REPLAY. Covid-19 : retrouvez l'intégralité de la conférence de presse de Jean Castex sur l'évolution de l'épidémie et la vaccination

Le chef du gouvernement et le ministre de la Santé Olivier Véran ont aussi abordé la question des traitements contre le Covid-19.

Ce qu'il faut savoir

Après Nice et Dunkerque, reconfinées le week-end pour contrer la flambée de Covid-19, le gouvernement a évoqué, jeudi 25 février, la situation jugée "préoccupante" dans une vingtaine de départements en France métropolitaine. Lors de cette conférence de presse, Jean Castex, entouré du ministre de la Santé, Olivier Véran, ainsi que du président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a également fait un point sur le calendrier vaccinal.

Vingt départements "sous surveillance renforcée". Le gouvernement est particulièrement attentif à l'évolution de l'épidémie dans les vingt départements qui "cumulent des indicateurs défavorables", à savoir un niveau d'incidence autour de 250 cas pour 100 000 habitants, une part de variant "supérieure à 50%", une pression hospitalière "proche du seuil critique" et "une circulation virale qui commence à s'accélérer sérieusement". Il s'agit des huit départements d'Ile-de-France, de la région des Hauts-de-France (à l'exception de l'Aisne), de l'Eure-et- Loir, de la Moselle, de la Meurthe-et-Moselle, du Rhône, de la Drôme, des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes.

De possibles nouvelles mesures à partir du 6 mars. Dans ces vingt départements "sous surveillance renforcée", Jean Castex appelle les préfets à "engager des concertations avec les élus" pour "envisager, dans tout ou partie de ces territoires, des mesures de freinage proches de celles mises en place à Nice et Dunkerque", deux villes soumises à un reconfinement pour les deux prochains week-ends. Un point sera fait "la semaine prochaine", et "si la situation continue de se dégrader, nous prendrons des mesures renforcées qui entreront en vigueur à compter du week-end du 6 mars", a précisé Jean Castex.

La vaccination pour les plus de 65 ans à partir d'avril. "D'ici fin mars, les deux tiers des personnes de plus de 75 ans seront vaccinées et nous ouvrirons début avril la vaccination aux plus de 65 ans", a indiqué Jean Castex, tout en rappelant qu'"il nous faudra nous armer de patience", car "nous dépendons de la fabrication et de la livraison des doses commandées par l’Union européenne".

Le nombre de cas augmente. Au niveau national, Santé publique France a annoncé mercredi avoir enregistré plus de 31 519 cas positifs en 24 heures, un chiffre à prendre avec précaution car il peut comprendre des rattrapages de cas détectés les jours précédents, mais au plus haut depuis mi-novembre. Selon des données plus consolidées, il y a eu 138 771 personnes testées positives la semaine dernière, contre 128 662 la précédente.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

20h54 : La mairie de Paris souhaite donc mettre "plusieurs options sur la table" pour lutter contre la propagation du virus. Emmanuel Grégoire cite également "le recours au télétravail de façon obligatoire et des mesures ciblées sur les commerçants avec discernement, de façon objectivable, sur les critères et puis de durée limitée".

20h52 : "Sur le confinement le week-end, nous sommes plutôt opposés à cette mesure car elle très contraignante sur le plan de l'impact sociétal et assez peu efficace sur le plan sanitaire, selon les scientifiques."

20h51 : "La situation actuelle est la pire parce que ce sont des demi-mesures avec de mauvais résultats."

20h54 : "La trajectoire [de l'épidémie] est inquiétante et nécessite incontestablement de réfléchir à des mesures complémentaires", a estimé le premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, il y a quelques minutes sur franceinfo. Il a déclaré que la municipalité allait proposer plusieurs mesures de lutte contre l'épidémie, dont un confinement court de la capitale, afin de "vraiment redonner de l'oxygène et avoir la perspective dans trois semaines de tout rouvrir".

20h42 : a mairie de Paris va proposer de confiner la capitale pendant trois semaines, affirme le premier adjoint Emmanuel Grégoire.

20h42 : Emmanuel Macron s'exprime à l'issue d'une première journée du Conseil européen extraordinaire, qui portait notamment sur les mesures de lutte contre le Covid-19. Vous pouvez regarder son intervention ici.

