DIRECT. "Le confinement s'est imposé par la crise qui se préparait" : revivez l'audition des membres du conseil scientifique sur le coronavirus

L'épidémiologiste Arnaud Fontanet fait partie des scientifiques qui ont conseillé l'exécutif durant l'épidémie de Covid-19.

L\'épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, lors d\'une conférence de presse le 28 mars 2020.
L'épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, lors d'une conférence de presse le 28 mars 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Que s'est-il passé avec les masques ? Le confinement a-t-il été trop tardif ? La commission d'enquête de l'Assemblée nationale, qui a commencé ses auditions mardi, entend disséquer les "défaillances" dans la gestion de la crise du coronavirus. Ce sont quelques-uns des membres du conseil scientifique, dont son président Jean-François Delfraissy ou l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, qui sont entendus jeudi 18 juin par les députés. C'est en effet ce conseil scientifique qui a aiguillé les décisions du gouvernement durant toute la crise sanitaire.

Polémique sur les masques. L'ancien patron de Santé publique France, François Bourdillon, a regretté mercredi la "croyance" de nombreux responsables sanitaires dans la "non efficacité des masques" pour le grand public, contrairement à l'approche de réduction des risques prônée par l'agence sanitaire. C'est "probablement une des explications du fait" que seuls 100 millions de masques chirurgicaux aient été commandés à l'été 2019 pour reconstituer le stock stratégique d'Etat, a-t-il estimé.

 Une gestion forcément imparfaite. Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, qui a été audtionné mardi, a défendu pour sa part le bilan du gouvernement. "Le monde entier a été surpris par cette crise inédite, massive, brutale, mondiale", a-t-il souligné à l'Assemblée nationale, assurant qu'aucun pays ne pouvait "se targuer d'avoir été prêt et d'avoir parfaitement géré cette pandémie".

"Tirer les leçons" de la crise. Tout le personnel politique, du président de la République aux membres de l'opposition, s'accordent à dire qu'il faut "tirer les leçons" de cet épisode inédit, qui a conduit à un confinement généralisé de huit semaines et plongé le pays dans la crise économique. Le Covid-19 a fait plus de 29 000 morts en France.



Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CORONAVIRUS

13h31 : 32 nouveaux cas de coronavirus ont été officiellement détectés aujourd'hui en Chine, dont 25 à Pékin. Et c'est le marché de Xinfadi, à 14 km du centre de la capitale, qui capte toutes les attentions. Des équipes d'experts du Centre national de prévention et de contrôle des maladies y ont effectué des prélèvements. Sur les centaines d'échantillons recueillis, la plupart sont positifs, notamment ceux qui ont été prélevés au rayon des fruits de mer et sur un saumon entier. Les résultats des analyses de l'eau sont attendus. Plus d'informations dans notre article.



(NICOLAS ASFOURI / AFP)

12h52 : 730 salariés positifs, sur 1 106 déjà testés. En Allemagne, le plus grand abattoir d'Europe est massivement touché par l'épidémie de coronavirus. L'entreprise, qui emploie 6 400 salariés, représente 30% de part de marché de la viande dans le pays. Tous les employés vont être testés dans les prochains jours. Plus d'informations dans notre article.




(FRISO GENTSCH / DPA)

12h06 : Il est midi, voici les principaux titres :

"Nous demandons au gouvernement de nous répondre sérieusement", a lancé la co-présidente Laurence Tubiana. Dès aujourd'hui et jusqu'à dimanche, les 150 citoyens tirés au sort pour participer à la Convention citoyenne pour le climat doivent voter pour adopter les propositions qu'ils souhaitent soumettre au gouvernement. Les débats ont déjà commencé. Vous pouvez les suivre dans notre direct.

• Après plusieurs jours d'affrontements, le calme est revenu à Dijon et une importante opération mobilisant 140 CRS est en cours dans les quartiers sensibles des Grésilles, à Dijon, et du Mail à Chenôve. Les gardes à vue de quatre membres de la communauté tchétchène interpellés hier ont été prolongées.

• La dette publique française, alourdie par la crise sanitaire du Covid-19, s'est établie fin mars à 101,2% du produit intérieur brut (PIB), soit 2 438,5 milliards d'euros, selon l'Insee. Cela représente la plus forte augmentation trimestrielle depuis 2009. Les détails par ici.

