Covid-19 : les Français se lavent moins les mains que pendant le confinement, selon une étude

D'après l'Ifop, les gestes barrières "ne sont pas devenus des gestes naturels".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une élève se lave les mains dans une école de Vincennes (Val-de-Marne), le 4 juin 2020.  (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Les Français respectent-ils toujours les gestes barrières ? Alors que l'Hexagone connaît une recrudescence de l'épidémie de Covid-19, une étude Ifop réalisée pour la marque de savon Unbottled et publiée jeudi 15 octobre, à l'occasion de la Journée mondiale du lavage des mains, montre un net relâchement du respect de cette règle d'hygiène depuis le déconfinement"Les Français peinent à respecter aussi scrupuleusement les consignes qu'à l'époque du confinement", analyse François Klaus, directeur du pôle actualités de l'Ifop.

"Depuis cet été, les gestes barrières ne sont pas devenus des gestes naturels", avance également l'enquête. Un constat qui tranche avec la bonne adhésion aux respects des règles d'hygiène durant le confinement. Ainsi, les Français sont moins nombreux qu'au printemps à se laver systématiquement les mains en rentrant chez eux (63% en octobre, contre 75% en juillet et 86% en mars), avant de passer à table (65% en octobre contre 81% en mars) ou après s'être mouchés (37% en octobre contre 56% en mars).

Toutes les tranches d'âge sont concernées

En outre, ils sont moins nombreux à se couvrir avec un bras ou un mouchoir lorsqu'ils toussent (56% en octobre contre 62% en juillet et 69% en mars), à utiliser des mouchoirs à usage unique (53% en octobre contre 58% en juillet et 63% en mars) ou à toujours se laver les mains après être allés aux toilettes (77% en octobre contre 81% en mars). Enfin, la proportion de personnes se lavant les mains après avoir pris les transports est, elle, en baisse de 10% par rapport à juillet mais stable par rapport à mars (70%). Une donnée qui peut s'expliquer selon l'étude par "le fort niveau d'inquiétude que suscitent [les transports en commun] en termes d'exposition au virus".

"La tendance semble plutôt au relâchement qu'à un ancrage durable de ces bonnes pratiques dans la culture hygiénique des Français."

L'Ifop

Cette baisse est particulièrement visible chez les jeunes "déjà très réfractaires à l'application des gestes barrières", pointe le rapport. Chez les personnes âgées de 25 à 34 ans, le lavage des mains systématique avant de passer à table est en recul de 25 points par rapport à mars. En ce qui concerne les jeunes de moins de 25 ans, cette baisse est de 28%. A titre de comparaison, cette pratique a diminué de 11 points chez les personnes âgées de 35 à 49 ans depuis mars et de 16 points chez les 50 à 64 ans.

Toutefois, ce relâchement affecte toutes les catégories de la population, y compris les "bons élèves", estime l'étude, comme les femmes et les habitants des agglomérations de province. Le refus d'appliquer les consignes en matière d'hygiène paraît aussi étroitement corrélé au refus de porter des masques, selon les conclusions de l'étude. Par exemple, la proportion de personnes se lavant toujours les mains en rentrant chez elles est plus de deux fois plus faible chez les Français portant "rarement" un masque en dehors de leur domicile (30%) que chez ceux en portant systématiquement (79%). 

* Etude réalisée en ligne du mardi 6 au mercredi 7 octobre, auprès d'un échantillon de 1 014 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.