DIRECT. Covid-19 : la fermeture des bars et restaurants à Aix-Marseille commencera dimanche soir et pourrait ne durer que sept jours

Le président de la région Paca Renaud Muselier a annoncé avoir négocié à la baisse le délai au delà duquel les restrictions seraient réévaluées, initialement fixé à deux semaines.

Un restaurateur marseillais range sa terrasse à l\'heure de la fermeture, le 26 août 2020.
Un restaurateur marseillais range sa terrasse à l'heure de la fermeture, le 26 août 2020. (THEO GIACOMETTI / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Vent debout contre le durcissement des restrictions imposées à la métropole Aix-Marseille face au Covid-19, Renaud Muselier a obtenu quelques asouplissements. Les établissements contraints de fermer ne le feront que dimanche soir, et non samedi matin, et la situation sera réévaluée au bout de 7 jours plutôt que 14, a-t-il annoncé vendredi 25 septembre.

Les restaurants pourront également livrer à domicile, et les Hôpitaux de marseille recevront 17 millions d'euros supplémentaires, selon son communiqué. Jeudi, l'élu avait promis de déposer vendredi un référé-liberté contre ces mesures. Il n'a pas indiqué si cette initiative était finalement abandonnée.

 Nouveau bilan quotidien. Selon Santé publique France, 15 797 personnes ont été testées positives au Covid-19 en 24h, soit 300 de moins que le record de la veille. On compte 55 décès à l'hôpital en 24 heures, et 95 morts ont été recensés dans les Ehpad et EMS (dont le bilan est mis à jour de façon plus irrégulière).

 Précisions sur les restrictions à Paris. Placée en zone d'alerte renforcée, l'agglomération parisienne verra les bars fermer à 22h, mais pas les restaurants, c'est à dire les établissements qui ne servent "pas d'alcool sans nourriture", a précisé la préfecture. Les piscines sont autorisées à rester ouvertes, a également tranché le préfet.

Véran prévoit une hausse des hospitalisations à Marseille. "Quoi qu'il arrive, a-t-il poursuivi, le nombre d'hospitalisations, le nombre de réanimations occupées par des malades Covid-19 dans les hôpitaux marseillais va augmenter pendant les deux prochaines semaines", a assuré le ministre de la Santé, en déplacement dans la cité phocéenne, défendant la nécessité d'une action immédiate.

Un rassemblement devant le tribunal de commerce de Marseille. "L'addition est salée !". Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés pour protester contre la fermeture des bars et restaurants décrétée par le gouvernement, afin de tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19. "La police municipale ne verbalisera pas les restaurants et bars ouverts", assure la deuxième adjointe à la mairie de Marseille Samia Ghali.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CORONAVIRUS

00h04 : Avant de fermer la boutique, faisons un point sur l'actualité :

"Manifestement c'est un acte terroriste islamiste", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, après que deux personnes ont été grièvement blessées à l'arme blanche devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris. Sept personnes sont en garde à vue. Le Parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

• La fermeture des bars et des restaurants dans la métropole d'Aix-Marseille sera effective à compter de dimanche soir, et non de samedi matin. Cette mesure sera réévaluée au bout de sept jours, plutôt que 15 jours, comme initialement annoncé par le gouvernement.

• 15 797 personnes ont été testées positives au Covid-19 au cours des dernières 24 heures, un chiffre qui s'approche du record enregistré hier, avec 16 096 contaminations. On compte 55 décès à l'hôpital en 24 heures, et 95 morts ont été recensés dans les Ehpad et les établissement médico-sociaux (dont le bilan est mis à jour de façon plus irrégulière).


Quatre départements sont toujours en vigilance orange : la Corse-du-Sud et la Haute-Corse pour "vents violents", les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques pour "pluie-inondations".

23h34 : C'est une des nouvelles restrictions qui vous fait particulièrement réagir dans les commentaires : la fermeture des bars avant 22 heures dans les zones d'alerte renforcée. Mais au fait, pourquoi 22 heures, et pas 23 heures, par exemple ? Elements de réponses dans cet article.


22h29 : Courtepaille avait été placé en redressement judiciaire en juillet dernier. Le plan de reprise de Buffalo Grill a été préféré à celui de Groupe Bertrand, numéro deux de la restauration France. Le tribunal a jugé "mieux-disante" l'offre de Buffalo Grill, tant au plan social avec "la reprise de 2 208 salariés" sur 4 000, que financier avec "un prix de cession de 17 millions d'euros" et stratégique en raison d'un "business plan plus ambitieux" pour Courtepaille.

