Sommet européen à Bruxelles : les discussions s'enlisent sur le plan de relance économique

Les dirigeants européens ne sont pas d'accord sur la manière de mettre en place les 750 milliards d'euros d'aides, ce qui promet des négociations difficiles.

La chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le président du Conseil européen Charles Michel au sommet européen à Bruxelles (Belgique), le 17 juillet 2020.
La chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le président du Conseil européen Charles Michel au sommet européen à Bruxelles (Belgique), le 17 juillet 2020. (THIERRY MONASSE / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

C'est un rendez-vous capital et incertain. Les dirigeants de l'Union européenne se réunissent à Bruxelles (Belgique), vendredi 17 juillet, pour un sommet consacré à la relance économique du continent afin de faire face à la crise sanitaire. Mais les discussions s'enlisent après plusieurs heures de négociations entre les Vingt-Sept car le plan de 750 milliards d'euros ne fait pas l'unanimité.

Un plan XXL pour sauver l'emploi. Sur la table des négociations, un plan de relance de 750 milliards d'euros, composé de 250 milliards de prêts, et surtout de subventions à hauteur de 500 milliards, qui n'auront pas à être remboursées par les Etats bénéficiaires. Le montant global de l'enveloppe n'est pas sujet à débat.

Deux visions sur les contreparties. Il y a d'une part les états dits "frugaux" – les Pays-Bas en tête, la Suède, le Danemark, l'Autriche –, qui souhaitent des contreparties et des réformes de la part des états bénéficiaires. Et il y a une autre partie de l'Europe, emmenée par la France et l'Allemagne, qui souhaite un plan moins contraignant, plus rapide et efficace.

"Un moment de vérité pour l'Europe." Face à la presse, Emmanuel Macron a requis "beaucoup plus de solidarité et d'ambition" et a évoqué des "prochaines heures décisives". La chancelière allemande, Angela Merkel, s'attend à des négociations "très, très difficiles" et le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a déclaré qu'il n'était "pas optimiste".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #RELANCE

00h06 : Voici un rappel des principaux titres de l'actualité :

Le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation pour les 20% les plus riches, prévue en 2023, est confirmé par le Premier ministre. Invité du 20 Heures de France 2, Jean Castex a dit ne pas envisager un report de cette suppression comme l'avait suggéré Emmanuel Macron le 14 juillet.

#RETRAITES C'est l'autre annonce importante de Jean Castex : les négociations sur la réforme des retraites ne reprendront pas avant la fin de l'année. Il accède ainsi aux demandes des partenaires sociaux, qui estiment que la priorité est la relance de l'économie.

Pas d'accord à Bruxelles. Les 27 pays de l'Union européenne, réunis pour plancher sur un plan de relance européen de 750 milliards d'euros, n'ont pas réussi à trouver un terrain d'entente. Le sommet doit se poursuivre ce week-end.

La circulation du virus en France augmente, s'inquiète la direction générale de la Santé, tandis que plusieurs régions sont placées sous haute surveillance.

23h17 : Les discussions se poursuivent à Bruxelles sur le plan de relance massif de l'Union européenne. Et à en croire le correspondant de Libération sur place, c'est très loin d'être gagné. Les pays partisans de l'orthodoxie budgétaire, Pays-Bas en tête, font de la résistance.

21h14 : Les conditions posées par les Pays-Bas et la menace d'un veto hongrois pèsent lourdement sur les chances de parvenir à un accord sur un fonds de relance doté de 750 milliards d'euros. Ce plan est composé de 250 milliards de prêts et 500 milliards de subventions, en complément du budget pluriannuel commun qui serait porté à 1 100 milliards d'euros sur sept ans (2021-2027).

21h13 : Les discussions entre les 27 pays de l'Union européenne sur un plan de relance s'avèrent, comme prévu, très compliquées. Selon le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, les opinions des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne réunis à Bruxelles divergent diamétralement.

20h25 : "Il y a quand même un tournant : l'Europe, grâce au couple franco-allemand, va prendre en charge les aspects budgétaires"

Malgré les négociations difficiles entre les Vingt-Sept à Bruxelles, Jean Castex se veut confiant.

19h57 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi soir :

Les concertations autour de la réforme sont repoussées "au moins jusqu'à la fin de l'année", a annoncé le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, au sortir d'une réunion entre les partenaires sociaux et le gouvernement à Matignon. Le Premier ministre a, de son côté, indiqué que la concertation reprendrait "dans les mois à venir pour en améliorer le contenu et la lisibilité pour nos concitoyens".

Près de 4 millions d'habitants de l'agglomération de Barcelone sont appelés à "rester chez eux" pour freiner la reprise de l'épidémie de Covid-19. Le gouvernement régional catalan a également décidé de fermer cinémas ou discothèques. En France, plusieurs régions sont suivies de près.


Aujourd'hui débute un sommet réunissant tous les dirigeants européens à Bruxelles, pour tenter de trouver un accord sur un plan de relance de 750 milliards d'euros. Pour Emmanuel Macron, ce sommet est "un moment de vérité et d'ambition pour l'Europe".

