Covid-19 : l'Espagne franchit la barre des trois millions de cas

Le pays, qui compte 47 millions d'habitants, a recensé au total 3 005 487 cas depuis le début de la pandémie.

Une pharmacienne pratique un test au Covid-19, à Madrid (Espagne), le 9 février 2021. 
Une pharmacienne pratique un test au Covid-19, à Madrid (Espagne), le 9 février 2021.  (OSCAR DEL POZO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'Espagne, qui a connu un bond des cas de Covid-19 depuis les fêtes de fin d'année, a dépassé mardi 9 février le seuil des trois millions de cas confirmés, selon le dernier bilan publié par le ministère de la Santé. Le pays, qui compte 47 millions d'habitants, a recensé au total 3 005 487 cas depuis le début de la pandémie. Un bilan toutefois sous-évalué alors qu'une étude de séroprévalence du gouvernement indiquait déjà mi-décembre que dix pour cent de la population, soit environ 4,7 millions de personnes, avait contracté le virus. Ces dernières 24 heures, 16 402 cas ont été recensés. Le nombre de morts s'élève lui à 63 061, dont 766 depuis lundi. 

La France franchit le seuil de 80 000 morts. La France a franchi, mardi 9 février, le seuil des 80 000 morts liés au Covid-19, avec plus de 700 nouveaux décès à l'hôpital ainsi que dans les Ehpad, selon les données officielles publiées sur le site du gouvernement. Entre lundi et mardi, 439 malades du Covid-19 sont décédés à l'hôpital, selon l'agence sanitaire Santé publique France qui publie elle aussi chaque soir des données liées à l'évolution de la maladie. 

L'état d'urgence sanitaire prolongéLe Parlement a validé, mardi 9 février, par un ultime vote de l'Assemblée, la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin face à l'épidémie de Covid-19. Les députés ont adopté le projet de loi de prorogation par 278 votes pour, 193 contre et 13 abstentions. Gauche et droite se sont prononcées contre le maintien pour trois mois et demi supplémentaires de ce régime d'exception, qui permet notamment des restrictions de déplacements ou encore des mesures de confinement de la population. 

 L'animal à l'origine de l'émergence du coronavirus "pas encore identifié". L'espèce animale à l'origine de l'émergence du Sars-CoV-2 n'a "pas encore [été] identifiée", ont confirmé les experts de l'OMS mardi. Mais la transmission depuis une espèce animale intermédiaire est l'hypothèse "la plus probable", ont-ils poursuivi. Cette affirmation rend, a contrario, l'hypothèse de la fuite du coronavirus d'un laboratoire "hautement improbable", a déclaré le chef de la délégation de l'OMS à Wuhan.

"Il est possible que l'on ne soit jamais reconfinés." En France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est exprimé mardi sur franceinfo. "Je souhaite que l'on puisse, le plus tôt possible, rendre des libertés aux Français", a-t-il déclaré, assurant que la situation sanitaire en France "ne mérite pas un confinement généralisé".

 La France passe la barre des 2 millions de vaccinations. La direction générale de la santé a annoncé, lundi, que plus de 2 216 000 vaccinations avaient été réalisées en France. En tout, ce sont 1 920 064 premières injections qui ont été faites. Et 296 265 secondes injections ont été réalisées. Des chiffres qui restent en deçà de ceux de l'Italie, de l'Allemagne et du Royaume-Uni.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

21h13 : Bonsoir @Fan92. Ce soir, Santé Publique France fait état d'au moins 3,3 millions de cas de contaminations enregistrés depuis le début de l'épidémie, dont environ 18 000 dans les dernières 24 heures.

21h10 : Et le nombre de contaminations ?

21h10 : Ces dernières 24 heures, 439 malades du Covid-19 sont morts à l'hôpital, selon l'agence sanitaire Santé publique France qui publie elle aussi chaque soir des données liées à l'évolution de la maladie.

Le nombre d'hospitalisations reste élevé : 27 634, dont 1 931 hospitalisations en 24 heures, contre 1 893 lundi. Au moins 334 personnes ont été nouvellement admises en réanimation, contre 356 la veille.

21h00 : La France enregistre 80 000 morts liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie. Selon les données officielles publiées sur le site du gouvernement, plus de 700 nouveaux décès ont été enregistrés à l'hôpital ainsi que dans les Ehpad.


20h01 : Le variant sud-africain a été détecté dans deux établissements scolaires du Haut-Rhin. Des personnels et des élèves du lycée Blaise Pascal de Colmar et du lycée Montaigne de Mulhouse ont été placés à "l'isolement", annonce l'académie de Strasbourg.

18h54 : Ils ont été infectés par le Covid-19 il y a des mois de cela. Pourtant, ils souffrent encore de symptômes persistants comme de la fatigue, des essoufflements et la perte du goût et de l'odorat. C’est ce que les scientifiques appellent le “Covid long”. Voici notre reportage auprès de ces malades.