22h24 : L'enseigne de restaurants de grillades Courtepaille sera reprise par son concurrent Buffalo Grill, a annoncé aujourd'hui le tribunal de commerce d'Evry. La chaîne de restaurants était en difficulté depuis l'épidémie de Covid-19.



(NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / VIA AFP )

20h59 : Notez par ailleurs que le tableau de bord de l'épidémie publié sur le site du gouvernement fait également état de 95 décès liés au Covid-19 dans les Ehpad.

20h58 : Par ailleurs, la France a enregistré 56 nouveaux décès liés au Covid-19 en milieu hospitalier, selon Santé Publique France.

20h49 : 15 797 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés ces dernières 24 heures. Un chiffre qui s'approche du record enregistré hier, avec 16 096 contaminations.

20h08 : Il est un peu plus de 20 heures, faisons un point sur l'actualité :

• Le ministre de l'Intérieur doit s'exprimer au journal de "20 heures" de France 2, après que deux personnes ont été grièvement blessées à l'arme blanche devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris. Deux hommes sont en garde à vue. Le Parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête. Suivez notre direct.

• La fermeture des bars et des restaurants dans la métropole d'Aix-Marseille sera effective à compter de dimanche soir, et non de samedi matin. Cette mesure sera réévaluée au bout de sept jours, plutôt que 15 jours, comme initialement annoncé par le gouvernement. Suivez notre direct.

• Pour le quatrième mois consécutif, le nombre de chômeurs sans aucune activité a reculé en août, de 4,3%. Le nombre total de demandeurs d'emploi n'a toutefois reculé que de 0,2%, du fait de la hausse concernant ceux ayant une activité réduite.

• Météo France a placé six départements en vigilance orange : l'Aude, la Corse-du-Sud, la Haute-Corse et les Pyrénées-Orientales pour "vents violents", les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques pour "pluie-inondation".

19h59 : Notez qu'à Paris, les "terrains de sport en plein air restent ouverts dans les conditions habituelles", tout comme les piscines. En revanche, "les clubs de sport, les salles de sport et les gymnases seront fermés, sauf pour les activités scolaires et périscolaires, et pour les entraînements des sportifs professionnels et de haut niveau", annonce la préfecture de police de Paris.

19h56 : La préfecture de police de Paris vient de publier le détail des nouvelles restrictions mises en place dans la capitale pour freiner l'épidémie de Covid-19. Le document confirme la fermeture des "débits de boissons (bars, bistrots ayant uniquement une licence IV)" après 22 heures. "Cette mesure ne concerne pas les restaurants ayant une licence de grande restauration, qui pourront rester ouverts, à la condition de respecter un protocole clair", ajoute la préfecture.

19h49 : Par ailleurs, dans la métropole d'Aix-Marseille, cette mesure sera réévaluée sept jours après son entrée en vigueur, et non 15 jours après comme l'avait initialement annoncé le gouvernement. C'est le président de la région Provence Alpes Côte-d'Azur, Renaud Muselier, qui l'a indiqué sur Twitter, à la sortie d'une réunion avec le ministre de la Santé Olivier Véran, et le ministre délégué aux TPE-PME, Alain Griset.

19h42 : La fermeture des bars et des restaurants à Marseille sera effective à compter de dimanche soir, a appris franceinfo auprès d'élus locaux. La préfecture des Bouches-du-Rhône publiera son arrêté demain.

18h51 : Prenez ma place d'infirmière Madame Aubry. Je prendrai la vôtre...et obligerai les bars à respecter les mesures barrières...Je ne veux pas revivre le printemps 2020

18h53 : Dans les commentaires, @Framb réagit aux propos de Martine Aubry, la maire de Lille, qui critique la fermeture anticipée des bars à 22 heures, à partir de lundi. Cette infirmière dit ne pas vouloir "revivre le printemps 2020", lorsque les hôpitaux étaient débordés face à l'afflux de patients Covid-19.

18h46 : "Nous arrivons à des mesures qui pénalisent tout le monde, et je le regrette profondément."


A la mairie de Lille, la fermeture des bars à 22 heures ne passe pas. Martine Aubry qualifie cette décision d'"ineptie" et dit "ne pas comprendre" cette mesure "générale" qui revient à "sanctionner toute une profession".

18h35 : En outre, "les cérémonies de mariage peuvent avoir lieu mais pas les fêtes de mariage", ajoute la préfecture de police de Paris. Les élus de la capitale pourront mettre à disposition les salles municipales pour des "événements non festifs" tels que des "cours de peinture ou le forum des associations", est-il précisé.

