Déconfinement : "On sait qu'on est les premiers fermés et qu'on sera les derniers à sortir", déplore un producteur de spectacles

Pour Jean-Marc Dumontet, les théâtres ne pourront pas respecter les principes de la distanciation sociale. "C'est impossible que des comédiens jouent avec des masques ou à deux mètres l'un de l'autre." 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Tout événement qui rassemble plus de 5 000 reste interdit jusqu'en septembre a annoncé Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, mardi 28 avril. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"On sait qu'on est les premiers fermés et qu'on sera les derniers à sortir", juge Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles et propriétaire de théâtres parisiens, mardi 28 avril, sur franceinfo. Il accueille "avec tristesse" le maintient de la fermeture des théâtres annoncé par Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, une décision à laquelle il s'attendait.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Jean-Marc Dumontet estime qu’il est impossible de maintenir des distanciations sociales dans une salle de spectacle. "On sait que si 100, 200, 500, 1 000 personnes se retrouvent à un endroit côte-à-côte, ça pourrait participer à la propagation et à une nouvelle propagation du virus. Ce n'est juste pas possible. On a fait tant d'efforts, 40 jours déjà de confinement, ce n'est pas pour les ruiner immédiatement", assure le producteur.

Il y a une promiscuité dans un lieu de théâtre qui engendrerait une propagation.

Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles

"Une salle de spectacle, ce sont des gens côte-à-côte et c'est nécessaire pour qu'il y ait un partage, pour qu'il y ait une émotion commune, pour qu'il y ait une communion avec les artistes", poursuit Jean-Marc Dumontet. "Pour moi, ça ne se marie pas avec de la distanciation sociale. C'est impossible que des comédiens jouent avec des masques ou à deux mètres l'un de l'autre." Selon ce professionnel du spectacle, ce qui est possible dans un grand magasin, où "les gens peuvent être à distance" même s'ils sont nombreux "n'est pas jouable dans un théâtre."

Jean-Marc Dumontet admet que l’économie des théâtres et du spectacle vivant est très fragilisée. "On doit se préparer pour une rentrée en septembre. On n'a qu'une hâte, c'est de revenir sur scène et on en a besoin, économiquement et moralement. J'ose avoir la prétention de penser que le public aussi aura une urgence à venir partager avec nous nos spectacles. On en a tous besoin", veut-il croire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.