Demande d'un délai pour les mesures restrictives à Marseille : "10 jours, je ne sais pas si c'est tenable, mais c'est risqué"

Pour Julien Carvelli, médecin en réanimation aux urgences de l'hôpital de la Timone à Marseille, il est risqué d'attendre 10 jours pour mettre en place les restrictions annoncées par le gouvernement, car les indicateurs pourraient empirer d'ici-là.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le service de réanimation de l'hôpital de la Timone à Marseill (photo d'illustration). (SPEICH FREDERIC / MAXPPP)

Le premier adjoint de Marseille Benoît Payan a dénoncé jeudi 24 septembre un "affront" après les annonces de fermetures des bars et restaurants par Olivier Véran pour lutter contre le Covid-19. Il réclame un délai de 10 jours avant la mise en œuvre de nouvelles mesures. "10 jours, je ne sais pas si c'est tenable, mais c'est risqué", a estimé le même jour sur franceinfo Julien Carvelli, médecin à la réanimation des urgences à La Timone à Marseille.

"On a vu la courbe épidémique s'accélérer très fortement, depuis quelques jours cela se calme un petit peu. On risque d'arriver à une forme d'engorgement, on y est presque, à la fois pour le Covid et pour les non-Covid. 

Il se peut que dans 10 jours la situation ait pris encore plus d'ampleur et soit vraiment très tendue dans les hôpitaux si des mesures restrictives supplémentaires ne sont pas prises.

Julien Carvelli, médecin à l'hôpital de la Timone à Marseille

à franceinfo

On comprend toutes les parties mais on est dans l'anticipation et pas dans la réaction", détaille Julien Carvelli.

Des mesures efficaces dans 15 jours

L'évolution de l'épidémie reste encore inconnue. "On peut faire un pari qui est très risqué. Soit on est dans la réaction et on attend de voir ce qui se passe, mais on sait qu'on a toujours un temps de retard, soit on est dans l'anticipation", a insisté le médecin.

Pour pouvoir prendre en charge tous les patients, "il va falloir prendre d'autres mesures restrictives et ça on l'annonce depuis 15 jours, un mois. On a l'impression que ça tombe comme ça mais ça n'est pas le cas. Il ne faut pas être surpris de voir la courbe épidémique. Les mesures qu'on prend aujourd'hui seront efficaces dans 15 jours, un mois, en sachant qu'en réanimation les patients restent beaucoup plus longtemps."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.