18h31 : C'est confirmé. Les bars à Paris devront fermer à 22 heures à partir de lundi, a indiqué la préfecture de police dans un message transmis aujourd'hui aux maires d'arrondissement. Les restaurants ne seront pas concernés par cette restriction, et "pourront donc continuer à fonctionner normalement", précise la préfecture.

18h02 : Il est 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi :

• Deux hommes sont en garde à vue après que deux personnes ont été grièvement blessées à l'arme blanche devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris. Le Parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête. Suivez notre direct.

• En déplacement à Marseille, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a laissé entendre que la fermeture des bars et restaurants dans la métropole pourrait n'intervenir qu'à partir de dimanche. Suivez notre direct.

• Pour le quatrième mois consécutif, le nombre de chômeurs sans aucune activité a reculé en août, de 4,3%. Le nombre total de demandeurs d'emploi n'a toutefois reculé que de 0,2%, du fait de la hausse concernant ceux ayant une activité réduite.

• Météo France a placé six départements en vigilance orange : l'Aude, la Corse-du-Sud, la Haute-Corse et les Pyrénées-Orientales pour "vents violents", les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques pour "pluie-inondation".

17h23 : En conférence de presse, Olivier Véran a laissé entendre que la fermeture des bars et restaurants dans la métropole d'Aix-Marseille pourrait finalement intervenir à compter de "dimanche", et non demain, "en concertation avec le préfet". "Cette mesure permettra ainsi d'écouler leur stock de marchandise", a-t-il avancé.

17h16 : Un rassemblement de restaurateurs et de patrons de bars s'est tenu, ce matin, à Marseille, pour dénoncer la fermeture annoncée de leurs établissements dès demain. "Est-ce que c'est aux restaurateurs et aux bars de payer l'addition ?", s'est interrogée l'une d'eux.




17h00 : "Le nombre d'hospitalisations et le nombre de réanimations occupées par des malades Covid-19 dans les hôpitaux marseillais va augmenter pendant les deux prochaines semaines."

Lors de sa conférence de presse à Marseille, le ministre a justifié les mesures dans la métropole par le fait qu'"on arrive au stade où on est obligé de demander à d'autres patients de différer des soins qui leur sont précieux".





(MAXPPP)

16h55 : La Haute Autorité de santé ajoute que les tests PCR pourront désormais être réalisés après un prélèvement dans la gorge pour certaines personnes asymptomatiques (jeunes enfants, patients très âgés, personnes ayant une déviation nasale...).

16h48 : Malgré une sensibilité plus faible que les tests PCR, les tests antigéniques reçoivent les faveurs de la Haute Autorité de santé "car cette perte de sensibilité peut être compensée par leur impact sur les délais – le résultat étant rendu dans la journée du prélèvement – et donc sur la circulation du virus au sein de la population".

16h48 : Après les tests PCR et les tests salivaires, la Haute Autorité de santé donne son feu vert à un troisième type de tests : les tests antigéniques. Ces derniers seront remboursés dans le cas d'un diagnostic d'une personne présentant des symptômes.




(NATHAN LAINE / HANS LUCAS / AFP)

16h25 : Interrogé sur le fait d'imposer des restrictions dans les bars et restaurants et non dans les habitations, Olivier Véran répond qu'"aller interdire à des personnes de recevoir qui elles veulent chez elles n'est pas conforme à la Constitution ni à l'esprit dans lequel nous sommes".

16h22 : Le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce que les futures restrictions dans la métropole d'Aix-Marseille font toujours l'objet d'une "concertation entre le préfet et les élus". Il doit s'entretenir avec ces acteurs locaux en fin d'après-midi.

16h13 : Ce déplacement du ministre de la Santé à Marseille se déroule dans des conditions tendues, avec notamment un rassemblement de restaurateurs et de propriétaires de bars devant l'hôpital de la Timone. Une journaliste de France Télévisions est sur place.

16h10 : Evoquant le cas d'un patient marseillais en réanimation qui aurait contracté le Covid-19 lors d'un mariage, Olivier Véran appelle à "réduire la bulle sociale" et à "faire attention avec nos amis, notre famille".

16h08 : "On peut concerter mais on ne peut pas se permettre de tergiverser."

Accusé de ne pas avoir suffisamment sondé les élus locaux, le ministre défend sa méthode. Il dit ne pas vouloir prendre le risque d'engorger les services de réanimation et de devoir déprogrammer en masse les opérations chirurgicales programmées.

16h07 : "Ces mesures sont temporaires, nécessaires mais pas arbitraires."