18h51 : "Combien de personnes se sont laissées mourir de chagrin, de solitude ?"

La psychologue demande à Emmanuel Macron d'autoriser sans réserve les visites aux malades du Covid-19 dans les établissement de santé. "Accompagner quelqu'un, ce n'est pas seulement le dernier moment. Il y a quelque chose d'inhumain dans le fait de dire : 'On vous préviendra quand il sera mourant. Et là, vous pourrez venir le voir'", dit-elle à franceinfo.

18h43 : La Grèce se dirige vers un confinement plus serré. Selon la télévision publique, les écoles maternelles, primaires et collèges – qui avaient ouvert il y a dix jours – vont fermer à Athènes demain ou jeudi pour au moins une semaine, tout comme les églises et tous les magasins à part les pharmacies, les supermarchés, les boulangeries ou les stations-service.

18h27 : L'Espagne a dépassé le seuil des trois millions de cas confirmés. Ce dernier bilan publié par le ministère de la Santé pourrait toutefois être sous-évalué : une étude de séroprévalence du gouvernement indiquait en effet mi-décembre que 10% de la population, soit environ 4,7 millions de personnes, avait contracté le virus.

18h01 : 18 heures ! Faisons un point sur l'actu.

• 36 départements sont placés en vigilance orange par Météo France, la plupart pour des chutes de neige et du verglas, et quatre situés dans les Hauts-de-France pour grand froid.

Le deuxième procès pour destitution de Donald Trump s'ouvre dans la soirée. Si vous avez loupé les épisodes précédents, on vous explique comment ça va se passer.

Les députés ont voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin prochain.

• Les producteurs Gérard Louvain et Daniel Moyne sont visés par quatre nouvelles plaintes pour viols et agressions sexuelles.

17h35 : @kikou Pas tout à fait, on y apprend des détails sur les livraisons ou encore les arrangements en cas de retard. Dans le cas de Sanofi-GSK, il était prévu que les deux laboratoires soient tenus non responsables ("harmless") en cas de poursuites de tiers, de conséquences négatives ou d'effets secondaires résultant du déploiement des vaccins, les Etats devant prendre en charge d'éventuelles indemnisations ainsi que les frais de défense des deux groupes... à l'exception de cas spécifiques, censurés dans le document publié.

17h34 : Bonjour, quel est l'intérêt de ces documents une fois caviardés. Il ne reste plus grand chose non ?

17h30 : La Commission européenne a rendu public le contrat signé avec les laboratoires Sanofi et GSK pour précommander leur vaccin contre le Covid-19. C'est le troisième document de ce type dévoilé par Bruxelles dans un souci de transparence. Comme les documents précédemment publiés, le texte a été amputé de nombreux éléments jugés "sensibles", noircis pour être rendus illisibles : calendrier prévisionnel des livraisons, prix et sommes avancées par l'UE pour soutenir le développement du vaccin, usines concernées, etc.

17h08 : Interrogé sur franceinfo, le professeur Elie Azoulay, réanimateur, chef du service de réanimation à l'hôpital Saint-Louis, se prononce pour le retour des visites des familles dans les hôpitaux : "Les familles nous donnent la possibilité d'avoir des relations soignants-soignés normales. Sans les familles, on fait un boulot de dingue et ce n'est pas supportable. Les médecins et les soignants souffrent énormément de l'absence des familles."

17h07 : Je trouve sur le site du Parisien un simulateur pour calculer combien vous coûte le télétravail, pour faire écho au sujet de France 2 de tout à l'heure.

16h52 : L'Assemblée nationale donne son feu vert à la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin, par 278 voix contre 193.

17h07 : En Provence, les doses qui ont permis de vacciner 135 000 personnes proviennent d'une plateforme logistique qui dessert tout le grand sud. Du super-congélateur à la seringue, tout le parcours du vaccin Pfizer est minutieusement tracé. France 3 Paca vous le décrit étape par étape.

16h40 : Angela Merkel a plaidé pour la prolongation jusqu'au 1er mars au moins du confinement partiel en vigueur en Allemagne face à la pandémie de Covid-19, lors d'une réunion de son parti, la CDU. Une décision doit être prise demain lors d'une réunion avec les chefs des régions.

16h27 : Et pendant ce temps, au Portugal, la ministre de la Santé Marta Temido vient d'annoncer que le pays restera probablement confiné jusqu'à la mi-mars pour ramener l'incidence du coronavirus et le nombre de malades en soins intensifs à des niveaux confortables. Pour rappel, les Portugais sont confinés depuis mi-janvier.

