Masque obligatoire : des associations réclament des aides "pour les plus précaires" ou "la gratuité pour tous"

Selon l'UFC-Que Choisir, l’obligation de porter un masque représente "à peu près dans les 100 euros par mois pour une famille avec deux enfants pour les masques jetables".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des piétons, dont certains portent un masque de protection contre le coronavirus, arpentent une rue commerçante à Bordeaux, le 20 juillet 2020. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Obligatoire en France depuis lundi 20 juillet dans les lieux publics fermés, le port du masque représente un coût considérable pour les ménages. Plusieurs associations ont réclamé mercredi sur franceinfo l'intervention du gouvernement.

>> Coronavirus : coût, bénéficiaires, stocks disponibles… Quatre questions sur la gratuité des masques en France

Selon Alain Bazot, le président de l'UFC-Que Choisir, l’obligation de porter un masque représente "à peu près dans les 100 euros par mois pour une famille avec deux enfants pour les masques jetables". L’association de consommateurs continue donc de réclamer, comme une partie de l'opposition de gauche, un accès aux masques "gratuit pour tous" alors qu’Emmanuel Macron a indiqué mardi soir sur TF1 que les contribuables "n’ont pas vocation à payer des masques" pour tous.

Pour nous, c'est un peu comme quand on impose la vaccination obligatoire pour tous. Pour que ça marche, il faut que tout le monde se vaccine. Donc la vaccination obligatoire est gratuite.

Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir

à franceinfo

De son côté, l’association Familles de France a demandé la gratuité des masques pour l’ensemble "des familles bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire". Selon Chantal Huet, la secrétaire générale de Familles de France, une mesure permettrait "d’élargir" le nombre de bénéficiaires des masques gratuits : “Nous souhaiterions que ce chiffre de 19 000 euros pour une famille de quatre personnes [plafond de ressources pour bénéficier de la complémentaire santé solidaire] qui était annoncé par notre président mardi, soit remonté et que nous nous appuyons sur les conditions de ressources identiques à celles de l'allocation de rentrée scolaire”. Pour une famille avec deux enfants à charge, le plafond de ressources monterait de 19 000 euros à 33 686 euros, selon le barème de la Caisse d’allocation familiale pour l’allocation de rentrée scolaire.

Selon Familles de France, le budget 'masques jetables' pour une famille avec 3 enfants est de "285 euros par mois". Un budget qui s'élève à 90 euros pour des masques lavables à 3 euros pièces. L'association recommande donc aux familles de privilégier l’achat les masques lavables même s'il est "difficilement supportable tout au long de la journée en classe" pour les collégiens et les lycéens, a indiqué Mme Huet.

"C'est à la solidarité nationale de prendre en compte les masques"

"C'est à la solidarité nationale de prendre en compte les masques pour les personnes en situation de précarité financière", a estimé Olivier Gayraud, juriste chargé du dossier des masques pour CLCV. Considérant qu’il y a "urgence" pour les précaires, l’association de consommateurs CLCV propose de mettre en place le remboursement du prix des masques à usage unique : "On leur verse chaque mois une somme qui correspond à ce que lui a coûté le masque pour chaque membre de sa famille". Une somme évaluée à "30 euros par mois et par personne" par la CLCV.  

Pour l’ensemble des Français, la CLCV appelle à agir de manière plus importante sur le prix de vente des masques. "Le masque en papier est plafonné à 95 centimes d'euros mais vous avez des grandes surfaces qui vous les proposent à 45 centimes d'euros. C'est donc que c'est possible. On pourrait donc fixer un plafond deux fois plus bas que celui qui existe aujourd'hui", a estimé Olivier Gayraud. "Qu'on vous mette une amende parce que vous êtes une forte tête et ne voulez pas mettre un masque, c'est normal. Mais prendre une amende parce que vous n'avez pas d'argent pour acheter un masque, ce n’est pas juste", a-t-il conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.