Déconfinement : les forains attendent "avec impatience" de savoir quand ils pourront rouvrir les fêtes foraines

Un rendez-vous est prévu lundi avec la Commission nationale des professions foraines pour fixer une date de reprise à ce secteur. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pancarte d'information sur le Covid-19 à une fete foraine de Morlaix (Finistère). Photo d'illustration. (LIONEL LE SAUX / MAXPPP)

"Nous attendons avec impatience, car on ne sait pas encore quand est-ce qu'on va pouvoir reprendre", a déclaré Thomas Bruch, membre fondateur de la Fédération des forains de France, vendredi 30 avril sur franceinfo. Un rendez-vous est prévu lundi 3 mai avec la Commission nationale des professions foraines pour fixer une date de reprise à ce secteur. Les fêtes foraines sont fermées depuis octobre 2020 en raison des mesures sanitaires mises en places pour stopper l'épidémie de Covid-19

Le calendrier de l'allègement des restrictions en France a été détaillé par le chef de l'État dans un entretien accordé à la presse régionale qui a été publié jeudi. "Si les salles de spectacles et les cinémas peuvent rouvrir le 19 mai, alors que c'est en intérieur, on espère que les fêtes foraines pourront redémarrer aussi à cette date", explique Thomas Bruch, qui se dit prêt à "une reprise en plusieurs étapes".

Un accueil du public selon la superficie

Alors que les acteurs du monde forain attendent "la validation d'un protocole sanitaire", la Fédération des forains de France réclame que celui-ci se fasse "en fonction de la superficie totale et non par des jauges à l'intérieur des fêtes foraines", comme cela avait été le cas en 2020. "C'est ingérable et économiquement cela n'est pas possible", explique-t-il, prenant pour exemple "la fête foraine de Bordeaux, qui était limitée à 1 000 personnes alors qu'à quelques mètres de là, des milliers de personnes étaient rassemblées dans les rues piétonnes".

Fermées depuis octobre 2020, les fêtes foraines bénéficient, comme de nombreux autres secteurs, des aides de l'État. "Mais il y a des oubliés, comme ceux qui se sont mis à leur compte à partir de 2020", précise Thomas Bruch. En vue d'une reprise qui "devrait se faire doucement au début", il espère que ces aides pourront "se poursuivre dans les six premiers mois de la reprise, pour accompagner les entreprises à repartir".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.