Covid-19 : 1er décembre, fêtes de fin d'année, janvier 2021... Le porte-parole du gouvernement détaille le planning pour adapter le confinement

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal explique dans un entretien au "Journal du dimanche" que le déconfinement n'est pas pour tout de suite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à Matignon à Paris le 20 novembre 2020. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Un plan en trois étapes. Trois jours avant l'allocution d'Emmanuel Macron, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a présenté dimanche 22 novembre, dans un entretien au Journal du dimanche, le planning de l'adaptation du confinement envisagé pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19"Comme l'a annoncé le Premier ministre aux chefs de parti vendredi, les assouplissements se feront en trois étapes au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités  : d'abord autour du 1er décembre, puis avant les congés de fin d'année, puis à partir de janvier 2021", déclare Gabriel Attal.

"Le confinement va se poursuivre"

Le porte-parole n'a pas donné plus de détails, mais a confirmé que l'amélioration de la situation sanitaire devrait permettre la réouverture de certains commerces dans la perspective de Noël. 

"Nous nous étions engagés à leur permettre de rouvrir autour du 1er  décembre si l'amélioration de la situation sanitaire se confirmait, ce qui semble être le cas."

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

au "Journal du dimanche"

En revanche, pour les bars et les restaurants, l'horizon à court terme reste bouché, ils "continueront à ­connaître des restrictions", a-t-il prévenu. Concernant la limitation de déplacement dans un rayon d'un kilomètre, Gabriel Attal a convenu qu'"on n'est pas tous égaux". Il souligne l'importance de "permettre à ceux qui ne vivent pas près d'un parc d'aller y respirer". "Mais soyons clairs  : le ­confinement va se poursuivre et donc la limitation des déplacements aussi", tempère-t-il. L'enjeu de cette adaptation  est, selon lui, de "faire évoluer les conditions du confinement à mesure que la situation sanitaire s'améliore, tout en assumant une maîtrise pour éviter que l'épidémie reparte".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.