Coronavirus : l'Assemblée nationale entame l'examen du projet de loi pour organiser la sortie de l'état d'urgence sanitaire

Entré en vigueur le 24 mars face à l'épidémie de Covid-19, ce régime dérogatoire au droit commun donne au gouvernement des moyens exceptionnels et permet de restreindre certaines libertés publiques.

L\'hémicycle de l\'Assemblée nationale à Paris le 3 mars 2020.
L'hémicycle de l'Assemblée nationale à Paris le 3 mars 2020. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS)
Ce qu'il faut savoir

L'Assemblée nationale examine, aujourd'hui, un projet de loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire le 10 juillet, avec une période transitoire jusqu'à l'automne durant laquelle des restrictions resteront possibles, conduisant les oppositions à s'alarmer d'un état d'urgence "qui ne dit pas son nom". Le texte, examiné en première lecture, permet en effet des restrictions sur la circulation des personnes, l'accueil du public dans certains établissements ou les rassemblements, et ce jusqu'au 30 octobre. Les députés ont d'ores et déjà ont avancé la fin de la période transitoire, qui devait initialement durer jusqu'au 10 novembre. Suivez les débats, auditions et dernières informations sur la crise du coronavirus dans ce direct.

Prolongation de l'état d'urgence en vue pour la Guyane et Mayotte. Le gouvernement a annoncé mercredi 17 juin vouloir prolonger l'état d'urgence dans ces deux départements d'outre-mer en raison de l'épidémie de coronavirus jusqu'au 30 octobre inclus. Depuis dimanche et l'allocution d'Emmanuel Macron, ils sont les seuls à ne pas être situés en "zone verte". "Les départements de Guyane et de Mayotte présentent à ce jour des situations sanitaires plus dégradées, qui pourraient nécessiter l'édiction de mesures administratives plus contraignantes après le 10 juillet", indique un amendement au projet de loi de sortie de l'état d'urgence en France.

Nouvelles auditions pour la commission d'enquête. La commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus en France va auditionner, à 17h30, la présidente de Santé publique France, Geneviève Chêne. Mardi soir, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a défendu pied à pied la stratégie des autorités devant la commission d'enquête parlementaire. "Le monde entier a été surpris par cette crise inédite", a-t-il justifié.

 Un traitement prometteur pour les personnes gravement malades. Les responsables de l'essai clinique britannique Recovery ont découvert qu'un médicament de la famille des stéroïdes, le dexamethasone, réduisait d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints. Ce médicament est déjà utilisé dans de nombreuses indications pour son effet anti-inflammatoire puissant. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué une "percée scientifique".

Situation inquiétante à Pékin. Au même moment, la situation épidémique dans la capitale chinoise est jugée "extrêmement grave" par les autorités, faisant craindre la possibilité d'une nouvelle vague de contaminations. Les écoles de la ville ont été fermées et les autorités aéroportuaires ont annulé plus d'un millier de vols au départ et à l'arrivée des deux aéroports de PékinAu total, 137 personnes ont été contaminées depuis la semaine dernière dans la mégapole de 21 millions d'habitants.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CORONAVIRUS

00h00 : Le bilan des dernières 24 heures est tombé au Brésil : on compte près de 1 300 nouveaux décès (46 510 au total), et 30 000 cas supplémentaires (portant le total à 955 377). Le pays est toujours l'un des principaux foyers de l'épidémie dans le monde.

23h49 : Les citadins qui sont partis se confiner à la campagne ont découvert ses charmes et n’entendent plus vivre comme avant. Une remise en question pour un nouveau mode de vie : de quoi susciter un intérêt soudain pour les maisons situées dans des villes à 100 km de Paris. France 2 a tâté le terrain dans l'Yonne.



(FRANCE 2)

23h22 : Au risque de vous décevoir, l'audition de Jérôme Salomon a eu lieu hier, et nous en avons largement parlé dans ce live (et résumé le tout dans un article). Aujourd'hui étaient auditionnés deux responsables de Santé Publique France (l'ancien directeur et l'actuelle directrice). J'en ai un peu moins parlé, c'est vrai, un peu noyé dans l'actu débordante de la journée.

23h19 : Bonsoir. Aujourd'hui la commission d'enquête sur le Covid 19 a auditionné Jérôme Salomon, DGS. Vous n'en parlez pas du tout...

23h19 : @Jacques a dit Même si vous ne lisez pas l'anglais, je vous conseille ce reportage du Los Angeles Times richement illustré de photo très parlantes pour voir comment se passe. En gros, "plexiglas et masques partout, coronavirus nulle part".

