Cet article date de plus d'un an.

Dépistages prioritaires : les premiers centres à l’essai

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Dépistage prioritaires : les premiers centres à l'essai
Article rédigé par
S.Soubane, K.Lempereur, J.Minouni, F.Bohn, J-P.Magnaudet, J-A.Balcells, C.De Chassey - France 3
France Télévisions

Les premiers centres de dépistage prioritaires ont ouvert en Île-de-France. Une vingtaine d’ouvertures est prévue dans les prochaines semaines. Leur objectif ? Désengorger les laboratoires et faciliter l’accès à ceux qui en ont besoin.



Sept centres de dépistage prioritaires ont ouvert ce lundi 21 septembre en Île-de-France. Le ministre de la santé est venu rappeler lui-même, quelles sont les personnes prioritaires, "les publics symptomatiques, les publics cas-contact avérés, l’ensemble des soignants et des professionnels de domiciles". Les vingt centres d’Île-de-France devront absorber 10 000 patients par jour.


"Ça ne réglera pas l’ensemble du problème d’engorgement des laboratoires"



Pour rejoindre un centre prioritaire, il faut se présenter avec une prescrite, une carte professionnelle ou une convocation des autorités de santé. Sera-t-il suffisant ? Certains professionnels de santé doutent de leur capacité à analyser des tests toujours plus nombreux. Lionel Barrand est président du syndicat des jeunes biologistes médicaux, "on est en difficulté que ce soit en terme du nombre de machines, de réactifs ou de personnels pour traiter ces analyses. C’est une partie du problème, ça ne réglera pas l’ensemble du problème d’engorgement des laboratoires". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.