Jauge de 30 personnes maximum pour les messes : "C'est un malentendu et on espère que ça va être corrigé dès jeudi dans le discours du Premier ministre"

Vincent Neymon, porte-parole de la Conférence des Évêques de France réagit mercredi à l'annonce mardi soir par Emmanuel Macron d'une jauge de 30 personnes maximum dans les lieux de culte. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La cathédrale Notre-Dame de Rouen, le 4 juillet 2020. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

"C'est un malentendu et on espère que ça va être corrigé dès jeudi dans le discours du Premier ministre", a déclaré mercredi 25 novembre sur franceinfo Vincent Neymon, porte-parole de la Conférence des Évêques de France après l'annonce d'Emmanuel Macron sur la jauge de 30 personnes maximum dans les lieux de culte. Un nouveau plafond maximal de fidèles pour les messes sera étudié d'ici jeudi matin et annoncé ensuite par le Premier ministre lors d'un conférence de presse à 11 heures.

''Un malentendu''

"On a donc d'abord manifesté notre incompréhension, explique le porte-parole de la Conférence des Évêques de France, puis Emmanuel Macron nous a appelés. Il nous a expliqués qu'il fallait qu'on se comprenne bien. Ses mots ce sont : 'Une jauge réaliste'. Donc faisable et acceptable par nous, donc on va attendre et voir ce que M. Castex annoncera demain, jeudi, et voir si cette jauge est donc réaliste [...]"

"C'est un malentendu et on espère que ça va être corrigé dès jeudi dans le discours du Premier ministre. " 

Vincent Neymon

à franceinfo

Il évoque ainsi un probable "défaut de transmission" entre un ministère et l'Elysée. "Il y a eu une incompréhension de la part de l'ensemble des fidèles catholiques mais aussi de tous les croyants lorsqu'on a entendu le nombre limite de 30 personnes par lieu de culte, regrette-t-il. Cela n'a aucun sens, c'est absolument irréaliste." " Nous avions travaillé avec les ministres concernés, à savoir Jean Castex et Gérald Darmanin et nous nous attendions à ce que les conclusions de nos travaux apparaissent comme une proportion d'occupation dans les églises ou bien une limitation de 4m² autour de chaque fidèles. Mais nous ne nous attendions pas à cette limite de 30 personnes."

"Trente dans une cathédrale ou dans une petite chapelle, cela ne veut rien dire. Il vaut donc mieux être sur une proportion puisque, là au moins, on est sûrs qu'on respectera les consignes sanitaires."

Vincent Neymon

à franceinfo

"Ce que nous souhaitons, conclut Vincent Neymon, c'est que le 24 décembre, puisque les gens peuvent sortir, qu'ils puissent - s'ils le souhaitent - aller dans les églises pour la veillée et la messe de minuit. Si les chiffres de l'épidémie sont satisfaisants, on peut imaginer que la jauge augmente." "Nous voulons retourner à la messe mais nous voulons le faire en bons citoyens que nous sommes et donc en respectant les mesures sanitaires", insiste-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.