Écoles : quelle rentrée en cas de reprise de l'épidémie ?

L’Éducation nationale se prépare à l’éventualité d’une reprise de l’épidémie. Plusieurs protocoles ont été mis sur la table. On vous explique ce qu'en pensent parents et syndicats d’enseignants.

Cette vidéo n'est plus disponible

Pour assurer correctement les cours en cas de rebond de l’épidémie à la rentrée, le gouvernement prévoit deux scénarios. Le premier serait celui d’une circulation active du virus, plus forte qu’actuellement : les établissements resteraient ouverts, avec une capacité d’accueil réduite, ou les élèves ne viendraient que deux à trois jours par semaine. Le reste de l’enseignement se ferait à distance, sauf pour les publics prioritaires : les CP et CE1 en classes dédoublées, et les éleves handicapés. Cette hypothèse ne rassure pas entièrement les syndicats de parents d’élèves.

Dans ce cas, "il faudra voir comment les parents pourront travailler et s’organiser entre eux pour assurer la garde des enfants", s’inquiète Renaud Carpy, représentant de la fédération de parents d’élèves FCPE Paris.

Les enseignants pas préparés aux différentes éventualités

Le deuxième scénario serait une circulation très active du virus. Dans ce cas les établissements situés dans les foyers de l’épidémie resteraient fermés localement. Tous les cours se feraient alors à distance. Dans cette éventualité, le ministère de l’Éducation nationale recommande au moins un contact téléphonique par semaine avec chaque élève.

Mais pour les syndicats d’enseignants, les professeurs ne seraient pas prêts pour ce dispositif : "Si on veut que toutes les écoles soient prêtes, il faut décaler la rentrée scolaire. Nous demandons à ce que la rentrée soit décalée afin de donner du temps aux équipes enseignantes pour préparer ces différentes hypothèses", prévient Guislaine David, Porte-Parole du Syndicat d’enseignants SNUIPP.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enfants attendent de rentrer dans leur classe dans une école de Strasbourg, le 22 juin 2020. 
Des enfants attendent de rentrer dans leur classe dans une école de Strasbourg, le 22 juin 2020.  (FREDERICK FLORIN / AFP)