23h17 : Bonsoir Pierre. Comment font-ils en Corée du Sud pour organiser leur retour à l’école? Je vous demande ça parce que Jacques Attali a dit cette semaine sur France Culture que la Corée du Sud s’en était mieux sorti que tout le monde, avec moins de morts, et sans confinement! Un exemple à suivre donc.

23h06 : Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas parlé de l'hydroxychloroquine, vous ne trouvez pas ? On apprend ce soir que l'OMS a décidé d'arrêter les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine en tant que traitement potentiel des malades du Covid-19 hospitalisés, arrivant à la conclusion que cet antipaludéen ne réduisait pas leur taux de mortalité.

21h59 : En temps que directrice je comprends et je sais que beaucoup de parents ont besoin de l école pour faire garder leurs enfants. Je suis également ravie de retrouver l ensemble des élèves à l école. Simplement je suis face à des directives contradictoires, je dois accueillir tout le monde, je dois mettre 1m de distance entre mes élèves ce qui n’est pas possible. Alors je prends la responsabilité d accueillir tout le monde sans respecter le protocole puisque je suis dans l impossibilité matérielle de le faire appliquer. C’est difficile parce que lundi certains parents diront merci on n’avait pas d autre choix pour pouvoir retourner au travail et d autres diront vous mettez en danger la santé de mes enfants... On fait tout ce qui est humainement et techniquement possible.

21h56 : J'imagine de savoureux problèmes de maths au brevet des collèges de l'an prochain. Avec des m² suivant l'ancien ou le nouveau protocole, des ml de gel hydroalcooliques, des heures échelonnées d'arrivée ou de départ... Ca pourrait remplacer les problèmes de baignoire ou de percement de tunnel !

21h52 : @Lolette29 Je ne sais pas, pour les précédents protocoles, il y avait eu un temps de latence de quelques jours. Cela suppose au moins quelques réunions des personnels de l'école et une coordination avec les équipes municipales...

21h52 : Comment et quand les communes et les équipes pédagogiques vont elles pouvoir remettre en place le nouveau protocole entre le vendredi ou ce sera toujours l’actuel et lundi ou ce sera le nouveau ?

21h50 : Bonsoir France Info,Dans ma commune il n’y aura pas de réouverture du périscolaire et de la cantine, le maire nous expliquant que ce protocole a un coût pour la commune et qu’il a déjà redéployé son personnel à l’application stricte de ce protocole, même allégé. Alors même si on raccourcit le mètre de quelques centimètres pour que ça rentre, voire qu’on sort une baguette magique pour faire disparaître plus de 50 pages de protocole, et bien moi je n’appelle pas ça une amélioration de l’accueil.

21h50 : Donc , en réalité, les élèves de collège devront au minimum porter 9 masques par semaine, les cours d'EPS me semblent compromis. De toute façon, le conseil de classe de mon fils en 4ème a lieu vendredi 19 juin,. En fait, tout le monde va faire semblant de travailler pendant 2 semaines.

21h48 : #DECONFINEMENT @Mercure Comme je ne savais plus bien ce qu'il en était sur le fait que le virus pouvait se transmettre en flottant dans l'air, je suis allé consulter cet article de l'émission Radiographie du coronavirus de France Culture qui traduit en termes profanes les études scientifiques. Verdict : le risque est minime. "Si l’on retrouve bien de l’ADN viral dans l’air, en suspension dans des espaces collectifs, c’est vraisemblablement en bien trop petites quantités pour pouvoir être contaminant, sauf cas particulier de locaux très exigus, non ventilés, ou de grandes concentrations de personnes infectées."

21h47 : Le virus étant aérosol, c'est sûr qu'il est judicieux pour les enseignants d enlever le masque, surtout dans un lieu confiné comme une salle de classe !

21h45 : @Charlotte Faire manger les classes ensemble à la cantine en séparant les groupes d'au moins un mètre, me paraît jouable, mais pour le périscolaire, ça s'annonce plus complexe en effet.

21h44 : Bonsoir. Je m'interroge sur le point relatif à la cantine et donc par extension à la garderie. Comment assurer la séparation des classes ? Cette notion n'existe pas en restauration scolaire ou en périscolaire. Les services sont assurés par les municipalités ou des associations qui font de leur mieux mais ne peuvent pas appliquer cela !

21h44 : @Simon Parce que je crois que le ministère a collé deux fois le même document dans le PDF.

21h43 : Pourquoi le protocole que j'ai téléchargé sur le site du ministère fait-il 16 pages alors que vous n'en annoncez que 8?

21h40 : Les récréations de vos têtes blondes vont s'en trouver transformées : retour des ballons et des toboggans (si la cour est équipée). Les enfants vont de nouveau pouvoir retourner à la bibliothèque de leur établissement, à condition que les livres utilisés soient ensuite isolés 24 heures.

