"C’est une tradition populaire qui est forte" : malgré le coronavirus, des communes maintiennent leur fête patronale

En cette période où l’épidémie de nouveau coronavirus connapit un rebond, de nombreuses festivités ont été annulées mais pas celle de Vailly-sur-Aisne, dans le nord de la France, où la fête du 15 août a bien eu lieu.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une fête foraine à Montbrisson avec mesures barrières contre le Covid-19, le 15 juillet 2020. (photo d'illustration) (REMY PERRIN / MAXPPP)

"La fête de mon village, c’est quelque chose d’hyper important pour moi". À 69 ans, Fabrice, natif de la commune de Vailly-sur-Aisne dans les Hauts-de-France, ne pouvait pas imaginer que la fête patronale soit annulée cette année. "On se retrouve avec toute la famille et ça permet de passer un moment ensemble avec les enfants", décrit cet habitant de la commune de 2 000 habitants, proche de Soissons, où la fête foraine du 15 août a bien eu lieu malgré les restrictions et les contraintes liées à l’épidémie de coronavirus.

Une saison courte pour les forains

"Je connais tous les forains depuis longtemps, poursuit Fabrice. J’ai connu les parents et les grands-parents de certains. J'ai vu des fêtes où c’était gigantesque." Pas de gigantisme cette année à Vailly-sur-Aisne, le concert d’Emile et Image qui devait réunir plusieurs milliers de personnes a été annulé. L’organisateur, Didier Deboeuf, se contente de petits spectacles comme un théâtre de Guignol. Pour lui, la saison aura été courte : "Première sortie, première fête et malheureusement dernière sortie de la saison. On avait une fête dans deux week-ends qui a été annulée avant hier. Les gens ont estimé qu’ils avaient des craintes ou des peurs. La maire récemment réélue a préféré ne pas donner suite."

Une peur du virus qui a aussi effrayé de nombreux visiteurs en dépit des efforts de Guy, dit Le Johnny, au  stand de tir : "Je désinfecte toutes les crosses de carabine au fur et à mesure que les gens viennent, comme ça il n’y a pas problème." Mais le chiffre d’affaires n’est pas au rendez-vous, estime Betty Lepreux. Cette foraine vient depuis 30 ans chaque année à Vailly-sur-Aisne. "Il y a bien 40% des gens qui ne sont pas venus, déplore-t-elle. Ils ne nous racontent pas leur vie et pourquoi ils ne sont pas là, mais on sait bien que c’est à cause des infos, etc..."

"Une visée populaire"

Cette peur n’a en tout cas pas affecté le maire Arnaud Battefort, convaincu que la fête devait avoir lieu, même dans ces circonstances. "C’est une tradition populaire qui est forte et dont les populations ont besoin, explique l'édile. Elles en ont besoin parce qu’on est un territoire qui souffre et subit la désindustrialisation massive."

Il n’y a que peu d’animations qui rassemblent autant de monde et qui ont une telle visée populaire que les fêtes patronales.

Arnaud Battefort, maire de Vailly-sur-Aisne

Pour le maire ces fêtes sont "pour des gens qui n’ont pas la chance de partir en vacances notamment". Comme Isabelle et sa fille Evane qui sont restées dans l’Aisne cet été. "On devait partir en Bretagne mais avec tout ce qui se passe, raconte Isabelle. Si c’est pour aller sur la plage avec le masque c’est pas la peine." Léa, 17 ans, explique aussi que sa famille a eu peur de partir. Tandis que Rudy, lui travaille tout l’été pour rattraper le temps perdu pendant le confinement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.