• Sept importantes sociétés françaises ont été convoquées par le gouvernement pour suivre une formation en matière de discrimination à l'embauche, selon les informations de franceinfo. Il s'agit d'Air France, d'AccorHotels, de Renault, d'Altran, d'Arkéma, de Rexel et de Sopra Steria.

12h32 : Depuis le début du déconfinement, 88 foyers de contamination au coronavirus Covid-19 sont apparus en Ile-de-France, selon le directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France. La moitié des clusters est "clôturée", "c'est-à-dire qu'il n'y a pas eu de nouveaux cas depuis plus de 14 jours", souligne-t-il. Et de préciser : "L'autre moitié est encore active."

10h55 : Par rapport à fin décembre, la dette publique a donc augmenté de 3,1 points, ce qui représente la plus forte augmentation trimestrielle depuis le deuxième trimestre de 2009. Fin 2019, la dette publique atteignait 98,1%, et du fait de la crise, le gouvernement s'attend à ce qu'elle grimpe à 120,9% du PIB cette année. Les détails par ici.

10h54 : La dette publique française, alourdie par la crise sanitaire du Covid-19, s'est établie fin mars à 101,2% du produit intérieur brut (PIB), soit 2 438,5 milliards d'euros, selon l'Insee.

10h40 : Une étude de l'Institut supérieur de la santé italien montre que le nouveau coronavirus était présent dans les eaux usées de Milan et Turin, dans le nord de l'Italie, dès décembre 2019, soit deux mois avant le premier malade officiellement recensé dans le pays. Des traces identiques ont été trouvées également dans les eaux usées de Bologne (centre-nord) le 29 janvier 2020, alors que le premier cas officiel de coronavirus contracté en Italie a été signalé le 20 février, dans la petite ville de Codogno, non loin de Milan. L'Institut précise que les échantillons d'octobre et novembre 2019 n'ont révélé aucune trace du coronavirus dans les eaux usées.

09h23 : Après la découverte de cinq foyers épidémiques dans le sud de l'agglomération rouennaise, une campagne de dépistage a été mise en place. France Bleu Normandie rapporte qu'elle a débuté hier, et précise que "tous les habitants sont invités à y participer, sur la base du volontariat".

09h03 : Il est 9 heures, voici les principaux titres :

• La possibilité d'un référendum. Dès aujourd'hui et jusqu'à dimanche, les 150 citoyens tirés au sort pour participer à la Convention citoyenne pour le climat doivent voter pour adopter les propositions qu'ils souhaitent soumettre au gouvernement. Objectif : réduire "d'au moins 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale". Suivez le vote dans notre direct.

• Sept importantes sociétés françaises ont été convoquées par le gouvernement pour suivre une formation en matière de discrimination à l'embauche, selon les informations de franceinfo. Il s'agit d'Air France, d'AccorHotels, de Renault, d'Altran, d'Arkéma, de Rexel et de Sopra Steria.

• Après un rebond de nouveaux cas de Covid-19, notamment à Pékin, la Chine affirme que la situation est "sous contrôle". Elle écarte désormais le risque d'une nouvelle propagation de la pandémie.

• Le Conseil constitutionnel a retoqué, hier, une partie de la proposition de loi de lutte contre la haine en ligne. Les Sages jugent que certaines dispositions portent atteinte à la liberté d'expression.

09h00 : Air France a bénéficié d'une aide de l'Etat mais compte tout de même supprimer 8 000 à 10 000 postes d'ici 2022. "Quand on a décidé de faire ce prêt garanti par l'État, c'était une question de survie pour Air France", déclare la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne sur franceinfo.

08h51 : Bonjour @déçu. Vous avez probablement mal cherché car nous en parlons tous les jours. Nous compilons dans cet article plusieurs graphiques et cartes. Les dernières mises à jour datent d'hier. Quant au nombre de nouveaux contaminés, hier, la direction générale de la santé annonçait une progression de 467 cas confirmés de contamination, portant le total à 158 174 depuis le début de l'épidémie.

08h48 : Silence radio sur le nombre de nouveaux contaminés par jours en France depuis le déconfinement. Difficile d'avoir le chiffre, bizarre.

