Laboratoires saturés : la solution des tests antigéniques

La Haute autorité de santé a donné son feu vert aux tests antigéniques, vendredi 25 septembre. Ils pourraient permettre de désengorger les laboratoires. 

France 2

Déjà utilisés en Italie, les tests antigéniques permettent d'accéder aux résultats en trente minutes maximum. En France, la Haute autorité de santé vient de les approuver, vendredi 25 septembre, pour dépister les personnes symptomatiques. "Je pense que c'est un vrai progrès si on peut en disposer et avoir les résultats rapidement, identifier rapidement les cas contacts, identifier rapidement les cas positifs, pouvoir les isoler. Cela permet de contenir l'épidémie", explique le médecin généraliste Jean-Paul Hamon. 

Des problèmes d'organisation pour les biologistes ?

La méthode de prélèvement consiste à introduire un écouvillon dans le conduit nasal. Le prélèvement est déposé sur une bandelette munie d'anticorps capables de reconnaître le virus. Le test antigénique est en revanche un peu moins fiable que le test PCR. Par ailleurs, cela pourrait poser des problèmes d'organisation pour les biologistes. "On doit réserver ce test à des personnes symptomatiques. Mais dans ce cas là, comment vous les triez ? Comment vous les identifiez ? Des gens peuvent dire qu'ils ont des symptômes alors qu'ils n'en ont pas [...] Dire que ce test va être la solution actuelle aux queues d'attente, aux délais de résultat, la réponse est 'non'", affirme François Blanchecotte, président du syndicat national des biologistes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des tests PCR réalisés à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Photo d\'illustration.
Des tests PCR réalisés à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Photo d'illustration. (ALAIN JOCARD / AFP)