Covid-19 : les contaminations et les hospitalisations continuent de grimper, moins de patients en réanimation

Lors des dernières 24 heures, 425 183 personnes ont été testées positives en France, contre 436 167 la veille, selon les données publiées par Santé publique France.

Un soignant pousse un lit aux urgences de l\'hôpital de Périgueux (Dordogne), le 19 novembre 2020.
Un soignant pousse un lit aux urgences de l'hôpital de Périgueux (Dordogne), le 19 novembre 2020. (ROMAIN LONGIERAS / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les hospitalisations et les contaminations pour Covid-19 sont toujours en hausse mais le nombre de patients dans les services de soins critiques continue de légèrement baisser, selon les chiffres de Santé publique France diffusés jeudi 20 janvier.

Lors des dernières 24 heures, 425 183 personnes ont été testées positives, contre 436 167 la veille. Cela porte la moyenne sur les sept derniers jours à 337 192 cas quotidiens, contre 309 433 le jeudi précédent. Les services de soins critiques, qui accueillent les cas les plus graves, comptaient jeudi 3 842 malades du Covid-19 (dont 301 admissions), contre 3 852 la veille et 3 939 le jeudi précédent. Un chiffre qui continue donc de légèrement décliner. Le nombre total de malades hospitalisés atteint 27 931, dont 3 053 ont été admis ces dernières 24 heures. Le jeudi précédent, 24 154 personnes étaient hospitalisées. Un chiffre qui progresse constamment depuis le début de l'année alors que les contaminations flambent.

 Un renforcement de l'arsenal de protection. Le pass vaccinal entrera en vigueur dès lundi, a annoncé Jean Castex. Par ailleurs, la dose de rappel vaccinal sera étendue à tous les adolescents de 12 à 17 ans dès le même jour.

Un calendrier de levée des restrictions. Le port du masque en extérieur et le télétravail ne seront plus obligatoires à partir du mercredi 2 février, a annoncé Jean Castex. Les jauges dans les établissements sportifs et culturels disparaîtront le même jour. Par ailleurs, les discothèques rouvriront et les concerts debout reprendront le 16 février.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

00h07 : Voici un résumé des principales informations de cette soirée :

• Le pass vaccinal entrera en vigueur lundi (sauf décision contraire du Conseil constitutionnel), a annoncé Jean Castex. On vous résume toutes les annonces du gouvernement.

• Le 2 février, le masque ne sera plus obligatoire à l'extérieur, le télétravail ne sera plus imposé et les jauges disparaîtront dans les enceintes sportives et salles de spectacle où le public est assis. Le 16 février, les discothèques rouvriront et les concerts debout pourront reprendre.


• Les 12-17 ans pourront recevoir une dose de rappel à partir de lundi. Jean Castex a aussi annoncé que les 5-11 ans pourraient être vaccinés par les médecins et les pharmaciens. Un allègement du protocole dans l'Education nationale pourrait être décidé après les vacances de février.


•Le taux de grévistes des enseignants, mobilisés aujourd'hui pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires, s'élevait à 1,15% dans le premier degré et 2,18% dans le second degré, selon le ministère. Une nette baisse par rapport au jeudi précédent.

•L'Algérie, tentante du titre de la Coupe d'Afrique des Nations, est éliminée dès le premier tour après avoir été lourdement battue par la Côte d'Ivoire (3-1) dans le match de la dernière chance. Un résultat qui fait le bonheur des Comores, qualifiés en huitièmes pour leur première participation.

23h16 : Est-ce le moment d'annoncer un calendrier de levée de certaines restrictions ? Pour Jonathan Roux, épidémiologiste à l’Ecole des hautes études en santé publique de Rennes, "il faut être sûr que la décrue soit entamée". Ce qui n'est pas facile à estimer : le pic arrive "progressivement", estime-t-il, et il y a "toujours des patients qui arrivent, mais qui nécessitent une prise en charge qui est plus légère".

23h04 : Dans cet avis du Conseil scientifique, il estime qu'Omicron a infecté entre 9 et 14 millions de Français, en partant du principe qu'entre 33% et 50% des infections sont dépistées.