09h11 : Il est interdit d'"enfermer des patients en psychiatrie au titre du confinement sanitaire". C'est le rappel de la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL). Elle a adressé des recommandations aux hôpitaux psychiatriques après avoir constaté de "graves" abus. Lors d'une visite à l'hôpital psychiatrique Roger Prévot de Moisselles (Val-d'Oise), le 18 mai, Adeline Hazan a ainsi observé des "atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes hospitalisées", dont certaines ont été enfermées d'office.

08h14 : La CGT juge ces prévisions "catastrophiques". "Un double risque se profile : l'aggravation du chômage et le chantage à la dette pour faire baisser les droits sociaux", craint le syndicat. Davantage de précisions par ici.

08h12 : L'Unédic, qui gère le régime d'assurance-chômage, anticipe la destruction de 900 000 emplois fin 2020 par rapport au 4e trimestre 2019. Cela entraînerait l'indemnisation de 630 000 demandeurs d'emploi supplémentaires.

09h11 : "Je ne pense pas que nous allons parler d'un retour au confinement."

Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses auprès de Donald Trump, estime que de nouvelles mesures de confinement ne seront pas nécessaires. "Je pense que les discussions consisteront à essayer de mieux contrôler les régions du pays qui semblent avoir une augmentation du nombre de cas", a-t-il ajouté. D'après lui, "il y a des endroits du pays où il y a une infection minimale, où il faut pouvoir changer la routine : alterner les jours, le matin ou l'après-midi, espacer leur gens et les faire porter des masques."

07h27 : Il est 6 heures et des poussières, faisons un premier rappel des principaux titres :

"Je ne pense pas que nous allons parler d'un retour au confinement." C'est ce qu'a déclaré 'immunologiste en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci.

• Après un rebond de nouveaux cas de Covid-19, notamment à Pékin, la Chine affirme que la situation est "sous contrôle". Elle écarte désormais le risque d'une nouvelle propagation de la pandémie.

• Le Conseil constitutionnel a retoqué, hier, une partie de la proposition de loi de lutte contre la haine en ligne. Les Sages jugent que certaines dispositions portent atteinte à la liberté d'expression.

• L'AS Saint-Étienne a annoncé avoir dépisté cinq cas positifs au Covid-19 dont trois parmi l'effectif professionnel. Les personnes concernées sont désormais confinées à leur domicile.

23h55 : L'Agence régionale de santé (ARS) tire la sonnette d'alarme après l'apparition d'une trentaine de nouveaux cas de Covid-19 en une semaine, dans la ville de Sarcelles (Val d'Oise). Avec la mairie, elle lance une nouvelle campagne de dépistage sous des tentes itinérantes, rapporte France Bleu Paris. Celle-ci cible en priorité les quartiers les plus modestes, pour éviter qu'un nouveau foyer n'émerge.

23h40 : Au Brésil justement, le dernier bilan vient de tomber : le pays enregistre 1 238 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, portant le total à 47 748 morts depuis le début de l'épidémie, a annoncé le ministère de la Santé.

23h37 : L'Amérique du Sud a "beaucoup plus" de chances d'être la source d'une éventuelle deuxième vague en Europe que la Chine, a expliqué le virologue Bruno Lina, membre du Conseil scientifique, à l'Assemblée nationale. Le Brésil, notamment, est désormais le deuxième pays comptant le plus de cas confirmés après les Etats-Unis, avec près d'un million de malades diagnostiqués positifs. Le Pérou et le Chili en comptent également plus de 200 000 cas.

23h00 : Près de 500 soignants contaminés par le Covid-19 sont morts en Russie depuis le début de la pandémie. Des soignants à travers le pays se sont plaints à plusieurs reprises en avril et mai du manque de masques et de combinaisons de protection dans les hôpitaux.

22h44 : L'Inde a levé l'interdiction d'exportation d'hydroxychloroquine, dont elle assure 70% de la production mondiale, au moment où des interrogations se multiplient sur l'efficacité de ce médicament pour traiter les malades du Covid-19. Invoquant les besoins de sa population, le pays avait interdit fin mars l'exportation de ce médicament, aussi utilisé pour le traitement du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune.