16h13 : Le président du club de Strasbourg, pensionnaire de Ligue 1, annonce que la plupart des joueurs a accepté une baisse de salaire comprise entre 15 et 20% jusqu'à la fin de la saison. Sur France 3 Grand-Est, Marc Keller livre en détail les comptes du club : "Nous avions fait un budget en début de saison de 60 millions d'euros sur un scenario de 15e place. On a perdu 10 millions à cause du Covid, et 20 millions à cause de la défaillance de Mediapro." A lire ici.

16h03 : Toujours à l'Assemblée nationale, une passe d'armes a opposé Martine Wonner, députée pro-chloroquine qui en a encore demandé l'usage en France, en plus d'une batterie de médicaments. Le ministre de la Santé Olivier Véran l'a renvoyé dans ses 22 mètres : "Il ne faudrait pas que les Français qui nous regardent considèrent qu'ils peuvent se faire leur popote dans leur cuisine", avant de la comparer à Donald Trump et ses recommandations sur l'eau de Javel.

15h36 : #FOOT @Hélène Dans le cas du club de Chambly, on n'est pas sûr qu'il s'agisse d'un cluster unique, certaines contaminations ayant eu lieu il y a plus de trois semaines. Vu que le club n'est pas un lieu clos, et que les joueurs ont pas mal de temps libre à côté, il serait hasardeux de chercher une explication uniquement par ce biais

15h34 : bonjour Pierre. Petite question contamination... quelqu'un a-t-il expliqué comment il est possible que sur un cluster de 9 personnes 4 seulement aient le variant anglais ? On avait le même cas dans un ehpad à Toulouse ( avec 70 malades mais "seulement" 10 anglais). Double source de contamination ou un virus vraiment coquin qui s'amuse à nous rendre chèvre ?

15h27 : Le variant anglais décime le FC Chambly, pensionnaire de Ligue 2. Quatre joueurs sont touchés par cette souche du virus, pour un total de 9 positifs parmi le groupe pro, souligne France 3 Hauts-de-France.

15h06 : Notez que si vous aviez réussi à obtenir de haute lutte un rendez-vous cet après-midi ou demain matin pour vous faire vacciner dans les Côtes-d'Armor, ce n'est pas votre journée.

14h41 : Le ministre britannique de la Santé hausse le ton. Matt Hancock menace sur la BBC les personnes entrant au Royaume-Uni de 10 ans de prison s'ils reviennent d'un des 33 pays classés en zone rouge (où figure la Guyane par exemple). Ceux qui refuseraient de s'astreindre à la quarantaine dans des hôtels s'exposent à des amendes allant jusqu'à 10 000 livres.

14h37 : @animatrice67 Si c'est de la catégorie 1, pas de souci a priori, cette catégorie sert à déterminer le niveau de filtrage apporté par le tissu. En revanche, je vous rappelle que ces masques en tissu sont lavables un certain nombre de fois (20 à 50 en général) mais qu'au bout d'un moment leur qualité se détériore. Concernant ceux que vous avez reçu l'été dernier, il est peut-être temps de les mettre au rebut.

14h31 : Bonjour Pierre, juste une question je fais partie celles et ceux à qui le Ministère de la santé avait envoyé des masques barrières en tissus en juin octobre et novembre. Ayant garder l'emballage ainsi que le courrier d'accompagnement je l'ai relu et il s'agit de masques catégorie 1 puis-je continuer à les porter ? Je viens d'en recevoir encore d'autres aujourd'hui du ministère également catégorie 1 mais pas le même tissus ou matière. Merci portez vous bien et prenez soin de vous

14h30 : @Pierre Merlin @Puce13 et Au mois de mars, le gouvernement espère ouvrir 1,2 million de nouveaux rendez-vous pour des premières injections de vaccin Pfizer et Moderna. "Nous allons ouvrir une part raisonnable de rendez-vous pour éviter d'éventuelles annulations en cas de problème d'approvisionnement", explique le ministère de la Santé. "Aujourd'hui, les centres de vaccination ont quatre semaines de visibilité d’approvisionnement, nous allons leur en donner quatre supplémentaires."

14h26 : Patience dans les Bouches-du-Rhône.....et gestes barrières au max...67 ans, bpco...j'attends mon tour. Pour revivre un peu ..

14h26 : Je ne suis pas médecin mais j'ai 79ans. Et j'essaie de prendre RV pour me faire vacciner depuis 15jours. Impossible : numéro saturé, site bloqué, centres sans vaccins à moins de 40 kms de chez moi 18520

14h25 : On a prévu la vaccination pour les plus de 75 ans, vous annoncez maintenant une campagne pour les 50-65 ans avec morbidité. La population 65-75 ans serait elle ignorées ? Bonne journée.