20h47 : Une petite erreur qui n'est pas passée inaperçue... Dans les commentaires, @Julie26 et @Béné76 nous font remarquer que le drapeau français a été inversé sur certaines infographies montrées pendant la conférence de presse d'Olivier Véran et de Jean Caste (tout comme le drapeau italien).

20h18 : Mon père, sous chimio, essaie depuis des semaines de décrocher un rv pour la vaccination, il est prêt à faire des kilomètres, on cherche partout et on se connecte tous les jours mais aucune place disponible, donc j’ai bien du mal à croire aux nouveaux engagements de M. Castex...

20h18 : Juste pour enfoncer le clou, mais depuis janvier, j'essaie en vain de prendre rendez-vous pour faire vacciner ma mère de 78 ans. Jamais un créneau, même en étendant le périmètre à tout le département. Et aucune proposition de rendez-vous, ni même de rappel, comme s'y était engagé le ministre de la santé. Donc, on peut s'interroger sur l'optimisme des chiffres communiqués ce soir !

20h18 : fin Mars, alors que lorsqu'on appelle les Centres en Finistère, on nous répond rien avant Avril au mieux ????

20h17 : euh, rien qu'autour de moi 3 personnes de plus de 80 ans en attente, sans date de RDV pour la 1ere dose à ce jour, malgré des appels quotidiens à différents Centres....il n'y aurait pas comme un sérieux décalage entre rêve et réalité?

20h17 : Dans les commentaires, vous continuez de vous inquiéter des difficultés pour obtenir un rendez-vous pour la vaccination contre le Covid-19, alors que Jean Castex a dit espérer que tous les plus de 75 ans volontaires seront vaccinés d'ici un mois.

20h28 : Il est 20 heures et des poussières, faisons un nouveau point sur l'actualité :

• Vingt départements du Nord, de l'Ile-de-France, de l'Est et du Sud-Est sont placés sous "surveillance renforcée" face à la progression du Covid-19, a annoncé Jean Castex durant une conférence de presse. Suivez notre direct.

• Sept adolescents âgés de 15 à 17 ans ont été présentés à un juge d'instruction, après la mort d'un collégien de 14 ans poignardé mardi à Boussy-Saint-Antoine lors d'une rixe entre bandes de jeunes, a annoncé la procureure d'Evry.

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a baissé de 0,9% en janvier, mais l'activité réduite augmente.


Le match entre la France et l'Écosse, prévu dimanche en Tournoi des six nations, est finalement reporté après un nouveau cas de Covid-19 chez les Bleus.

20h04 : Bonjour @Emeraude. Si votre fille arrive et repart en dehors des horaires du confinement (et des horaires du couvre-feu), techniquement, rien ne l'empêche de vous rendre visite. Mais vous devrez respecter les règles du confinement durant le week-end. Pour rappel, le confinement le week-end n'est pour l'instant en vigueur que dans certaines communes des Alpes-Maritimes et dans le Dunkerquois. D'éventuelles nouvelles mesures de restriction pourraient être décidées la semaine prochaine pour d'autres départements, et appliquées à partir du 6 mars, si la situation continue de se dégrader.

20h04 : Ma fille peut elle venir me rendre visite si je suis dans une zone confinée le week-end ?

19h39 : Départements en "surveillance renforcée", calendrier vaccinal... Nous vous résumons ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex.

19h28 : Nombre des contaminations en hausse, taux d'incidence qui s'emballe dans une quinzaine de départements, services de réanimation sous tension dans certaines régions... Voici cinq graphiques pour comprendre la situation épidémique en France.

(FRANCEINFO)

19h22 : Petite réflexion après les propos du ministre de la santé, sur la vaccination des personnes de + de 75 ans , j'essaie depuis le début de la mise en place du site (sante.fr) d'obtenir un créneau, aujourd'hui encore 5578 personnes a vacciner ,pas de rendez vous avant 28 jours alors que faire!!!! c'est vrai que sur le site il n'y a pas de demande spécifique concernant l'âge, les problèmes de santé.

19h21 : Vaccination, tu te fais attendre. On me propose un rdv en mai pour moi à plus de 75 ans dans le Var. Covid reste loin de moi. Que de fausses nouvelles dans ces dates.