22h16 : La crise sanitaire a poussé des producteurs à se lancer dans le numérique pour rencontrer leurs clients et leur vendre leurs produits directement. Des éleveurs de vaches limousines ont même été forcés de mettre leurs bêtes en vente sur internet. Les enchères ont battu tous les records.

21h25 : Avec l'arrivée des beaux jours, des dermatologues mettent en garde contre l'utilisation du gel hydroalcoolique en plein soleil, relaie BFMTV. Le parfum ou les huiles essentielles contenues dans certains gels "peuvent engendrer des risques d'hyperpigmentation de la peau lorsqu'ils sont exposés au soleil, et entraîner la formation de tâches brunes avec le temps", commente un dermatologue. A la plage, mieux vaut donc emporter avec soi une "savonnette ou un flacon de savon de Marseille", précise l'un d'eux.

20h00 : Le nombre de cas graves nécessitant une hospitalisation en réanimation continue de baisser avec 752 malades, soit 20 de moins qu'hier. Quatre régions (Ile-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 74% des patients hospitalisés en réanimation.

20h00 : Le bilan quotidien de la direction générale de la santé vient de tomber : 28 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été enregistrés dans les hôpitaux en 24 heures, portant à 29 603 personnes le nombre total de morts depuis le début de l'épidémie.

18h44 : Polémique à La Poste. La direction a annoncé l'octroi d'une prime allant jusqu'à 300 euros aux postiers mobilisés pendant la crise du Covid-19. Mais cette annonce est jugée "scandaleuse" par SUD-PTT. Le syndicat estime notamment que le groupe "a profité" de la crise pour tester une organisation en effectif réduit dans la branche courrier et "un rythme très tendu" afin de la pérenniser.

18h24 : Il est un peu plus de 18 heures et voici venu le moment de notre point sur l'actualité de cette fin d'après-midi.

• La France et le Royaume-Uni célèbrent aujourd'hui le 80e anniversaire de l'appel du 18 juin du général de Gaulle. Après une commémoration en France, Emmanuel Macron est désormais à Londres, où il s'entretient avec le Premier ministre britannique. Suivez les cérémonies en France et au Royaume-Uni en vidéo.

• Le Conseil constitutionnel retoque une partie de la proposition de loi de lutte contre la haine en ligne. Les Sages jugent que certaines dispositions portent atteinte à la liberté d'expression.


• Après une forte demande au début du confinement, la France compte relocaliser toute la chaîne de production du paracétamol d'ici trois ans. Plus de détails dans notre article.

• Air France présentera aux organisations syndicales ses orientations stratégiques et ses conséquences sur l'emploi, le 3 juillet prochain. Des milliers d'emplois sont menacés.

17h55 : "Il est indispensable que les enfants se remettent à bouger." Alors que le nouveau protocole pour le retour des enfants à l'école entre en vigueur lundi prochain, le professeur Jean-François Toussaint alerte sur la santé des enfants après le confinement. Retrouvez son interview à franceinfo par ici.



(GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

17h31 : Durement frappée par l'épidémie de Covid-19, la direction d'Air France présentera aux organisations syndicales, le 3 juillet, lors d'un Comité social et économique central (CSEC) extraordinaire, ses orientations stratégiques et ses conséquences sur l'emploi. La compagnie aérienne pourrait supprimer entre 8 000 et 10 000 postes d'ici 2022, soit 15 à 20% de ses effectifs, selon Les Echos. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire a demandé à Air France de ne pas engager de départs "contraints".

17h37 : La situation sanitaire se tend en Guyane. Alors que l'épidémie de Covid-19 s'"accélère", les autorités ont annoncé un allongement du couvre-feu sur les trois communes de l'Ile de Cayenne (Cayenne, Remire-Montjoly et Matoury), rapporte Guyane La 1ère. Le dernier bilan épidémiologique fait état de 204 cas supplémentaires en 24 heures (1 758 cas positifs au total, dont 784 guéris).

17h03 : C'est l'heure de faire un petit rappel des gestes barrières. Voici les recommandations des autorités sanitaires pour éviter de nouvelles propagations du coronavirus : lavez-vous les mains régulièrement, toussez dans votre coude, utilisez un mouchoir à usage unique et évitez de vous toucher le visage ; respectez une distance physique d'un mètre minimum et bannissez les embrassades et les poignées de mains.


