Déconfinement : "Les bateaux n'ont pas été beaucoup entretenus, une petite panne peut rapidement devenir un drame", avertissent les sauveteurs en mer

La SNSM appelle à la plus grande vigilance, que ce soit pour les plaisanciers ou pour les baigneurs, en ce week-end de la Pentecôte.

Les sauveteurs en mer de la SNSM (illustration).
Les sauveteurs en mer de la SNSM (illustration). (DYLAN MEIFFRET / MAXPPP)

Alors que ce week-end de la Pentecôte déconfiné démarre sous un grand soleil, le président de la SNSM (société nationale de sauvetage en mer), Emmanuel De Oliveira, lance sur franceinfo un appel à la vigilance en ce qui concerne les activités nautiques. "Les bateaux n'ont pas tourné, n'ont pas été entretenus, souvent pendant deux mois, pendant la période de confinement, explique-t-il samedi 30 mai. Il y a donc beaucoup de petites pannes mécaniques, de petites avaries. Mais en mer, une petite panne peut rapidement devenir un drame."

>> DIRECT. Déconfinement : les parcs et les jardins rouvrent ce matin en région parisienne, en attendant les cafés et les restaurants mardi

Emmanuel De Oliveira évoque aussi la baignade : "Nous avons eu aussi plus d'interventions, parce que d'abord, l'eau est encore très froide. Par exemple, dans l'océan Atlantique qui a une eau froide, c'est dangereux. L'hypothermie arrive en quelques minutes. D'autre part, les gens qui ont recommencé les activités sportives un peu extrêmes, par exemple l'apnée, ne se sont pas souvent suffisamment réentraînés."

Il y a des activités en mer qui sont très sportives et potentiellement très risquées.Emmanuel De Oliveira, président de la SNSMà franceinfo

Le président de la SNSM conseille la prudence aux plaisanciers. "D'abord, vérifiez votre bateau ou votre matériel. Visitez-le avant d'appareiller, avant de prendre la mer. Ensuite, munissez-vous d'une radio ou d'un téléphone portable pour pouvoir déclencher les secours très vite. Si vous avez un problème en mer, chaque minute compte pour la survie", rappelle Emmanuel De Oliveira .

Pour les baigneurs, le professionnel constate depuis la fin du confinement "une dérive et une imprudence toute bête : c'est votre forme physique. Pendant deux mois, vous n'avez pas forcément beaucoup pratiqué de sport et tout d'un coup, vous allez soumettre votre corps à une activité beaucoup plus violente et potentiellement à risque. Donc, ne surpassez pas vos capacités physiques. N'essayez pas de nager plus loin que ce que vous faites et ne tentez pas d'utiliser vos muscles à 100%, commencez à 50%".