Déconfinement : les cantines scolaires tentent de s’adapter

Les cantines des établissements scolaires sont contraintes de s’organiser afin de continuer à alimenter les élèves, parfois en nombre très réduit depuis lundi 11 mai. Les précisions du journaliste Loïc Schaeffer, en duplex d’une école de Colmar (Haut-Rhin).

France 3

“Premier jour de cantine et déjà quelques imprévus à gérer : le masque est obligatoire, sauf pour manger, évidemment. Mais sur 12 élèves inscrits ce midi, ils ne sont finalement que cinq à être présents. Habituellement, ce sont 220 enfants qui mangent ici tous les midis, de la maternelle au CM2, répartis en cinq services. La logistique n’est pas du tout la même. Cela fait un peu moins de travail pour les agents, mais beaucoup plus de contraintes à gérer : des désinfections régulières, plus de self, donc les agents servent directement les enfants à table et doivent porter une visière”, explique le journaliste Loïc Schaeffer, en duplex d’une école de Colmar (Haut-Rhin).

Une ambiance étrange, voire solennelle

“Pour les élèves, cela fait aussi quelques différences : on est loin de l’ambiance électrique et du brouhaha qui peut régner en temps normal dans une cantine. Il y a même un côté un peu solennel qui se dégage. Alors tout cela reste gérable pour le moment, mais qu’en sera-t-il lorsque les enfants seront plus nombreux à retourner à l’école ? Chaque structure et établissement devra s’adapter au jour le jour”, conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une enfant déjeunant à la cantine de son école maternelle, en Charente (illustration).
Une enfant déjeunant à la cantine de son école maternelle, en Charente (illustration). (ROMAIN PERROCHEAU / AFP)