21h38 : Concernant le nettoyage des locaux, particulièrement des surfaces fréquemment touchées, comme les poignées de porte, il ne faut plus le faire qu'une seule fois par jour.

21h37 : Bonsoir Pierre! Bravo Marie et merci de rappeler à ceux qui prennent les décisions qu’ils le font bien souvent sans aucune connaissance du « terrain ». Même allégé le protocole ne permet en effet pas d’accueillir tous les enfants dans des conditions normales. Périscolaire, cantine, sieste des petits en primaire... Groupes de langues et autres en collège... Comment faire quand il n’est pas possible de mélanger les élèves de classes différentes? Alors c’est bien beau d’annoncer aux parents que tous les enfants seront accueillis dès lundi (et en plus de rendre la présence obligatoire) alors que beaucoup de familles n’auront pas de solution mais devront malgré tout s’en contenter... et retourner travailler! Bonne soirée

21h37 : Quant à la cantine, l'idée est d'y maintenir la distanciation sociale d'un mètre, surtout entre les classes différentes. Comme pour la récréation, le but est d'éviter que les groupes se mélangent.

21h35 : Mais attention, il y a une consigne pour ce que doivent faire les enseignants du masque non-porté : "Lorsque le masque n’est pas utilisé, il peut être soit suspendu à une accroche isolée, soit replié sanscontacts extérieur/intérieur (ne pas le rouler) et stocké dans une pochette individuelle ."

21h33 : Autre nouveauté du nouveau protocole (qui ne fait que 8 pages, soulignons-le, ça sera quand même plus facile à mettre en oeuvre que le premier, qui en faisait plus de 60), les enseignants vont pouvoir respirer : "Leport du masque n’est pas obligatoire pour les personnels enseignants lorsqu'ils font cours et sont àune distance d'au moins un mètre des élèves "

21h32 : Comme annoncé par Jean-Michel Blanquer, les règles de distanciation sociale sont sérieusement allégées : "Si la configuration des salles de classe(surface, mobilier, etc.) ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d’au moinsun mètre, alors l’espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre lesélèves et les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection dans la classe. Ladistanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents."

21h29 : Bonsoir France Info !Je lis des réactions de personnes qui travaillent dans l’éducation nationale, renvoyer les enfants à l’école est certainement un casse-tête mais derrière il y a des enfants et des parents qui galèrent et qui attendent que leurs petits soient suivis comme il se doit (ce qui est loin d’être toujours le cas...).Et surtout pour info / mémoire, il y a d’autres secteurs qui en pâtissent, et notamment le bâtiment : respecter les distanciations sociales = moins de compagnons = délais rallongés, et qui paie ? Les maîtres d’ouvrage qui doivent assumer des mois de retard et ne sont pas enclins à mettre la main à la poche ? Et les bungalows de chantier introuvables car en rupture de stock, et jusqu’à quand ? Les situations sont compliquées et sans aucune visibilité sur la durée de mise en place des prescriptions de l’OPPBTPT. Donc oui c’est difficile sans doute pour l’éducation nationale mais il y a des entreprises privées qui rament et dont on ne parle pas du tout, à tord, et c’est vraiment dommage.

21h29 : Première nouveauté : "Les accompagnateurs ainsi que les intervenants extérieurs peuvent désormais entrer dans lesbâtiments scolaires après nettoyage ou désinfection des mains. Ils doivent porter un masque deprotection."

21h27 : @Mims Vous avez raison, il est disponible ici (et je vais en prendre connaissance en même temps que vous).

21h26 : Ca y est, le protocole est enfin dispo sur le site de l'EN.Et il fait 8 pages (contrairement au doc de travail de 7 pages qui circulait depuis ce matin !)

21h24 : @Protocole sanitaire Je crois bien qu'il s'agit d'un document de travail de sept pages qui circule depuis ce matin. Nous avons interrogé le ministère à ce sujet, il nous indiquait qu'il ne s'agissait pas du document définitif.

21h22 : Bonsoir! Je me permets de vous envoyer le protocole sanitaire envoyé par l’école de ma fille en maternelle. Bonne soirée

21h02 : Vous parlez de la difficulté des équipes enseignante mais vous oubliez toutes les autres personnes qui gravitent dans les écoles. Notamment en a maternelle avec les atsem.Vous oubliez aussi tout le périscolaire ou en maternelle tous les enfants peuvent être accueillis mais comment faire si les enfants ne peuvent pas être mélangés en dehors de leur groupe classe. Il n'y a pas assez de personnel. Quand est il des dortoirs ou les enfants de plusieurs classes sont mélangées....Ça serait bien de penser a tous ces personnels qui se casse la tête pour trouver des solutions face à des décisions irréalisables. Et dans parler aussiMerci a vous

21h02 : @Marie nous rappelle qu'il n'y pas que les enseignants qui s'arrachent les cheveux face au protocole sanitaire (vu que c'est la troisième fois, ils vont avoir la même coupe que Jean-Michel Blanquer), les autres personnels de l'école aussi. Juste rappel !

