Déconfinement : partie de foot à Amiens, consommation d’alcool dans la rue à Lille… Les signes de relâchement inquiètent les autorités

Des maires et des préfets ont interdit la vente d'alcool à emporter ou les pique-niques, face aux regroupements qui se multiplient dans certaines villes de France. 

A Nantes sur les bords de l\'Erdre samedi 16 mai, la consommation d’alcool et les pique-niques ont été interdits en centre-ville et sur les bords de l’Erdre (photo d\'illustration).
A Nantes sur les bords de l'Erdre samedi 16 mai, la consommation d’alcool et les pique-niques ont été interdits en centre-ville et sur les bords de l’Erdre (photo d'illustration). (OLIVIER LANRIVAIN / MAXPPP)

Une semaine après l'amorce du déconfinement, le 11 mai, la crainte d'une deuxième vague en France reste très présente dans les esprits. Le coronavirus Covid-19 continue de tuer dans l’hexagone et de nouveaux foyers épidémiques ont été détectés. Une crainte alors que les exemples de "relâchement" se multiplient sur le territoire ces derniers jours.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

C’est le cas à Amiens dans la Somme, département classé rouge : la maire Brigitte Fouré a dû faire démonter des buts de plusieurs terrains de football. Des matchs y ont été organisés, le week-end du 16 et 17 mai, alors que les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits. "C’est complètement incongru et irresponsable, s’indigne la maire d’Amiens. En plus, c’était très provocateur, puisque non seulement il y avait des groupes qui jouaient au foot mais il y avait également une sono qui était mise en place, pour bien alerter tout le quartier."

Je trouve ça complètement irresponsable !Brigitte Fouré, maire d'Amiensà franceinfo

À Lille dans le Nord, un département aussi en rouge, pas de football mais de l’alcool : de la bière vendue devant des bars et des regroupements de clients sur les trottoirs. Conséquence, la vente d'alcool à emporter est désormais interdite dans la rue où se trouvent les établissements fautifs. Une sage décision pour Jacques Richir, l’adjoint au maire chargé de la qualité du cadre de vie : "Si dans ces attroupements vous avez une ou deux personnes qui sont porteuses du virus responsable du Covid, elles peuvent en une heure ou une heure et demie de contacts sans précaution - quand on boit un verre, on n’a pas de masque - pratiquement créer une espèce de mini-cluster à ces endroits."

Relâchement post-déconfinement : écoutez le reportage de Nicolas Fillon
--'--
--'--

Et depuis lundi soir, la consommation d’alcool est aussi interdite sur les bords du lac d’Annecy. Même chose à Nantes, en centre-ville et sur les bords de l’Erdre.