Cet article date de plus de deux ans.

Déconfinement : il y a encore "2 000 patients" en trop dans les services de réanimation, prévient un membre du Conseil scientifique

Alors que le début du confinement doit débuter le 11 mai en France, Pierre-Louis Druais, médecin généraliste et membre du Conseil scientifique estime qu'il faut qu'il y ait "une vraie réduction des patients hospitalisés" pour que les conditions soient requises, ce qui aujourd'hui n'est pas le cas.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pierre-Louis Druais, professeur de médecine générale, ci-contre lors du lancement de la campagne nationale d'information sur les médicaments génériques au ministère de la Santé à Paris, le 27 septembre 2016. (LEON TANGUY / MAXPPP)

"Il est évident qu'il y a encore aujourd'hui 2 000 patients supplémentaires par rapport aux conditions normales de vie des services de réanimation", prévient samedi 26 avril sur franceinfo Pierre-Louis Druais, médecin généraliste, membre du Conseil scientifique et de la Haute Autorité de santé. "Il faut qu'il y ait une vraie réduction des patients hospitalisés pour que les conditions soient requises" pour le déconfinement, insiste-t-il.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

Au total, 7 525 patients sont hospitalisés en réanimation toutes causes confondues, dont 4 725 pour le Covid-19, alors que la capacité de lits de réanimation en France "est de 5 000 environ", d'après le médecin généraliste. Les services de réanimation "accueillent une grande partie de patients qui ne sont pas atteints du Covid mais qui ont décompensé des maladies chroniques, les effets collatéraux" de l'épidémie, explique par ailleurs le Dr Pierre-Louis Druais.

La notion de déconfinement doit s'inscrire sur une notion de confinement adapté.

Dr Pierre-Louis Druais, membre du Conseil scientifique

à franceinfo

Pierre-Louis Druais s'est exprimé sur la réouverture des écoles dès le 11 mai, contre le souhait du Conseil scientifique : "Il n'y a pas à le regretter. C'est une décision importante. C'est pourquoi en découvrant que cette décision était prise, on a choisi de faire un document qui puisse aider à mettre en place quelque chose qui va être très complexe."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.