quelle est la situation en Chine", a regretté William Dab.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.