Covid-19 : la foule de retour à Bercy pour un concert-test d'Indochine

Sur 20 000 volontaires, un groupe de 7 500 personnes a été sélectionné après un premier test antigénique négatif, entre mercredi et vendredi. Parmi eux, 5 000 personnes ont dansé sur "Tes Yeux Noirs" samedi, tandis que 2 500 sont restés chez eux. Les premiers résultats de l'étude seront connus fin juin. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des participants à un concert-test d'Indochine à l'AccorHotels Arena à Paris, le 29 mai 2021.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Une foule jeune, masquée, mais ravie de retrouver l'ambiance du live. Pas moins de 5 000 spectateurs avaient rendez-vous dans la fosse de Bercy à Paris, pour danser au son des tubes d'Indochine lors d'un concert-test, doublé d'une étude scientifique très attendue pour un secteur durement éprouvé par le Covid-19.

La fête a commencé vers 17h30, quand le DJ Etienne de Crécy, qui assurait la première partie, a fait résonner les samples et les basses, dansant autour des platines face à la foule. A chaque changement de rythme, les bras se sont levés et les clameurs ont envahi l'arène parisienne. Lors de ce concert pour l'instant exceptionnel, Indochine, formé en 1981, a par la suite déroulé ses classiques, enchaînant les tubes qui ont traversé les générations. 

"Nous on veut vivre... encore plus fort". Samedi soir, les paroles de la chanson Marilyn avaient une résonance particulière pour la foule, à qui Nicola Sirkis a demandé de "faire du bruit" pour les soignants et les chercheurs. Et pour rendre hommage "à tous les morts du Covid".

"Dès les premières notes, on a retrouvé des sensations qu'on pensait avoir oubliées, celles du concert live, des murs qui vibrent et de la foule compacte", a relaté la journaliste de France Télévisions Marion Mercier, en duplex depuis la salle de concert. 

De premiers résultats fin juin

Dans la salle, le masque était obligatoire, mais il n'y avait pas de distanciation entre les spectateurs, âgés de 18 à 45 ans et sans risque de développer une forme grave du Covid-19.

Des spectateurs participant au concer-test d'Indochine à Bercy, à Paris, le 29 mai 2021.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Cette étude doit permettre de montrer que si les spectateurs sont testés négatifs au Covid-19 en amont, ils ne courent pas plus de risque de se contaminer en concert qu'en temps normal. De premiers résultats de l'expérimentation sont attendus fin juin.

Sur 20 000 volontaires, un groupe de 7 500 a été sélectionné après un premier test antigénique négatif, entre mercredi et vendredi. Parmi eux, 5 000 personnes ont dansé sur Tes Yeux Noirs, tandis que 2 500 sont restés chez eux. Tous les participants ont été invités à se soumettre à un test salivaire samedi, puis à un autre sept jours plus tard. Le nombre de cas positifs sera comparé dans les deux groupes.

Cette expérimentation a aussi pour but de tester l'inclusion du test négatif dans l'application Tousanticovid, préfigurant le pass sanitaire. Enfin, des caméras ont tenté de mesurer tout au long du concert si le masque était toujours bien porté, sans toutefois viser tel ou tel spectateur, assurent les organisateurs.

Les expériences précédentes, en Espagne ou au Royaume-Uni, n'ont pas montré de risque élevé de contamination.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.