Déconfinement : l'inquiétude des saisonniers

Alors que le chômage est à son plus haut niveau depuis vingt-cinq ans, les prochaines semaines pourraient être difficiles pour les travailleurs saisonniers. Les hôtels et restaurants emploient ponctuellement jusqu’à 150 000 personnes l’hiver et 300 000 l’été, mais le marché est actuellement au point mort.

FRANCE 2

Emmanuelle Elfassi est serveuse. Actuellement au chômage, cela fait plusieurs mois qu’elle scrute les annonces à la recherche d’un poste. "Je me demande si je vais réussir à trouver du travail pour l’été, moi qui ai l’habitude de faire des saisons, je dépose en général des CV vers le mois de mars. J’ai beaucoup de restaurants, d’hôtels, de campings qui me rappellent, mais cette année, il n’y a pas beaucoup d’annonces", explique la jeune femme.

71% d’annonces en moins selon Pôle Emploi

Selon Pôle Emploi, il y a 71% d’annonces en moins en ligne par rapport à l’an passé. Emmanuelle Elfassi n’est pas la seule à se retrouver dans cette situation difficile. Comme 70% des étudiants français, Paul Barneaud travaille l’été. L’an passé, c’était sur une plage, payé 10 € de l’heure, mais désormais, à chaque entretien, il reçoit la même réponse négative. "À cause du Covid-19, ils ne peuvent pas me prendre, parce qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup de personnel, il y a des réglementations", se désole-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des saisonniers dans les Bouches-du-Rhônes, à Eygalières
Des saisonniers dans les Bouches-du-Rhônes, à Eygalières (BORIS HORVAT / AFP)