18h50 franceinfo, France info

Déconfinement : "Nous estimons que ce plan est dangereux" dit Fabien Roussel, secrétaire générale du PC

Le chef du Parti communiste estime que le plan dévoilé par le Premier ministre est précipité et qu'il répond "aux besoins de la machine économique" plutôt qu'à un souhait "de créer les conditions de la sécurité pour tous".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français, en décembre 2019.
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français, en décembre 2019. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

"Nous estimons que ce plan de déconfinement est dangereux" dit Fabien Roussel, secrétaire général du Parti communiste et député du Nord sur franceinfo, mardi 28 avril, après l'allocution du Premier ministre Édouard Philippe.

>> Déconfinement : suivez en direct les débats liés à la présentation du plan d'Edouard Philippe

franceinfo : Est-ce que vous votez pour ce plan finement présenté par Edouard Philippe?

Fabien Roussel : Non. L'exercice était difficile parce qu'on a découvert ce plan de déconfinement à 15 heures, comme tout le monde, on ne l'a même pas eu en amont pour pouvoir l'étudier. Nous avons donc déterminé notre vote à l'écoute de ce plan et nous estimons que ce plan est dangereux. Le mot est lourd, mais il y a tellement d'approximations, d'incertitudes, de flou, que face à un tel virus, aussi dangereux, nous ne pouvons plus laisser place à tant d'incertitudes et d'approximations. Organiser un déconfinement est certainement plus difficile que d'organiser le confinement et pour permettre à chacun de vivre avec le virus, tant qu'on n'a pas de vaccin, il faut garantir des sécurités sanitaires pour tous. Avec le même accès à la sécurité sanitaire pour tous, sur tout le territoire, en France comme dans les Outre-mer. Et pour cela, il y avait plusieurs choses à prendre comme décisions et que nous attendions.

Nous demandions à ce qu'il y ait des moyens humains qui soient mis dans les écoles pour pouvoir organiser la reprise.

Fabien Roussel

Par exemple, nous demandons à ce que chacun de nos concitoyens ait accès à un, voire deux ou trois masques gratuits à usage multiple et aux normes, c'est le minimum. À ce sujet, le Premier ministre n'a pas fait d'annonces précises sur la manière dont ça allait être organisé, ni sur le fait que ça allait être gratuit. Il a dit que ce serait accessible dans les pharmacies et au prix que décideront les pharmaciens. Nous demandions à ce que ces prix soient encadrés. Nous n'avons pas de réponse non plus là-dessus. Nous voulons la reprise de l'école, mais pas à cette date du 11 mai qui est trop précipitée. C'est pour cela que nous demandons à ce que le temps soit pris et on peut prendre quelques jours de plus pour organiser la rentrée et y mettre les moyens humains nécessaires.

Comment aurait-il fallu procéder pour cette rentrée ?

Elle se fait de manière très inégalitaire. On est en République quand même, on doit tous avoir accès à la même école et partout dans tout le territoire. Or, ce ne sera pas le cas et c'est sur la base du volontariat en plus. Quelle est la part du volontariat pour un salarié qui est au chômage partiel, qui touche un salaire partiel et qui n'aura pas d'autre choix que de mettre ses enfants à l'école, parce qu'il est obligé d'aller travailler. Il aura peur que le virus rentre à la maison le soir ! Et à l'inverse, ceux qui ne veulent pas mettre leurs enfants à l'école, est-ce qu'ils ont la possibilité, l'autorisation de les garder chez eux et donc de ne pas reprendre le travail sans être menacé de licenciement ou de perte de salaire ? Ces questions sont sans réponse. Ce n'est pas prévu, ce n'est pas organisé. Nous avons le sentiment que cette reprise est précipitée et qu'elle est plus soumise à des injonctions économiques, aux besoin de la machine économique plutôt qu'une réponse pour nos enfants, pour la continuité pédagogique, plutôt que de créer les conditions de la sécurité pour tous.

Combien ils seront à Renault Douai demain ? Là où il y a 3 000 salariés. Ils vont diviser les effectifs par trois pour produire les voitures ou ils vont leur demander de continuer à travailler les uns sur les autres sur les chaînes de montage ?

Fabien Roussel, secrétaire général du PC

Il ne fallait pas faire repartir la machine économique ?

Cette question économique, elle est entendable. Personne ne dit qu'il faut continuer à bloquer l'économie encore pendant des semaines, des mois, jusqu'à ce que nous trouvions le vaccin. Et ce n'est pas ce que nous disons, nous, communistes. Pour nous, le travail, c'est la conquête de la dignité humaine. C'est le propre de l'homme et nous avons tous besoin d'avoir une place dans la société à travers le travail. Mais pas dans ces conditions-là. Aujourd'hui, le Premier ministre renvoie aux chefs d'entreprise le soin d'organiser la sécurité sanitaire au travail, alors que c'est ce même gouvernement qui a supprimé les CHSCT, alors que les salariés et les syndicats ont moins de pouvoir au sein des entreprises. Qui va vérifier les conditions sanitaires au travail ? Comment ça va être organisé ? Aujourd'hui à l'Assemblée nationale, nous sommes 75 et nous n'avons pas le droit d'être plus que 75 députés dans l'hémicycle au lieu de 577. C'est ça la réalité : comment nous organisons le travail différemment, les horaires de travail, les conditions de travail pour faire en sorte que la machine économique reparte, mais pas au prix de la vie. Pas en allant au travail la peur au ventre. Nous devons faire fonctionner notre pays, mais en créant des conditions de sécurité sanitaire pour tous et nous pensons que c'est possible. Les syndicats font eux mêmes des propositions pour retrouver le travail, mais dans des conditions garanties pour tous.

Est-ce que les collectivités ont les moyens réellement de s'occuper de toutes les modalités au cas par cas du déconfinement dans leur territoire ?

Mais non. Et ils le disent depuis plusieurs semaines et depuis que le président de la République a annoncé cette date du 11 mai. Tout le monde appelle à la concertation avec les élus locaux. Le président de la République et le Premier ministre l'ont entendu et ils ont écouté les élus locaux. Mais les élus locaux ont bien dit qu'ils n'avaient pas la capacité eux-mêmes d'apporter du personnel supplémentaire dans les écoles pour garder les enfants, puisque c'est ce qui leur est demandé. Quand on met 15 élèves par classe sur une classe de 35, il y aura 15 élèves avec un instituteur ou institutrice et pour les 15 autres élèves on demande aux élus locaux de trouver du personnel municipal pour les garder. Faire de l'activité sportive, de l'éducation civique. Mais comment ? Il est où ce personnel municipal ? On a supprimé les contrats aidés. Ce gouvernement a supprimé les contrats aidés. On a baissé les budgets des collectivités. Il y a une directrice d'école qui a dit dans un de mes villages, on me demande de faire de la garderie sans moyens supplémentaires. L'école, ce n'est pas ça. Pour créer les conditions pour que les enfants sortent de chez eux, il faut que l'on mette les moyens en face.

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français, en décembre 2019.
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français, en décembre 2019. (DOMINIQUE FAGET / AFP)