23h02 : Un avis du Conseil scientifique, daté d'hier et mis à jour aujourd'hui, a été mis en ligne. Le Conseil estime que l'impact de la vague épidémie sur le système de soins "va rester élevé mais en partie gérable, jusqu’à mi-mars", et que les déprogrammations d'autres patients est un enjeu important. Il donne à nouveau un avis favorable au pass vaccinal, tant qu'il est appliqué de façon "proportionnée".

22h57 : Santé publique France publie (dans un document plus vaste) un décompte actualisé des personnes positives au Covid-19 qui sont hospitalisées pour une autre raison. Elles représentaient la semaine dernière 26% du total des hospitalisations de personnes positives, un taux en hausse.

22h36 : En Autriche, le Parlement a adopté la loi rendant la vaccination contre le Covid-19 obligatoire pour tous les adultes, à 137 voix pour et 33 contre, celles de l'extrême-droite. L'obligation s'appliquera à partir du 4 février. Les non-vaccinés s'exposent à des sanctions financières allant de 600 à 3 000 euros, mais elles seront levées s'ils reçoivent une injection sous deux semaines, et les contrôles ne débuteront que mi-mars.

22h28 : "On est très joyeux d'avoir été entendus, d'être dans ce plan de déconfinement des entreprises. Les gens vont reprendre goût à la vie et seront heureux de ressortir."

Le président d'un syndicat de discothèques se réjouit de leur réouverture, promise pour le 16 février par Jean Castex. Elles sont fermées depuis le 10 décembre. Il espère cependant des indemnisations plus importantes qu'annoncé : "On nous a privé de décembre et janvier qui sont deux très gros mois".

22h00 : Bonsoir @Perdue. L'autorisation de déroger au pass vaccinal dans les transports pour un motif impérieux n'a pas été évoquée par Jean Castex et Olivier Véran. Le texte du projet de loi précise que ce motif doit être "d'ordre familial ou de santé" sans préciser comment le prouver. Mais quand le texte entrera en vigueur, un décret doit préciser un certain nombre de détails. Nous aurons sans doute une réponse d'ici à ce que la règle s'applique.

22h00 : Bonsoir ! Concernant le voyage des personnes non vaccinées pour motifs impérieux, on ne sait toujours pas quel est le support à utiliser : une attestation fournie par l'état ? Un document librement rédigé ? Un formulaire en ligne avec QR code ? Etc... merci !

21h48 : Bonsoir . Pas de manipulation à faire. L'instauration du pass vaccinal est simplement une nouvelle règle : les lieux où est demandé un pass sanitaire ne peuvent plus accepter un certificat de test négatif (sauf les lieux de soins). Mais votre preuve de vaccination restera la même : le gouvernement n'a jamais parlé d'un nouveau document et la nouvelle loi évoque simplement "’un justificatif de statut vaccinal", comme avant.

21h48 : On entend beaucoup parler de pass vaccinal à compter du 24/01. Mais comment l'obtient-on ? Le pass sanitaire se transforme-t-il en pass vaccinal ou y a-t-il une manipulation à faire, notamment dans l'appli TousAntiCovid ?

21h13 : Bonsoir @Pass_ados et @Jeanne. Vous êtes nombreux à me poser la question et, à ma connaissance, la réponse n'a pas été donnée. L'ouverture de rappel vaccinal pour les 12-17 ans, lundi, se fera "sans obligation", a précisé Jean Castex. Mais il n'a pas évoqué le cas précis des 16-17 ans soumis au pass vaccinal. Sans doute aurons nous cette précision dans les heures ou jours à venir.

Je rappelle que, jusqu'à au 15 février, le pass vaccinal n'est désactivé que pour les personnes n'ayant pas fait de rappel plus de 7 mois après leur dernière injection. La vaccination dans cette tranche d'âge étant ouverte depuis 7 mois (le 15 juin), seuls tout premiers adolescents vaccinés risqueraient de perdre leur pass lundi.