#5G EELV demande un "moratoire" sur la 5G, accusée notamment d'être trop énergivore. Le parti écologiste réclame notamment la création de "zones blanches", sans ondes émises par quelque appareil que ce soit.

18h13 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité en ce début de soirée :

Les concertations autour de la réforme sont repoussées "au moins jusqu'à la fin de l'année", a annoncé le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, au sortir d'une réunion entre les partenaires sociaux et le gouvernement à Matignon. Le Premier ministre a, de son côté, indiqué que la concertation reprendrait "dans les mois à venir pour en améliorer le contenu et la lisibilité pour nos concitoyens".

Près de 4 millions d'habitants de l'agglomération de Barcelone sont appelés à "rester chez eux" pour freiner la reprise de l'épidémie de Covid-19. Le gouvernement régional catalan a également décidé de fermer cinémas ou discothèques.


Aujourd'hui débute un sommet réunissant tous les dirigeants européens à Bruxelles, pour tenter de trouver un accord sur un plan de relance de 750 milliards d'euros. Pour Emmanuel Macron, ce sommet est "un moment de vérité et d'ambition pour l'Europe".

#5G EELV demande un "moratoire" sur la 5G, accusée notamment d'être trop énergivore. Le parti écologiste réclame notamment la création de "zones blanches", sans ondes émises par quelque appareil que ce soit.

17h46 : Autre ambiance à l'extérieur des bâtiments du Conseil européen où se déroule le sommet. Dans les rues de Bruxelles, des Camerounais manifestent pour mettre la pression à l’Union européenne, afin qu’elle prenne des sanctions contre des membres du régime du président du pays, Paul Biya. Le Cameroun vit une crise politique inédite depuis la réélection en 2018 de cet homme âgé de 87 ans, au pouvoir depuis 1982 et toujours accueilli avec bienveillance dans les capitales occidentales.



(FRANÇOIS WALSCHAERTS / AFP)

17h52 : Assis à bonne distance les uns des autres, 24 hommes et 5 femmes masqués : rien d'une société secrète mais tout d'un sommet des dirigeants de l'Union européenne à Bruxelles, à l'heure du coronavirus. Avec, bien évidemment, des masques et "checks" du coude pour Angela Merkel, Charles Michel et Ursula von der Leyen.











(THIERRY MONASSE / ANADOLU AGENCY VIA AFP)

14h50 : Voici un nouveau point sur l'actualité en ce début d'après-midi :

Les concertations autour de la réforme sont repoussées "au moins jusqu'à la fin de l'année", a annoncé le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, au sortir d'une réunion entre les partenaires sociaux et le gouvernement à Matignon. Le Premier ministre a, de son côté, indiqué que la concertation reprendrait "dans les mois à venir pour en améliorer le contenu et la lisibilité pour nos concitoyens".


Près de 4 millions d'habitants de l'agglomération de Barcelone sont appelés à "rester chez eux" pour freiner la reprise de l'épidémie de Covid-19. Le gouvernement régional catalan a également décidé de fermer cinémas ou discothèques.


Aujourd'hui débute un sommet réunissant tous les dirigeants européens à Bruxelles, pour tenter de trouver un accord sur un plan de relance de 750 milliards d'euros. Pour Emmanuel Macron, ce sommet est "un moment de vérité et d'ambition pour l'Europe".


• Un important incendie s'est déclaré ce matin rue Civiale, dans le 10e arrondissement de Paris. Deux personnes se trouvent en urgence absolue, selon un premier bilan communiqué par les pompiers de Paris à franceinfo. Les causes de l'incendie demeurent inconnues. D'après les pompiers, le feu est désormais maîtrisé.

12h34 : Les Pays-Bas, par exemple, s'opposent au plan de relance économique, à travers leur Premier ministre Mark Rutte. Ce dernier réclame plus de garanties de la part des pays du sud de l’Europe, qu’ils trouvent désorganisés sur certains aspects. Ainsi, s'ils acceptent les 250 milliards d’euros de prêts, les Pays-Bas refusent les 500 milliards d’euros de subvention. Explications.








12h30 : La relance économique reste le sujet qui agite les pays membres de l’Union européenne, au menu du jour du sommet européen. Il faut réussir à trouver un consensus sur la réponse à apporter à cette problématique, même si des premières décisions ont été prises. Or, plusieurs avis divergent, selon les pays.

12h11 : Midi, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi 17 juillet :

#CORONAVIRUS Le taux de reproduction du virus, qui indique le nombre moyen de personnes qu'un porteur du virus peut contaminer, augmente dans plusieurs régions de France. Ce taux est particulièrement haut en Bretagne (2,62), à la Réunion (2,26) et en Provence-Alpes-Côte d'Azur (1,55). Suivez notre direct.

Aujourd'hui débute un sommet réunissant tous les dirigeants européens à Bruxelles, pour tenter de trouver un accord sur un plan de relance de 750 milliards d'euros. Pour Emmanuel Macron, ce sommet est "un moment de vérité et d'ambition pour l'Europe".


