"Après la générale, on aura le cafard" : les répétitions au théâtre ont repris, mais sans perspective de représentations

Si les théâtres sont fermés depuis le 30 octobre à cause du Covid-19, les répétitions ont, elles, été autorisées par le gouvernement. C’est le cas de la pièce "Tout mon amour" avec Philippe Torreton et Anne Brochet. La générale mardi ne sera suivie pour l’instant d’aucune représentation.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Philippe Torreton et Anne Brochet pendant les répétitions de "Tout mon amour" à la Comédie de Saint Etienne. (SONIA BARCET)

Sur le plateau de la Comédie de Saint-Etienne, les comédiens sont en plein filage. Les répétitions de la pièce Tout mon amour, avec Philippe Torreton et Anne Brochet ont en effet repris, car si les théâtres sont fermés depuis le 30 octobre à cause de la pandémie de Covid-19, le gouvernement a autorisé les répétitions de spectacles.

>> DIRECT. Covid-19 : le maire de Dunkerque demande une "dernière chance" avant un confinement local

Depuis le 18 janvier, les répétitions se déroulent dans une ambiance particulière : tests Covid-19 hebdomadaires pour les comédiens et perspectives incertaines, comme le confirme le metteur en scène Arnaud Meunier. "C'est vrai que dès le début des répétitions, indique-t-il, le risque d'un reconfinement immédiat était quand même sur la table. Et en tout cas, l'hypothèse que la première du 23 février n'aurait pas lieu était clairement dans la tête de chacune et de chacun."

Comme nous avons une tournée qui nous emmène jusqu'au 30 mai, on s'est dit qu'il fallait nous tenir prêts. Au cas où...

Arnaud Meunier

à franceinfo

Impossible aujourd’hui encore de savoir si la pièce pourra être jouée d’ici à la fin de la tournée, le 30 mai. Après la générale de mardi 23 février, tout s’arrête. Une situation paradoxale, pas très facile à vivre pour Philippe Torreton. "C'est un peu déstabilisant, soupire le comédien. Parce qu'on se sent pleins de ce spectacle, de plus en plus remplis, de plus en plus en impatience, justement, de jouer. Et cela va être interrompu. C'est déstabilisant. C'est la première fois que ça m'arrive."

"Je n'ai jamais été aussi peu nerveux à trois jours ou quatre jours d'une première, poursuit Philippe Torreton. Mais parce que ce n'en est pas une. Les quelques personnes qui vont pouvoir voir le spectacle vont assister à notre dernier filage."

Pour moi, une première, c'est avec un public, pas avec trois copains dans la salle.

Philippe Torreton

à franceinfo

Pour Anne Brochet, le plus dur, ce sera après la générale : "Je pense, confie-t-elle, qu'on va avoir le cafard mercredi. Là, on est encore comme ça dans une émulsion de création. Mais mercredi... Parce qu'on subit, quoi..."

La saison 2021-2022 est bouclée

Si les salles de spectacles ne rouvrent pas ce printemps, Tout mon amour ne sera peut-être pas présenté avant 2023. Dans la plupart des théâtres, la saison 2021-2022 est bouclée et de nombreuses pièces déjà répétées attendent d’être programmées. Le metteur en scène Arnaud Meunier peut en témoigner.

"J'ai dirigé la comédie de Saint-Étienne et maintenant je dirige les Maisons de la culture de Grenoble, et rien que sur ces deux maisons, ce n'est pas loin de 25 spectacles qui ont été répétés et qui n'ont pas été joués, indique-t-il. Et cela continue à grossir. Là, on parle de deux théâtres publics : si jamais on additionne le nombre de théâtres publics en France, le nombre de spectacles qui se retrouvent dans ce cas-là, qui sont répétés, prêts à jouer, mais qui, pour l'instant, ne le sont pas; cela représente une quantité énorme." Une situation absurde dont certains spectacles feront inévitablement les frais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.