Coronavirus : les masques, un budget important pour les familles

L’obligation du port du masque représente une nouvelle dépense pour les familles. Acheter des masques pour les porter en permanence est une contrainte financière pour les ménages.

FRANCE 3

Que l'on choisisse un masque en tissu ou un masque jetable, il s'agit d'un vrai budget pour les familles. "60 Millions de consommateurs a mené l'enquête en prenant l'exemple d'une famille de deux adultes avec un enfant de 12 ans, qui lui aussi doit porter un masque. L'association de consommateurs est partie du principe qu'il faut deux masques par personne et par jour du lundi au samedi", explique la journaliste de France Télévisions Anne Sylvain en direct sur le plateau du 12/13.

Jusqu'à 114 euros par mois pour les masques jetables

Si on regarde les prix unitaires, on est en moyenne à trois euros pour un masque en tissu et 60 centimes pour un masque à usage unique. "Pour les prix les plus élevés, on est à 10 euros pour un masque en tissu et 95 centimes d'euro pour un masque à usage unique, qui est le maximum réglementaire. Résultat, si la famille utilise des masques à usage unique, le coût peut atteindre 72 euros par mois et 114 euros pour les masques au prix le plus élevé. Cela correspond environ à 120 utilisations par mois. Si la famille préfère porter des masques en tissu lavable, de 10 à 20 fois, on arrive à un coût mensuel moyen de 36 euros par mois et de 60 euros pour les masques les plus chers, pour 120 utilisations", conclut la journaliste. Une distribution de masques sera donc faite par le gouvernement pour les personnes les plus précaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Mais après deux mois d’activité intense en raison de l\'épidémie de coronavirus, les administrations et les entreprises n’achètent plus. Depuis 15 jours, les stocks s’accumulent dans certaines usines françaises. 
Mais après deux mois d’activité intense en raison de l'épidémie de coronavirus, les administrations et les entreprises n’achètent plus. Depuis 15 jours, les stocks s’accumulent dans certaines usines françaises.  (JULIETTE AVICE / HANS LUCAS / AFP)