21h13 : Bonjour France Info et merci. Le pass vaccinal étant obligatoire à partir de 16 ans, cela signifie-t-il que la dose de rappel est obligatoire pour les 16-18 ans qui n’y avaient pas droit jusque-là, sauf erreur de ma part ?

20h55 : Bonjour et @Perdu. Rien ne change de ce côté-là. Un certificat de rétablissement du Covid-19 donnera toujours de droit d'accéder aux endroits où le pass vaccinal sera exigé, et ce pendant six mois. Ce sont les tests négatifs qui ne suffiront plus. Concrètement, c'est le certificat de test positif qui vous sert de certificat de rétablissement, si ce test date de plus de 11 jours.

20h54 : Bonsoir franceinfo et merci de nous éclairer. Qu'est-ce que le certificat de rétablissement exactement, remplace-t-il une vaccination ? Merci.

20h45 : Bonsoir, je ne trouve pas de réponse claire concernant les personnes qui ont un certificat de rétablissement, ce sera toujours valide à partir de lundi ?

20h32 : Réaction en demi-teinte du côté d'Aurélie Hannedouche, déléguée générale du Syndicat des musiques actuelles. "Soulagée" par la levée progressive des restrictions dans le secteur, elle déplore que les concerts debout ne reprennent que deux semaines après la fin des jauges : il n'y a "pas de raisons objectives et fondées scientifiquement" à cette distinction, estime-t-elle.

20h44 : "Ce sont des mesures qui vont mettre du baume au cœur de nos professionnels qui en ont grand besoin", réagit sur franceinfo Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants de l'hôtellerie et de la restauration, après les annonces du gouvernement. Il évoque non seulement le retour de la consommation debout, le 16 février, mais aussi l'allègement du télétravail et des jauges, qui touchent aussi l'activité de la restauration.

20h17 : Bonsoir @Gmain. Le sujet n'a pas été abordé lors de cette conférence de presse. Après le Conseil des ministres ce matin, Gabriel Attal avait promis une réponse "dans les prochains jours" sur le possible report des épreuves de spécialités du baccalauréat, prévues en mars.

20h17 : Bonsoir, Pas de nouvelles des épreuves du baccalauréat ?

20h35 : Rappelons les principales infos du jour :

• Le pass vaccinal entrera en vigueur lundi (sauf décision contraire du Conseil constitutionnel), a annoncé Jean Castex. On vous résume toutes les annonces du gouvernement.

• Le 2 février, le masque ne sera plus obligatoire à l'extérieur, le télétravail ne sera plus imposé et les jauges disparaîtront dans les enceintes sportives et salles de spectacle où le public est assis. Le 16 février, les discothèques rouvriront et les concerts debout pourront reprendre.


• Les 12-17 ans pourront recevoir une dose de rappel à partir de lundi. Jean Castex a aussi annoncé que les 5-11 ans pourraient être vaccinés par les médecins et les pharmaciens. Un allègement du protocole dans l'Education nationale pourrait être décidé après les vacances de février.


•Le taux de grévistes des enseignants, mobilisés aujourd'hui pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires, s'élevait à 1,15% dans le premier degré et 2,18% dans le second degré, selon le ministère. Une nette baisse par rapport au jeudi précédent.

•L'Algérie, tentante du titre de la Coupe d'Afrique des Nations, est éliminée dès le premier tour après avoir été lourdement battue par la Côte d'Ivoire (3-1) dans le match de la dernière chance. Un résultat qui fait le bonheur des Comores, qualifiés en huitièmes pour leur première participation.

20h01 : A l'hôpital, la dynamique est constante : le nombre d'hospitalisations de personnes porteuses du Covid-19 reste en hausse, mais les entrées en soins intensifs et les décès sont stables. En moyenne, 216 personnes malades du Covid-19 sont mortes à l'hôpital chaque jour sur la semaine écoulée.









20h00 : Aucun "record" de cas positifs n'a donc été battu ce soir, contrairement à ce que j'ai annoncé par erreur. En revanche, la moyenne sur sept jours est de 337 192 cas quotidiens, un niveau jamais atteint. Le taux d'incidence continue également de grimper.