17h02 : Nous vous en parlions plus tôt dans ce live : la France compte relocaliser toute la chaîne de production du paracétamol d'ici trois ans. Au début du confinement, les consommateurs se sont rués sur cet antalgique, recommandé pour traiter la fièvre et les douleurs. Sans toutefois provoquer une rupture de la chaîne d'approvisionnement. Retrouvez plus d'informations par ici.



(PASCAL BACHELET / BSIP)

16h17 : Bonjour @info plus qu'intéressante. Santé publique France communique chaque jour sur le nombre de clusters en France. Selon les données mises en ligne hier, en fin de journée, 64 clusters sont toujours en cours d'investigation.

16h15 : Est-ce possible de connaître le nombre de clusters en France à ce jour ?

15h56 : Hier, les autorités chinoises et norvégiennes ont tenté de calmer la panique, indiquant que le saumon norvégien n'était vraisemblablement pas à l'origine des nouveaux cas de Covid-19 détectés à Pékin. La semaine dernière, les exportations de saumon norvégien vers la Chine ont chuté de 34%, a indiqué l'organisation norvégienne des produits de mer.

15h55 : Le saumon n'a plus la cote en Chine. Alors que plus d'une centaine de cas de coronavirus ont été détectés à Pékin ces derniers jours, les médias officiels ont rapporté que le virus avait été détecté au marché de Xinfadi sur des planches servant à découper du saumon importé. Conséquence immédiate : le saumon a été retiré des rayons de certains grands supermarchés. Et plusieurs commandes passées auprès de la Norvège, l'un des principaux fournisseurs, ont été annulées, rapporte la correspondante du New York Times (en anglais) en Chine.

15h05 : Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy a été auditionné ce matin par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale.L'immunologue est revenu sur la gestion de l'épidémie de coronavirus et les décisions qu'il a dû prendre. Si vous avez manqué son audition, nous vous en résumons les principaux éléments dans cet article.



(LUDOVIC MARIN / AFP)

14h49 : Après l'audition de Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique ce matin, c'est au tour de deux anciens directeurs généraux de la santé, Benoît Vallet et Jean-Yves Grall, d'être entendus par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Suivez les auditions dans notre direct.

14h49 : "Cela montre bien que même si on est rassurés en Europe, on a un virus qui continue à circuler dans le monde et qui reviendra chez nous. Il faut profiter de cette période d'accalmie pour se préparer."

Selon nos informations, le Comité scientifique sur le Covid-19 devrait communiquer en fin de la semaine avec un "double message" : "Profitons de la période pour respirer, mais ayons en tête ce qui pourrait se passer en octobre/novembre." Plus de détails dans notre article.



14h34 : Depuis la semaine dernière, au moins 158 personnes ont été contaminées par le Covid-19 à Pékin. Si la situation inquiète la Chine, les autres pays sont également sur leurs gardes. Ce nouveau foyer fait "l'objet d’une analyse constante à travers les réseaux épidémiologiques et diplomatiques", indique à franceinfo la direction générale de la santé (DGS). Plus d'informations dans notre article.



(CHEN ZHONGHAO / XINHUA / AFP)

14h34 : "Des travaux sont ainsi engagés avec Seqens, Upsa et Sanofi pour que, d'ici trois ans, la France soit en mesure de reproduire, conditionner et distribuer du paracétamol", précise un communiqué (PDF) conjoint de la secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Economie Agnès Pannier-Runacher et du ministre de la Santé Olivier Véran.

14h21 : La France veut contrôler sur son sol l'ensemble de la chaîne de production du paracétamol d'ici trois ans, ont annoncé ce midi les ministères de l'Economie et de la Santé, deux jours après l'appel du président Macron pour relocaliser certains médicaments.

14h18 : La crainte d'une deuxième vague venant de l'hémisphère Sud est partagée par le virologue et membre du Conseil scientifique, Bruno Lina.

14h17 : "L'ensemble du Conseil scientifique considère que le risque d'une vraie deuxième vague, venant de l'hémisphère Sud, est un risque qui doit être considéré", a mis en garde Jean-François Delfraissy, lors de son audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Il estime toutefois qu'un deuxième confinement généralisé ne serait ni souhaitable ni accepté.