Jean Castex reçoit aujourd'hui syndicats et patronat lors d'une "conférence du dialogue social", visant à fixer "un calendrier de discussions" sur l'emploi, les réformes des retraites et de l'assurance-chômage.


La danseuse de ballet et chanteuse de music-hall Zizi Jeanmaire, connue pour son "Truc en plumes", est morte aujourd'hui à l'âge de 96 ans, annonce sa famille à l'AFP.

11h55 : L'ambiance est particulière au sommet des dirigeants européens à Bruxelles, puisque deux d'entre eux, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre portugais Antonio Costa, fêtent leur anniversaire aujourd'hui. Angela Merkel a reçu plusieurs cadeaux, notamment un bourgogne blanc de la part d'Emmanuel Macron.

11h55 : Le député européen LR Geoffroy Didier craint de son côté de nouveaux impôts du fait de ce plan de relance européen. "Ces 750 milliards d'euros, une somme vertigineuse (...) vont être intégralement empruntés et nous allons devoir les rembourser" pendant 30 ans, a-t-il estimé sur Sud Radio. "Je ne voudrais pas que ce plan de relance soit en fait l'occasion d'un impôt caché, où l'on découvre que les entreprises [en France], qui ont déjà le taux d'impôt sur les sociétés le plus élevé d'Europe, se mettent en plus à devoir rembourser et payer un nouvel impôt", a-t-il ajouté.

11h54 : Le député La France insoumise Eric Coquerel craint "des politiques d'austérité" en échange d'un accord sur le plan de relance européen, alors que débute un sommet des 27 à Bruxelles. "Est-ce que c'est de l'argent qui va être juste donné par la BCE [Banque centrale européenne] aux Etats, ce que nous souhaiterions, (...) ou en échange de politiques d'austérité ensuite pour rembourser la dette ?" s'est interrogé l'élu sur RFI. Ce dernier craint une "réduction des services publics" et des "réformes structurelles" en échange de ces fonds.

10h58 : "Je ne suis pas optimiste mais on ne sait jamais." Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, s'est montré assez sceptique quant à la possibilité d'un accord sur le plan de relance économique de l'UE.

Les Pays-Bas, l'un des quatre pays les plus réservés vis-à-vis de ce plan de 750 milliards d'euros, réclament que les Etats bénéficiant de ces fonds acceptent en échange de réformer leur marché du travail et leur système de retraite, entre autres.

10h30 : Pour Emmanuel Macron, ce sommet sur le plan de relance européen est "un moment de vérité et d'ambition pour l'Europe". "Nous sommes en train de vivre une crise inédite sur le plan sanitaire mais aussi économique et social. Elle requiert beaucoup plus de solidarité et d'ambition", a-t-il déclaré ce matin à Bruxelles. "C'est notre projet européen qui se joue là."

10h31 : "Les différences [entre les positions des dirigeants européens] sont encore très, très grandes. (...) Je m'attends à de très difficiles négociations", a reconnu la chancelière allemande devant les caméras. Angela Merkel, qui estime que ce plan "serait une bonne chose pour l’Europe", doit convaincre quatre pays en particulier : les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et l'Autriche, très critiques sur les 500 milliards d'euros de subventions qui n'auront pas à être remboursées.

10h00 : La chancelière allemande, Angela Merkel, estime que les négociations sur le plan de relance européenne de 750 milliards d'euros seront "très difficiles", alors que débute à Bruxelles un sommet entre dirigeants européens sur le sujet.

10h01 : Ce sommet européen, première rencontre physique entre les dirigeants européens depuis le début de l'épidémie de Covid-19, durera jusqu'à demain. Les négociations s'annoncent longues, tant ce plan de relance de 750 milliards d'euros divise les Etats-membres. Des pays comme les Pays-Bas, l'Autriche, la Suède et le Danemark sont encore réservés, et plaident pour des prêts remboursables plutôt que des subventions.

09h28 : "Nous ferons tout pour qu'un accord soit trouvé."

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, s'exprime alors que débute à Bruxelles un sommet entre les dirigeants des Etats européens sur la relance économique européenne. "Les prochaines heures seront absolument décisives", insiste le président. Le plan de 750 milliards d'euros proposé est composé de 250 milliards d'euros de prêts, et surtout de 500 milliards d'euros de subventions qui n'auront pas à être remboursées par les Etats bénéficiaires.

09h28 : Un sommet décisif. Les dirigeants des 27 Etats européens se retrouvent en face-à-face aujourd'hui, pour des discussions centrées sur le plan de relance européen de 750 milliards d'euros. Un plan largement soutenu par les conservateurs allemands, pourtant traditionnellement partisans d'une plus grande responsabilité budgétaire. Explications.

Angela Merkel aura la tâche de convaincre les quatre pays dits \"frugaux\" de signer l\'accord européen de 750 milliards d\'aides


(YVES HERMAN / POOL)