19h59 : Ce sont finalement 425 183 personnes qui ont été testées positives en 24 heures, annonce Santé publique France, chiffre qui apparaît sur son tableau de bord. J'ai annoncé tout à l'heure le décompte de 525 527 cas positifs à tort : il s'agit en fait du décompte des personnes testées positives sur la journée de lundi, décompte qui est connu à J+3 et a donc été publié ce soir sur le site Geodes de Santé publique France. Toutes mes excuses pour cette confusion (je supprime mes précédents messages).

19h49 : Voici un résumé des annonces de Jean Castex et Olivier Véran lors de cette conférence de presse, où ont été évoqués notamment le pass vaccinal, la levée de certaines restrictions et la vaccination des mineurs.



(JULIEN DE ROSA / AFP)

19h38 : Evoqué il y a quelques semaines, le système allemand "2G+" consistant à demander un pass et un test négatif dans certains lieux ne sera pas appliqué en France, explique Olivier Véran. "La loi nous permet de le faire, mais nous n'avons pas l'ambition de le faire", explique-t-il, justifiant ce choix par "le recul" dont on dispose sur la gravité d'Omicron.

19h43 : Le gouvernement n'a pas non plus décidé si le masque devrait être porté dans les discothèques, répond Olivier Véran.

19h43 : Olivier Véran exclut de fixer des critères précis pour la levée du pass vaccinal : "Cette pandémie nous a montré que la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain." Mais il assure qu'il ne sera pas appliqué "plus longtemps que nécessaire" et donne l'exemple de la situation du mois d'août dernier, où "nous étions descendus en dessous de 1 000 patients Covid."

19h31 : OIivier Véran et Jean Castex répondent maintenant aux questions des journalistes. Interrogé sur le variant BA.2 observé au Royaume-Uni et au Danemark, le ministre de la Santé rappelle qu'il "ferait partie d'un sous-groupe du variant Omicron et ne change pas la donne".

19h28 : "Le pass pourrait tout à fait être suspendu si la pression épidémique et surtout hospitalière venait à se réduire fortement et durablement. Si nos services de réanimation ne voyaient plus arriver de nouveaux malades pendant plusieurs semaines, si nos hôpitaux n'étaient plus obligés de déprogrammer des soins, si la pression sanitaire redescendait au plus bas."

19h26 : "Nous maintiendrons évidemment jusqu'à ces échéances tous les dispositifs de soutien économique" aux entreprises subissant l'impact des mesures sanitaires, promet Jean Castex.

19h29 : Jean Castex donne deux exemples d'évolutions possibles du protocole sanitaire dans l'Education nationale : "La levée du port du masque pour les élèves dans les écoles élémentaires" et "le nombre de tests ou d'autotests à réaliser". Ces changements sont soumis à une consultation des autorités sanitaires.

19h23 : Le gouvernement envisage un allègement du protocole sanitaire dans l'Education après les vacances de février.

19h22 : A partir du 16 février, les discothèques pourront rouvrir, les concerts debout pourront reprendre et la consommation debout dans les bars sera à nouveau autorisée.

19h21 : A partir du 2 février, le masque ne sera plus obligatoire en extérieur, le télétravail ne sera plus obligatoire mais recommandé, et les établissements culturels et sportifs accueilleront le public sans jauge s'il reste assis.

19h20 : "La transformation du pass sanitaire en pass vaccinal est une évolution nécessaire et cohérente. Elle est nécessaire si nous voulons préserver et amplifier notre couverture vaccinale, aussi bien aujourd'hui que demain en cas de nouveaux variants. Elle est cohérente, car elle assume de faire peser clairement la contrainte sur les non vaccinés et dès lors, de pouvoir lever les mesures de freinage que nous avons prises pour contrer la dernière vague."

19h21 : Les personnes qui feront leur première dose d'ici au 15 février pourront bénéficier du pass vaccinal immédiatement, si elles présentent également un test négatif de moins de 24 heures et s'engagent à recevoir la deuxième dose dans un délai d'un mois, explique Jean Castex. La mesure figure dans le projet de loi sur le pass vaccinal voté dimanche.

