Déconfinement : "Il est interdit de faire des campagnes généralisées de dépistage en entreprise", déclare Muriel Pénicaud

"L'entreprise n'a pas à connaître la situation" de santé d'un salarié, a expliqué sur franceinfo la ministre du Travail.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, le 23 octobre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

"Il est interdit de faire des campagnes généralisées de dépistage en entreprise", a déclaré lundi 4 mai sur franceinfo Muriel Pénicaud, alors que le ministère du Travail a publié dimanche un protocole que toutes les entreprises vont devoir respecter dans le cadre du déconfinement à partir du 11 mai. La ministre du Travail a également expliqué que "le salarié a le droit de refuser" que l’on prenne sa température.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus en France dans notre direct

Ce "protocole national de déconfinement", basé sur des critères "universels" a été diffusé, pour que la reprise du travail se passe au mieux. Pour assurer la sécurité de ses salariés, "l’entreprise a la responsabilité de moyens, c’est-à-dire de mettre en place l’organisation du travail et les moyens nécessaires", a insisté Muriel Pénicaud.

Je ne négocie pas la santé des salariés, mon rôle c’est de les protéger.

Muriel Pénicaud

à franceinfo

La prise de température n'est pas recommandée puisqu'une absence de température "ne signifie pas une absence de Covid. On a le droit de refuser puisque c'est une intrusion sur le domaine de la santé." Les tests doivent être réservés aux personnes qui ont des symptômes et "l'entreprise n'a pas à connaître la situation. Il y a le secret médical. Le médecin du travail peut la connaître si le salarié lui en parle, mais il est soumis au secret. Mais il n'y a pas d'obligation en entreprise", a expliqué Muriel Pénicaud.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.