19h21 : A Bordeaux Je n'arrive pas à faire simplement inscrire ma Tante, 94 ans + cancer... Alors toutes les personnes volontaires vaccinées d'ici fin Mars, j'ai quelques doutes

19h20 : Bonjour, il m'est impossible de pouvoir prendre rendez vous pour mes parents agés de plus de 75 ans. Tout est saturé.

20h41 : L'exécutif espère "avoir terminé la vaccination de toutes les personnes âgées volontaires d'ici la fin mars". Dans les commentaires, vous êtes plusieurs à réagir et à expliquer que vous rencontrez toujours des difficultés pour prendre rendez-vous.

19h12 : Voici la carte des 20 départements concernés par une "surveillance renforcée" dans les prochains jours : Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Drôme, Eure-et-Loir, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Rhône, Somme, Var, ainsi que tous les départements d'Ile-de-France (Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d'Oise).



(FRANCEINFO)

19h10 : La conférence de presse de l'exécutif est désormais terminée. Voici les principales informations à en retenir :

"Le virus progresse en France, comme presque partout en Europe", a indiqué Jean Castex. Le Premier ministre a également souligné la progression du variant identifié en Angleterre, qui "concerne désormais la moitié des personnes atteintes du Covid-19 en France".

• Vingt départements du Nord, de l'Ile-de-France, de l'Est et du Sud-Est sont placés sous "surveillance renforcée". Des "mesures de freinage" pourraient y être mises en place à compter du 6 mars, "si la situation continue de se dégrader".

• La vaccination pour les plus de 65 ans sera ouverte à partir de début avril, s'est engagé le Premier ministre. "D'ici le mois de mai, toutes les personnes de plus de 50 ans se seront vu proposer une première injection, a-t-il également assuré.

• Le ministre de la Santé et le Premier ministre ont défendu la "territorialisation" des mesures de restriction. "L'objectif est de ralentir au maximum la progression épidémique", tout en évitant un reconfinement.

19h07 : Interrogé au sujet des soignants qui ne veulent pas se faire vacciner, Olivier Véran répond que "ça [lui] pose un problème comme ministre, comme médecin, comme citoyen". "Et ça pose des questions éthiques", insiste-t-il. "Il faut y aller, il faut se faire vacciner pour augmenter le nombre de personnes immunisées."

18h55 : "Nous tenons compte de toute la situation. La santé mentale des Français est une donnée préoccupante, à laquelle nous [faisons attention]. (...) Le confinement est une mesure qui est prise lorsqu'il n'y a vraiment plus d'autre option, plus d'autre alternative."



18h53 : "Chaque jour que nous gagnons nous rapproche de périodes climatiques dont on sait qu'elles sont moins propices à la circulation du virus. (...) C'est un jour de fermeture en moins pour les commerces."

18h51 : Le Premier ministre et le ministre de la Santé continuent de répondre aux questions des journalistes. "Cette territorialisation [des restrictions], les Français y aspirent, estime Olivier Véran. Autant que nous pouvons le faire, je pense que nous devons le faire."

18h48 : "Nous nous adapterons à la réalité. L'objectif est de ralentir au maximum la progression épidémique."

18h49 : Si de nouvelles restrictions sont imposées à certains départements la semaine prochaine, il pourra s'agir d'un confinement le week-end comme à Nice ou Dunkerque. Mais le gouvernement n'exclut pas "de prendre des mesures complémentaires", "au cas par cas", précise Jean Castex.



(FRANCEINFO)

18h45 : "Il n'y a pas lieu de considérer que ce vaccin [d'AstraZeneca] est un vaccin "de deuxième catégorie". (...) Il est tout à fait efficace, sa place est complètement dans l'arsenal de la vaccination."




(FRANCEINFO)



18h45 : "Si ces résultats se confirment, c'est une excellente nouvelle puisque cela pourrait suggérer que ce vaccin [d'AstraZeneca] pourrait être proposé et préconisé pour les personnes âgées de 65 à 74 ans."

18h45 : Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, fait le point sur la campagne de vaccination en France. Alors que les médecins de ville et du travail vont pouvoir commencer à vacciner les personnes de 50 à 64 ans avec le vaccin AstraZeneca, il explique que de nouveaux résultats semblent indiquer "que ce vaccin soit efficace chez les personnes âgées de plus de 65 ans".

18h34 : "Quelque 83 centres hospitaliers ont déjà reçu des milliers de traitements [par anticorps monoclonaux], qui pourront commencer à être administrés avec prudence (...) pour des patients de 80 ans et plus et qui ont des troubles de l'immunité."