14h21 : Puisque ça vous passionne, voici d'autres éléments sur l'arrivée du vaccin AstraZeneca sur le territoire : les doses de vaccin sont réparties en fonction de la population des soignants, car c'est la cible vaccinale. Il n'y a pas de répartition en fonction de la situation épidémique. Pour Pfizer et Moderna, cela se fait en fonction de la population âgée et des professionnels de santé (auparavant >50 ans et/ou comorbidités et maintenant >65 ans car AstraZeneca pour les autres)

14h23 : C'est ce que nous dit le ministère de la Santé dans le post un peu plus bas. Après la mi-février, les médecins de ville pourraient procéder aux vaccinations, mais il reste encore des détails à caler avec les professionnels, notamment sur les circuits d'approvisionnement aves les grossistes-répartiteurs et les officines.

14h18 : . Bonjour. Savez-vous ce qu’il en est pour les pharmacies ?

14h22 : Selon le labo, l'idéal, c'est 4 à 12 semaines. La Haute Autorité de santé a estimé que "compte tenu des données d’efficacité et d’immunogénicité disponibles montrant l’impact positif de l’allongement de la durée entre les doses et la persistance jusqu’à 12 semaines de la protection conférée par la première dose, la HAS recommande de privilégier un intervalle de 9 à 12 semaines entre les deux doses".

14h15 : Bonjour Pierre. Quel est le délai entre les 2 doses du vaccin AstraZeneca ?

14h10 : La France va recevoir sa troisième livraison de vaccins d'AstraZeneca mercredi prochain, avec 700 000 doses. Le passage du vaccin en médecine de ville est prévu après cette date pour vacciner la population âgée entre 50 et 65 ans avec comorbidités, sous réserve de détails logistiques à caler. Ces 700 000 doses correspondent à 70 000 flacons, soit potentiellement un flacon de dix doses par médecin-vaccinateur. La livraison suivante sera de 1,1 million de doses.

13h43 : Nos camarades de France 3 Occitanie signalent que des visiteurs attendaient pour entrer dans ce musée d'art avant l'ouverture. Certains saluent un "geste courageux" du maire.

13h38 : Et pendant ce temps, à Perpignan, le maire Louis Aliot a bien fait rouvrir les quatre musées municipaux (malgré une saisine de la justice à la demande de la préfecture). "Il y a un virus, on l'a pour longtemps, il faut vivre avec. Des variants il y en aura, des virus il y en aura. Il y a des traitements, il y a la vaccination, il y a toutes les précautions qu'on prend, habituons-nous. Et cela commence par expérimenter des choses", s'est défendu le maire RN, devant le musée Hyacinthe-Rigaud.

13h34 : Encore un couac dans un centre de vaccination : celui du 6e arrondissement de Paris ne peut pas ouvrir, faute de doses. Pourtant le principe de cette ouverture a été validée "dès le mois de janvier" avec les autorités de santé, enrage le maire, Jean-Pierre Lecoq, qui se retrouve le bec dans l'eau. "Quelques dizaines de doses" devraient arriver la semaine prochaine. Plus de détails dans notre article.

13h05 : Ils reprenaient les cours en présentiel hier. Brut leur a confié un téléphone pour qu'ils puissent nous faire vivre ce moment.



(BRUT)

13h19 : @Plus d'infos Là où vous avez raison, c'est que la Chine a d'abord été très très très réticente à laisser venir ces spécialistes mondiaux de diverses disciplines comme l'épidémiologie mais aussi la zoologie. Après des mois de négociations, ils ont pu finalement venir et travailler sur des échantillons du virus collectés par l'institut de virologie de Wuhan.

Je ne peux en revanche pas me prononcer sur des pressions ayant affecté les conclusions des chercheurs. Un chercheur cité par AP la semaine passée confiait être agréablement surpris par la latitude donnée aux scientifiques. Mais difficile d'en tirer une conclusion...

12h59 : Bonjour Pierre, Pensez-vous que la Chine a pu exercer une pression sur les experts (tout du moins tant que ceux-ci sont en Chine) pour museler leurs propos? Déjà leurs arrivées avec problème de passeport/quarantaine était assez suspicieux

12h57 : @Sandrine Ce serait bien qu'on sache, quand même. Des recherches menées en Italie avaient mis en évidence la présence de porteurs du virus dès septembre.

Mais si on prend une des dernières pandémies en date, le Sras, à portée plus limitée géographiquement, il avait fallu près d'un an pour qu'on détermine l'origine du virus. Un délai plus long pour le Covid-19 n'est pas étonnant.

12h51 : #WUHAN vu que de nombreux athlètes dont les français (qu'on a fait taire d'ailleurs) avaient témoigné de symptômes grippaux anormalement contagieux dès les jeux militaires de Wuhan en octobre il me semble, ce ne serait pas étonnant que ce virus soit apparu ailleurs aussi bien qu'à Wuhan... Le saura-t-on un jour et est-ce vraiment important?