19h20 : Sauf décision contraire du Conseil constitutionnel demain, le pass vaccinal entrera en vigueur lundi pour les Français de plus de 16 ans. Il ne sera pas demandé dans les hôpitaux, Ehpad et établissements médico-sociaux, qui resteront accessibles avec un test négatif.

19h20 : "J'ai parfaitement conscience que l'adaptation du protocole sanitaire à l'école a entraîné des difficultés et des difficultés pour les parents d'élèves, des difficultés pour nos enseignants et plus généralement, pour toutes celles et ceux qui concourent au service public de l'éducation. (...) Mais rien n'aurait été pire que de fermer les établissements scolaires, voire de retarder la rentrée, car la réouverture, vu la flambée du nombre de cas, aurait été difficile."

19h14 : Jusqu'ici, seuls les 12-17 ans les plus à risque pouvaient recevoir une dose de rappel. "Nous devons en particulier faire progresser la vaccination des 5 à 11 ans, qui a démarré doucement", ajoute Jean Castex. Les pharmaciens et les infirmières vont pouvoir vacciner cette tranche d'âge, annonce-t-il.

19h14 : La dose de rappel de vaccin sera accessible à tous les 12-17 ans à partir de lundi.

19h11 : "Même atténué, ce virus n'a rien d'anodin. Il ne s'agit absolument pas d'une simple grippe. (...) Au cours d'une année normale, l'épidémie de grippe provoque en moyenne 10 000 hospitalisations sur toute la période de l'hiver. Avec Omicron, nous atteignons ce chiffre non pas en trois mois, mais en cinq jours".

19h11 : Jean Castex liste les raisons d'être optimiste : "La vague liée au variant Delta est partout en net reflux", "la vague provoquée par le variant Omicron commence à marquer le pas" dans les régions frappées le plus tôt comme l'Ile-de-France, et Omicron est "clairement moins sévère".

19h08 : "Cette vague exceptionnelle n'est pas terminée, mais je crois pouvoir vous dire que la situation commence à évoluer favorablement".

19h08 : Le Premier ministre rappelle que la France fait face à une vague "exceptionnelle" liée à la circulation simultanée des variants Delta et Omicron. Ce dernier "a déjà touché plus de 5 millions d'entre nous, et probablement au moins le double si on ajoute le nombre estimé de ceux qui ne sont pas allés se faire tester faute de symptômes notables".

19h08 : "Nous pourrons, courant février, lever la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie, à la faveur du pass vaccinal".

19h04 : Le pass vaccinal entrera en vigueur lundi, annonce Jean Castex.

19h01 : La conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran commence. Le pass vaccinal et le calendrier de levée des restrictions sont au programme. Regardez-la en direct.

18h13 : Il est 18 heures, voici un point sur l'actualité :

• On en saura plus sur le calendrier de fin des restrictions. Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé vont donner une conférence de presse à 19 heures. Ils doivent détailler le calendrier de levée progressive des restrictions dans notre pays. Ce sera à suivre dans notre direct.

La cour d'appel de Paris a rejeté la demande de renvoi du procès d'Eric Zemmour, jugé en appel pour contestation de crime contre l'humanité après avoir soutenu en 2019 que le maréchal Philippe Pétain avait "sauvé" les juifs français.

•Le taux de grévistes des enseignants, mobilisés aujourd'hui pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires, s'élevait à 1,15% dans le premier degré et 2,18% dans le second degré, selon le ministère de l'Education nationale.

• Tenante du titre, l'Algérie est au bord de l'éliminitation de la Coupe d'Afrique des nations. Alors qu'ils doivent absolument gagner, les Fennecs sont menés 2-0 par la Côte d'Ivoire. Suivez la rencontre.

16h49 : Plus de 11 millions de tests de dépistage ont été réalisés la semaine dernière. C'est un peu moins que le record enregistré après la rentrée scolaire de janvier et en recul pour la première fois depuis la Toussaint, rapporte aujourd'hui le ministère de la Santé.