Disparition de Rémy Julienne : "Il ne perdait pas un instant de vie", réagit son ami, le député LR Jean-Pierre Door

"Ces derniers mois, il faisait encore ses 5 ou 6 kilomètres [à vélo] pour venir faire des courses", raconte Jean-Pierre Door, député Les Républicains du Loiret, médecin et ami du célèbre cascadeur, mort dans la nuit d'une forme grave du Covid-19.

Article rédigé par
avec France Bleu Orléans - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cascadeur Rémy Julienne, 6 juin 1986. (ERIC PRÉAU / SYGMA)

"Il avait toujours envie de faire quelque chose, il avait des ambitions régulières (...) avec son âge, il ne perdait pas un instant de vie", a relaté vendredi 22 janvier sur France Bleu Orléans Jean-Pierre Door, député Les Républicains du Loiret et ami du célèbre cascadeur Rémy Julienne, mort du Covid-19 dans la nuit. Il avait 90 ans et plus de 1 400 cascades à son actif.

"Je suis très triste, c'était un ami sincère que je connais depuis une dizaine d'années, d'abord en tant que médecin, mais également en tant qu'ami", a témoigné l'homme, politique cardiologue de métier.

"Début janvier, quand on a su qu'il avait cette maladie, moi je lui ai dit : 'je suis sûr que tu vas la gagner, tu vas gagner cette dernière cascade !'"

Jean-Pierre Door, médecin et ami de Rémy Julienne

à France Bleu Orléans

"Ces derniers mois, ces dernières années, il faisait encore le trajet Cepoy-Montargis à vélo, parce qu'il avait besoin d'exercice, et j'étais éberlué de le voir avec son vélo faire quand même ses 5 ou 6 kilomètres pour venir faire des courses et repartir, à 90 ans." Rémy Julienne se déplaçait encore beaucoup dans toute la France. "Il répondait présent à toutes celles ou tous ceux qui souhaitaient l'avoir dans des manifestations, sur le plan auto, sur le plan cascade", a expliqué Jean-Pierre Door.

"Quand il nous racontait, au moins dix fois, cent fois, la scène de 'La Grande Vadrouille' où il est avec la moto, où il finit dans une mare avec les canards, il avait toujours ses blagues : 'Mais moi je n'étais pas averti que j'allais finir dans la mare aux canards !' C'était assez risible... C'est très triste maintenant".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.