18h33 : "La deuxième nouveauté thérapeutique est ce qu'on appelle des anticorps monoclonaux. (...) L'Agence nationale de sécurité du médicament a accordé ce qu'on appelle une autorisation temporaire d'utilisation des anticorps monoclonaux. (...) Il ne s'agit pas à proprement parler d'études cliniques, on est déjà dans une pratique thérapeutique, évidemment encadrée."

18h42 : Olivier Véran fait également le point sur les "traitements innovants" qui pourraient éviter l'apparition de formes graves du Covid-19. Il cite notamment l'interféron, en cours d'études cliniques en France, qui est "une manière pour l'organisme de réagir face à des infections". "Nous saurons dans quelques semaines si ce traitement est efficace", assure le ministre de la Santé.



18h35 : "Aujourd'hui, 35 000 Français ont été vaccinés par du vaccin AstraZeneca. C'est entre trois et quatre fois plus que le rythme habituel de vaccination du fait de l'ouverture pour ce public de 50 à 64 ans atteint de comorbidités."




(FRANCEINFO)

18h29 : Le ministre de la Santé rappelle que les Français plus jeunes et atteints de comorbidités très graves peuvent se rapprocher de leur médecin traitant pour être vaccinés. Il souligne par ailleurs, graphique à l'appui, que la France n'est pas tout à fait sortie de la 2e vague.

(FRANCEINFO)

18h22 : "Nous espérons avoir terminé la vaccination de toutes les personnes âgées volontaires d'ici la fin mars et donc l'ouvrir [dans la foulée] à celles de 65 ans et plus."

18h23 : Jean Castex se félicite par ailleurs du déploiement "le déploiement des tests salivaires" dans les établissements scolaires et de "l’arrivée prochaine de nouveaux traitements qui pourraient permettre d’éviter l’apparition de formes graves de la maladie". Le ministre de la Santé doit en dire plus à ce sujet.




(FRANCEINFO)

18h19 : "D’ici fin mars, les deux tiers des personnes de plus de 75 ans seront vaccinées et nous ouvrirons début avril la vaccination aux plus de 65 ans", s'engage le Premier ministre.

18h18 : a vaccination pour les plus de 65 ans sera ouverte à partir de début avril, annonce le Premier ministre.

18h42 : "Près de 80 % des résidents d’EHPAD ont été vaccinés. Plus du quart des personnes de plus de 75 ans a été vacciné."




(FRANCEINFO)

18h17 : "Nous vaccinons beaucoup, et surtout, je veux insister auprès de vous, nous vaccinons les bonnes personnes. (...) Si certains pays qui nous entourent ont à ce jour davantage vacciné que nous, la France est en tête pour la vaccination des personnes les plus exposées aux formes graves du Covid-19."

18h16 : "La campagne de vaccination se poursuit et s’amplifie. A la fin de ce mois de février, plus de 4 millions de vaccins auront été administrés à plus de 3 millions de personnes."

18h19 : En clair, d'éventuelles restrictions supplémentaires (comme un confinement le week-end) dans les 20 départements sous "surveillance renforcée" ne seront pas annoncées ce soir. L'exécutif souhaite attendre encore une semaine pour se prononcer.




(FRANCEINFO)

18h14 : "Nous ferons un point la semaine prochaine et nous déciderons alors : si la situation continue de se dégrader, nous prendrons des mesures renforcées qui entreront en vigueur à compter du week-end du 6 mars."

18h13 : "J’ai demandé aux préfets des départements concernés d’engager des concertations avec les élus en vue (...) d’envisager, dans tout ou partie de ces territoires, des mesures de freinage proches de celles mises en place à Nice et Dunkerque."

18h12 : "La situation épidémiologique et hospitalière dans d’autres agglomérations ou départements suscite une vigilance maximale car ces territoires cumulent des indicateurs défavorables", explique le Premier ministre. Il s'agit de "toute l’Ile-de-France, une grande partie des Hauts-de- France et de Provence-Alpes-Côte-D’azur, mais aussi les départements du Rhône et de la Drôme, de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, et enfin l’Eure-et-Loir."

20h25 : Vingt départements du Nord, de l'Ile-de-France, de l'Est et du Sud-Est sont placés sous "surveillance renforcée".