Dépistage coronavirus : l'Île-de-France et la Mayenne "ont mis en place des stratégies sans prévenir les laboratoires" s'indigne un syndicat de biologistes

Selon Lionel Barrand, président du Syndicat des jeunes biologistes médicaux, "il faut plus de coordination avec les Agences régionales de santé" pour mieux gérer les campagnes de dépistage. 

Une femme réalise un test du dépistage du Covid-19, à Laval (Mayenne), le 9 juillet 2020. 
Une femme réalise un test du dépistage du Covid-19, à Laval (Mayenne), le 9 juillet 2020.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Lionel Barrand, président du Syndicat des jeunes biologistes médicaux (SJBM), est revenu, mardi 21 juillet sur franceinfo, sur les délais pour se faire dépister du coronavirus, qui restent globalement courts en France à quelques exceptions près. "Dans certains endroits et notamment l'Ile-de-France et la Mayenne, c'est beaucoup plus compliqué. Les délais sont beaucoup plus importants pour se faire dépister", a-t-il indiqué. Lionel Barrand l'explique notamment par la diminution des effectifs pour cause de départs en vacances ou de burn out mais aussi parce que "l'Île-de-France et la Mayenne ont mis en place une stratégie de dépistage massive sans prévenir les laboratoires avant".

"Il ne faut pas que 70 millions de Français viennent se faire dépister tous les jours"

"Il faut plus de coordination avec les Agences régionales de santé, sinon on se retrouvera dans ce genre de situation un peu partout en France", a prévenu le spécialiste qui exerce en Alsace, regrettant que le ministre et l'ARS n'aient pas prévenu les laboratoires de "cet envoi massif d'ordonnances à 1,3 million de Franciliens". "On s'est retrouvés avec des standards téléphoniques qui ont explosé. Mais on peut y arriver, il faut juste de la coordination et on espère bien que la prochaine fois on sera prévenus en amont."

"Qu'est ce qu'il faut faire pour bloquer vraiment la chaîne de transmission ? Prioriser les patients symptomatiques, en deuxième, les patients contact, et puis il faut demander aux pays à risque de faire les tests avant de venir sur le territoire français et les personnes qui n'ont pas pu être dépistées, mais qui viennent de pays à risque, qu'on puisse les dépister directement à l'aéroport", a estimé Lionel Barrand qui a par ailleurs rappelé l'importance de se faire tester. "Le conseil est simple : quand on a des symptômes ou qu'on a été en contact avec quelqu'un qui a des symptômes, c'est là qu'il faut se faire dépister. Mais il ne faut pas que 70 millions de Français viennent se faire dépister dans nos laboratoires tous les jours."