20h56 : #FOOT @Un certain JMA Vous avez sûrement savouré la pique du dirigeant du Bayern Munich, Karl-Heinz Rummenigge, qui a déploré le désastre français (avec une saison finie sur le terrain et qui se poursuit dans les tribunaux). J'ai envie de vous dire que c'est beaucoup trop tard, que beaucoup de clubs ont déjà commencé leur recrutement, axé leur préparation sur l'année prochaine, quand ils n'ont pas enlevé la pelouse pour lui donner une seconde jeunesse, comme dans mon club de cœur, le RC Lens.

20h55 : Bonsoir Pierre, puisque les règles de distanciation sont abolies en maternelle, ne peut-on pas envisager de reprendre la Ligue 1 ?

20h53 : Dans la mesure où Pékin a frappé fort, en empêchant les habitants de quitter la ville, sauf à montrer un test de dépistage négatif, on peut espérer que les cas ne s'exporteront pas, cette fois. Mais de gros clusters existent également en Europe, comme dans un abattoir en Allemagne, ce qui prouve, si besoin était, que les gestes barrières et les règles de distanciation sont toujours utiles. Je ne me hasarderai pas à un pronostic, je revois encore plusieurs épidémiologistes nous assurer que le virus resterait localisé en Chine début février...

20h51 : Bonsoir Pierre, j’aimerais savoir dans quelle mesure nous sommes menacés par la réapparition de l’épidémie de Covid-19 en Chine ces derniers jours. Merci

20h51 : Plus près de nous, la Belgique a fait revenir tous ses élèves de moins de 12 ans en classe sans la moindre distanciation sociale depuis mai... et l'épidémie reste sous contrôle outre-Quiévrain.

20h51 : Est-ce que le Danemark ou les autres pays Européens ont allégés autant les règles à l'école que ce que propose la France à partir de la semaine prochaine ??

20h45 : Aux Etats-Unis, on dénombre 496 morts supplémentaires depuis le dernier bilan, ce qui porte le total à 116 140 morts. 2,1 million de personnes ont été contaminées par le virus, un chiffre en hausse de 18 577 cas.

20h43 : Le bilan de l'Italie est tombé pendant le débat parisien des municipales, le voici donc avec retard : on compte 43 morts supplémentaires, ce qui porte le total à 34 448 décès dans la Botte depuis fin février.

20h39 : Le Masters 1000 de Paris se jouera bien à partir du 31 octobre comme prévu, confirme le président de la Fédération française de tennis Bernard Giudicelli.

20h25 : Petit rappel à ceux qui ont séché l'éducation civique à l'école : tous les trois ans, la moitié des sénateurs est renouvelée pour six ans, par un collège de grands électeurs composés essentiellement de conseillers municipaux.

En revanche, le renouvellement des six sénateurs représentant les Français de l'étranger devrait être reporté à l'année prochaine, en raison du report des municipales en Guyane et des élections consulaires (initialement prévues en mai).

20h23 : Christophe Castaner propose la date du 27 septembre pour la tenue des élections sénatoriales. "C'est l'usage du dernier dimanche de septembre", argue le ministre de l'Intérieur.

20h22 : Le projet de loi sur la fin de l'état d'urgence sanitaire, qui sera examiné au Sénat dès lundi, a été voté à main levée en première lecture avec l'appui des élus LREM, MoDem et Agir. Les oppositions de droite comme de gauche ont dénoncé pour leur part un texte "liberticide" et "disproportionné", qui revient à un "état d'urgence qui ne dit pas son nom".

20h49 : Le déploiement de caméras de surveillance "intelligentes" envisagé dans le cadre du déconfinement risque de "porter atteinte au bon fonctionnement de notre société démocratique", met en garde la Cnil, la Commission nationale de l'informatique et des libertés. "Leur développement incontrôlé présente le risque de généraliser un sentiment de surveillance chez les citoyens, de créer un phénomène d'accoutumance et de banalisation de technologies intrusives, et d'engendrer une surveillance accrue."

20h15 : L'Assemblée nationale vote le projet de loi sur la sortie de l'état d'urgence sanitaire.