A l'hôpital marseillais de la Timone, le ministre défend les nouvelles restrictions annoncées mercredi. Il souligne que les restaurants et les bars sont "des lieux clos où on enlève son masque" avec des risques plus élevés de se contaminer.

15h53 : @Frédéric : Nous n'avons pas encore évoqué la visite d'Olivier Véran à Marseille car son point presse vient tout juste de débuter. Vous pouvez le suivre sur la page Facebook de La Provence.

15h53 : Et là du coup plus un mot sur veran et sa visite à Marseille ni sur le covid vous avez trouvé un autre os à ronger

14h41 : Dans le reste de l'actualité, le ministère des Sports annonce que les gymnases et les piscines dans les zones d'alerte renforcée et les zones d'alerte maximale pourront finalement rester ouverts pour les mineurs inscrits dans les clubs et les associations sportives.




(ROMAIN BIARD / AFP)

12h11 : Il est midi, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Samia Ghali, deuxième adjointe à la maire de Marseille, a annoncé sur BFMTV que "la police municipale ne verbalisera pas les restaurants et les bars ouverts" malgré les restrictions gouvernementales.

Une enseignante a été mise en examen pour harcèlement après le suicide d'une enfant de 11 ans en juin, dans le Val-d'Oise, a appris franceinfo auprès de l'avocate de la famille, confirmant une information du Parisien.


• Quatre départements sont désormais placés en vigilance orange : la Haute-Corse et la Corse-du-Sud sont en alerte en raison des risques de vents violents, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées sont en vigilance pluie et inondation.


11h50 : Pour les gymnases situés à l'intérieur des établissements scolaires, les cours d'EPS pourront se dérouler sans problème. Pour les cours de sport qui se déroulent à l'extérieur des établissements, le ministère de l'Education nationale souhaite une dérogation pour qu'ils se tiennent malgré la fermeture de la structure. Un décret est attendu dans les 48 heures. Si le ministère de l'Education nationale n'obtient pas gain de cause, et qu'il n'y a pas d'accès possible à un gymnase, la séance d'EPS sera organisée dans l'établissement, sous une autre forme, fait savoir l'entourage du ministre.

11h53 : Bonjour @Dansleflou, il n'est pas question de cesser les cours de sport à l'école même lorsque les salles de sport et les gymnases seront fermés dans les "zones d'alerte renforcées", a appris franceinfo auprès de l'entourage de Jean-Michel Blanquer

11h38 : Samia Ghali, deuxième adjointe à la maire de Marseille, annonce sur BFMTV que "la police municipale ne verbalisera pas les restaurants et les bars ouverts" malgré les restrictions gouvernementales. "La police municipale a d'autres missions." #MARSEILLE

11h32 : "La coupe est pleine", "laissez-nous travailler", "insupportable"... A Marseille, plusieurs centaines de restaurateurs, soutenus par des élus de tous bords, manifestent toujours devant le tribunal de commerce. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, est attendu dans l'après-midi. Voici de nouvelles photos prises par une journaliste de France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur.





(SONIA BOUJAMAA / FRANCE 3 PACA)

10h43 : Les morts s'accumulent. Seize des 75 résidents de l'Ehpad Gloriande de Séverac d'Aveyron (Aveyron) sont morts du Covid-19 depuis début septembre, selon l'Agence régionale de santé d'Occitanie. "La situation commence à se stabiliser. Les personnes les plus fragiles, des personnes en fin de vie, sont décédées", estime néanmoins un responsable de l'ARS.

10h03 : Martine Vassal, présidente LR de la métropole Aix-Marseille et du département des Bouches-du-Rhône, et Renaud Muselier, président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, ont rejoint la manifestation marseillaise, sous les applaudissements de la foule.

11h22 : Plusieurs centaines de manifestants sont réunis devant le tribunal de commerce de Marseille pour protester contre la fermeture des bars et restaurants décrétée par le gouvernement, afin de tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19. Voici des images prises par un journaliste de France Bleu Provence.

09h54 : En revanche, les coûts de développement initiaux sont faibles, les chercheurs et les développeurs à son origine ayant pour la plupart travaillé bénévolement, avait expliqué Cédric O, devant la Commission des lois de l'Assemblée nationale en avril.

09h52 : Bonjour @économe, L'Obs (article payant) évoquait un coût de "200 000 à 300 000 euros mensuels", début juin, sans citer sa source. Fin mai, le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, restait évasif auprès du magazine, avançant "un coût inférieur à quelques centaines de milliers d’euros par mois".