Vidéo Covid-19 : "Il va falloir tous se comporter comme on se comporte à l'hôpital", plaide l'urgentiste Mathias Wargon

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

À l'hôpital, "on porte des masques tout le temps, on essaie de ne pas manger ensemble, on se lave les mains et les réunions sont en visio", rappelle le médecin qui insiste sur la "responsabilité personnelle" alors que le nombre de contaminations ne baisse plus.

Les règles du confinement devaient être assouplies le 15 décembre, mais les chiffres ne sont bons, le nombre de contamination au Covid-19 ne baisse pratiquement plus. On est loin du seuil des 5 000 contaminations par jour, fixé par Emmanuel Macron pour alléger le confinement. "C'est toujours une question de responsabilité personnelle", a expliqué mardi 8 décembre sur franceinfo Mathias Wargon, médecin urgentiste, chef de service des urgences adultes et du SMUR de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Il appelle à tenir "une ligne droite, dure, mais sinon on n'y arrive pas".

franceinfo : Qu'en pensez-vous ?

Mathias Wargon : La descente n'est pas aussi rapide que l'on pensait. C'est toujours la différence entre les modèles et la réalité et les attitudes des gens.

"On voit bien qu'on ne s'est pas beaucoup confinés et qu'on s'est très vite complètement déconfinés. Chacun fait un peu ce qu'il veut." 

Mathias Wargon, médecin urgentiste

à franceinfo

On balance toujours entre le confinement, personne ne sort, et chacun fait ce qu'il veut. Je pense qu'il va falloir tous se comporter comme on se comporte à l'hôpital. On porte des masques tout le temps, on essaie de ne pas manger ensemble, on se lave les mains et les réunions sont en visio. C'est tenir une ligne droite, dure, mais sinon on n'y arrive pas. Le problème c'est que les contaminations ne baissent plus.

Jean Castex doit faire des annonces jeudi sur un éventuel allègement du confinement. Qu'attendez-vous ?

Vous voulez alléger quoi ? Parce que là, il est allégé le confinement. C'est toujours une question de responsabilité personnelle, on en revient toujours au même. On regarde les pays où ça marche bien, mais ce sont des pays où la responsabilité personnelle est beaucoup plus importante et où le poids de l'État est beaucoup plus important. Donc, on ne peut pas tout avoir.


Peut-on demander aux Français de ne pas se retrouver à Noël ?

C'est compliqué, c'est dur, c'est normal que les gens aient envie de se retrouver. Faut-il se retrouver en petit groupe ou à plusieurs ? Est-ce qu'il faut traverser la France ? Est-ce qu'il faut partir en vacances ? On a tous envie de partir en vacances à l'hôpital. Probablement que je partirai en vacances. La question c'est la vie au jour le jour. Comment on fait ? Est-ce qu'on respecte ou est-ce qu'on dit j'en ai rien à faire ? Tout ça c'est une question de mesure et de contrôle de l'épidémie.

Les dépistages sont-ils efficaces ?

Le dépistage n'est pas une barrière à 100%. Le dépistage par test antigénique l'est encore moins. Quand on fait ça sur une masse de personnes c'est satisfaisant, mais au coup par coup pour en protéger une autre, cela ne marche pas. C'est globalement que ça va protéger la société, mais ça ne va pas vous protéger de contaminer mamie. Il est là le problème.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.